toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Rapport de l’ECI : l’Administration américaine blâme Israël – Israël ECI Statement: The Blame Israel First Administration


Rapport de l’ECI : l’Administration américaine blâme Israël –  Israël ECI Statement: The Blame Israel First Administration

En réponse à la critique récente d’Israël par Leon Panetta secrétaire à la Défense et de l’ambassadeur américain en Belgique, Howard Gutman, le président du Comité d’urgence pour Israël, William Kristol, a émis la déclaration suivante:

« Personne ne croit le président Obama quand il affirme, comme il l’a fait la semaine dernière, qu’il « a fait plus pour la sécurité de l’Etat d’Israël que n’importe quelle administration précédente ». C’est parce qu’il n’en est rien – et que le président Obama et son administration poursuivent  leur action visant à  affaiblir la sécurité de l’Etat d’Israël.

Par exemple: comme on peut le lire dans la presse israélienne, l’ambassadeur américain en Belgique, Howard Gutman – grand collecteur de fonds pour Obama en 2008 – a affirmé cette semaine lors d’une conférence à Bruxelles que l’antisémitisme musulman « découle du conflit en cours entre Israël et les Palestiniens » Vous nous pardonnerez si  nous conservons notre conviction que l’antisémitisme musulman au Moyen-Orient est antérieure à 1967, et même 1948 – et en tout cas qu’il est causé par les antisémites, et non par les Juifs.

Loading...

À une autre conférence, celle-ci à Washington, le secrétaire à la Défense, Leon Panetta, interrogé au Moyen-Orient a découvert que, à chaque fois, l’Etat juif est à blâmer pour les problèmes dans le monde musulman. Quand il y a  des soulèvements arabes qui apportent les islamistes au pouvoir et mettent en danger la paix avec Israël, c’est Israël qui doit apaiser les radicaux . Quand il y a des provocations constantes et des railleries du gouvernement islamiste de la Turquie, c’est Israël qui doit mendier pour un meilleur traitement. Les « Palestiniens » refusent de négocier ?  « Allez à cette putain de table », a tonné deux fois Panetta- comme si Israël refusait de discuter, alors que c’est  l’inverse.

Le programme nucléaire iranien est sans doute  le seul fait au Moyen-Orient pour lequel le président Obama n’a pas blâmé Israël . Mais quand il s’agit de cela, aussi, au lieu de soutenir des sanctions paralysantes ou de préparer des frappes militaires, la Maison Blanche semble passer plus de temps à dissuader Israël d’agir plutôt que de dissuader l’Iran d’acquérir des armes nucléaires. Et l’énergie de l’administration Obama semble plus axée sur la sape d’Israël et celle des membres du Congrès à pousser une approche plus sévère sur l’Iran, que sur la sape du régime iranien.

Le message d’Obama est fort et clair : le monde serait un endroit plus sûr, plus simple et plus paisible s’il n’était pas gêné par l’Etat juif.

Les commentaires de l’ambassadeur Gutman sont dans la ligne de la vision du monde d’Obama. Néanmoins, nous nous attendons à ce qu’il soit  rappelé parce que l’administration Obama ne voulez pas dépenser le capital politique qu’il défend. Il devrait  être rappelé, bien entendu. Mais ce que les événements de ces derniers jours soulignent est que le problème n’est pas un ambassadeur ou un secrétaire du cabinet. Le problème EST le président Obama. »
Traduction et adaptation Danièle Kaplan – © Europe Israël – reproduction autorisée et conseillée avec mention de la source et un lien.

 

ECI Statement on Panetta and Gutman: The Blame Israel First Administration

In response to the recent criticism of Israel by Defense Secretary Leon Panetta and the U.S. ambassador to Belgium, Howard Gutman, today the chairman of the Emergency Committee for Israel, William Kristol, issued the following statement:

Nobody believes President Obama when he claims, as he did last week, that he “has done more for the security of the state of Israel than any previous administration.” That’s because he hasn’t — and because President Obama and his administration keeps acting to weaken the security of the state of Israel.

For example: as reported in the Israeli press, the U.S. ambassador to Belgium, Howard Gutman — a top Obama fundraiser in 2008 — told a conference in Brussels this week that Muslim anti-Semitism “stems from the ongoing conflict between Israel and the Palestinians.” Pardon us for retaining our belief that Muslim anti-Semitism in the Middle East predates 1967, and even 1948 — and in any case is the fault of the anti-Semites, not of the Jews.

At another conference, this one in Washington, Defense Secretary Leon Panetta surveyed the Middle East and discovered that at every turn, the Jewish state is to blame for problems in the Muslim world. Are there Arab uprisings that are bringing Islamists to power and endangering peace with Israel? Israel must placate the radicals. Are there constant provocations and taunts from Turkey’s Islamist government? Israel must beg for better treatment. Do Palestinians refuse to negotiate? “Get to the damn table,” Panetta thundered twice — as if Israel was refusing to talk, instead of the reverse.

Just about the only thing in the Middle East that President Obama hasn’t blamed Israel for is the Iranian nuclear program. But when it comes to this, too, instead of supporting crippling sanctions or preparing military strikes, the White House seems to spend more time deterring Israel from acting than deterring Iran from acquiring nuclear weapons in the first place. And the administration’s energy seems more focused on undermining Israel and those members of Congress pushing for a tougher approach to Iran, than in undermining the Iranian regime.

The Obama message is loud and clear: the world would be a safer, simpler, and more peaceful place if not for the troublesome Jewish state.

Ambassador Gutman’s comments were not way out of line with Obama’s worldview. Nonetheless, we expect he will be recalled because the Obama administration won’t want to expend political capital defending him. He should be recalled, of course. But what the events of recent days emphasize is that the problem is not with one ambassador or with one cabinet secretary. The problem is President Obama.”

For more information please contact ECI executive director Noah Pollak: [email protected], 202-421-4092

This statement can be viewed online here: www.committeeforisrael.com/?p=1484
The report on Ambassador Gutman’s remarks can be found here: www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4156355,00.html
Secretary Panetta’s remarks can be found here: www.defense.gov/transcripts/transcript.aspx?transcriptid=4937

Learn Hebrew online






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Rapport de l’ECI : l’Administration américaine blâme Israël – Israël ECI Statement: The Blame Israel First Administration

    1. Daniele - Europe-Israel.org Post author

      La Maison Blanche prend ses distances avec les propos de l’ambassadeur Gutman sur l’antisémitisme – CICAD

      La Maison Blanche a pris ses distances avec les déclarations de l’ambassadeur des Etats-Unis en Belgique Howard Gutman qui a estimé que l’antisémitisme et la violence des Musulmans contre les Juifs en Europe résultent de la poursuite du conflit israélo-palestinien. « Nous condamnons l’antisémitisme sous toutes ses formes et il n’y a aucune justification pour les préjugés contre le peuple juif ou Israël », a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué envoyé à plusieurs dirigeants juifs, selon le journal Jewish Week de Washington.

      Selon le journal, « au moins une source proche de la campagne électorale du président Obama a laissé entendre que l’administration doit prendre des mesures concrètes. » « L’antisémitisme est antisémitisme », a déclaré cette source, ajoutant « si la réprimande de l’administration Obama à l’encontre de son ambassadeur en Belgique sont pris au sérieux, nous nous attendons à une plus grande action qu’un communiqué. »

      Tout en estimant que l’antisémitisme n’augmente pas en Europe contrairement à ce que les principaux orateurs à la conférence ont souligné, Howard Gutman a déclaré que le problème se trouve dans les mains d’Israël et des Palestiniens. J « Une paix durable au Moyen-Orient conduirait à une réduction énorme de cette forme d’antisémitisme en Europe », a-t-il dit. Candidat républicain à la présidentielle, Newt Gingrich a également réagi aux propos de Gutman en demandant au président Obama de congédier son ambassadeur à Bruxelles en raison de ses positions sur l’antisémitisme. Avocat de profession et fils d’un survivant de l’Holocauste en Pologne, Howard Gutman a été nommé par le président Obama comme ambassadeur dans la capitale belge en 2009 après avoir aidé à la collecte de fonds dans la campagne présidentielle.

      CICAD http://www.cicad.ch/index.php?id=3623&tx_ttnews%5Btt_news%5D=104945&tx_ttnews%5BbackPid%5D=3622&cHash=2e4d5394e19d71c7832384431f5dae72

      Source : EJPress, – Dimanche 4 décembre 2011.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *