toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Russie: « Nous continuerons les livraisons d’armes à la Syrie, et la construction de centrales nucléaires en Iran »


Russie: « Nous continuerons les livraisons d’armes à la Syrie, et la construction de centrales nucléaires en Iran »

La Russie vend des armes massivement aux ennemis d’Israël les plus féroces au Proche et Moyen Orient, installe une (plusieurs) centrale nucléaire et l’inaugure à la barbe de tout le monde malgré les sanctions, se positionne et actionne des leviers un peu partout…………On se souvient qu’animées de leur haine et fortes de leur armement russe (soviétique) les armées arabes n’hésitèrent pas a fondre sur l’Etat d’Israël plusieurs fois et semer le chaos dans toute la région.

Les Russes ainsi que les Chinois continuent à déstabiliser cette région du monde déjà si fragile prompte à s’enflammer à la moindre occasion en livrant des armes aux pires états terroristes qui soient notamment la Syrie, et l’Iran . Cette petite collecte n’est que la pointe immergée de l’iceberg.

[do action= »insert-tableau »]

Loading...

Il ya deux ans Netanyahu envoyait le message suivant à Vladimir Poutine…

 Lire aussi – Chine – L’hypocrisie élevée au rang de l’Art Sacré! ICI

Par Aschkel

Netanyahu à Poutine : Stoppez la vente à la Syrie d’armes sophistiquées qui menaceront Israël 28.08.2010

Israël essaie d’empêcher la vente d’armes russes à la Syrie. Il y a une semaine, le Premier ministre Netanyahu a demandé à son homologue russe, Vladimir Poutine, de stopper un marché dans le cadre duquel la Russie vendrait à l’armée syrienne des missiles de croisière de type Yakhont qui menaceront de manière significative les activités de la marine israélienne en Méditerranée.

Lors de son entretien avec le Premier ministre Poutine, M. Netanyahu a indiqué que des missiles russes vendus par le passé à la Syrie sont parvenus au Hezbollah et ont même été tirés vers un bâtiment de la marine israélienne durant la deuxième guerre du Liban.

Learn Hebrew online

Selon un haut fonctionnaire israélien, qui a demandé à rester anonyme, Israël et la Russie mènent depuis un an un dialogue discret sur la vente d’armes à Damas. Ces contacts n’ont cependant pas donné les résultats escomptés et c’est pourquoi il a été décidé de faire intervenir les plus hauts responsables politiques.

 Barak Ravid – Haaretz

A la suite de ce message envoyé le Kremlin répondait

Loading...

Coopération Moscou-Damas: la presse israélienne fausse la position russe (Kremlin)

Sergueï Prikhodko, conseiller du président russe, a qualifié de fausse l’information de certains médias israéliens sur la position de Moscou quant au respect de ses engagements envers la Syrie en matière de coopération technique militaire.

« Ces derniers temps, certains médias israéliens propagent une information qui dénature la position de la Russie quant au respect de ses engagements devant la Syrie, notamment en matière de coopération technique militaire. Je tiens à souligner que la Fédération de Russie respecte à la lettre tous les ententes enregistrées entre Moscou et Damas », a déclaré samedi devant les journalistes le conseiller du chef de l’Etat russe.

« La politique en matière de coopération technique militaire avec les pays étrangers est définie par le président de la Russie, correspond totalement à tous les engagements pris auparavant et n’est dirigée contre aucun pays tiers », a souligné M.Prikhodko.

On lit dans certains médias israéliens que l’Etat hébreu mène des négociations avec la Russie en essayant d’empêcher la vente d’armes modernes à la Syrie, notamment des missiles antinavires supersoniques. C’est ce qu’a écrit notamment vendredi le journal Haaretz citant un responsable haut placé israélien.

Donc ce qui compte pour la Russie est de respecter les engagements de ses contrats militaires avec les pires dictateurs de la planète, à l’époque le régime de Damas ne connaissait pas la crise qu’il connait aujourd’hui. Les craintes pointaient surtout vers l’axe Damas – ‘Hezbollah.

Israël est surtout préoccupé par la possible vente de missiles de croisières antinavires Yakhont. Tel Aviv craint que ces missiles ne soient transmis au Hezbollah. 31.08.2010

La Russie vendra des missiles à la Syrie
Lundi 30 août 2010 à 09:53

Israël essaie d’empêcher la vente d’armement russe sophistiqué à la Syrie, mais sans succès

Un proche conseiller du president Medvedev vient mettre un terme aux spéculations en affirmant que la Russie tiendra ses promesses et livrera des missiles de croisière supersoniques à Damas. De quoi inquieter durablement les Israéliens.

Alors que le journal « Haaretz » annonçait vendredi que le Premier ministre Benyamin Netanyahou avait demandé à son homologue russe Vladimir Poutine de stopper la vente de missiles de croisière supersoniques P-800 Yakhont à la Syrie, qui pourraient sérieusement menacer la sécurité des navires de guerre israéliens en Méditerranée, un proche du président Medvedev a affirmé que la Russie comptait aller jusqu’au bout de cette vente.

A Jérusalem, on redoute que les missiles russes ne soient transmis au Hezbollah et on espère encore pouvoir empêcher cette livraison.

La Russie surenchérit

La Russie déploiera des bâtiments lourds dans sa base syrienne (Marine)

MOSCOU, 2 août – RIA Novosti

La Marine russe compte déployer après 2012 des bâtiments de guerre lourds et des porte-aéronefs dans l’ancienne base navale soviétique de Tartous, en Syrie, a déclaré lundi dans une interview à RIA Novosti l’amiral Vladimir Vyssotski, commandant en chef de la Marine de guerre russe.

« Nous allons sans aucun doute développer la base de Tartous. Nous y aménagerons d’abord un point de stationnement avant d’y créer une base navale. La première étape de développement et de modernisation s’achèvera en 2012. Elle prévoit des mesures qui permettront d’y déployer des bâtiments de guerre lourds – des croiseurs » et navires porte-aéronefs, a indiqué l’amiral.

La base de Tartous est la seule base navale russe à l’étranger, ex-URSS exclue. Elle a été créée conformément à un accord intergouvernemental soviéto-syrien de 1971. La 5e escadre soviétique de la Méditerranée, stationnée à Tartous, a été dissoute en 1991 et les navires de guerre russes ont rarement fait escale en Syrie après cette date.

A l’heure actuelle, la base de Tartous comprend deux appontements flottants, un atelier de réparation, puiseurs dépôts, des casernes et d’autres installations.

L’annonce de déploiement avait été fait le 23 Avril 

Syrie: la base navale russe prête à accueillir la flotte de la mer Noire

MOSCOU, 23 avril – RIA Novosti

L’ancienne base navale soviétique de Tartous, en Syrie, est prête à accueillir la flotte russe de la mer Noire, a annoncé vendredi le chef du Centre russe de prévisions militaires Anatoli Tsyganok lors d’un duplex Moscou-Kiev.

« La Russie se préparait à retirer sa flotte de Crimée (avant la signature le 21 avril d’un accord prolongeant sa présence en Ukraine de 25 ans après 2017-ndlr.). Nous avons déjà aménagé une base à Tartous, nous la moderniserons et la flotte russe de la mer Noire sera également stationnée en Syrie », a indiqué l’expert.

En juillet dernier, deux remorqueurs russes ont acheminé un nouvel appontement flottant à Tartous où une base navale soviétique a été aménagée pendant les années 1980 conformément à un accord intergouvernemental de 1971. La 5e escadre soviétique de la Méditerranée, stationnée à Tartous, a été dissoute en 1991 et les navires de guerre russes ont rarement fait escale à Tartous après cette date.

Une autre base de la flotte sera construite le port russe de Novorossisk en 2020, selon l’expert. Toutefois, elle « peut accueillir les navires militaires russes seulement en été. En hiver, il est difficile d’y stationner en raison de vents forts et de givre. Les navires risquent d’être bloqués par la glace », a ajouté M.Tsyganok.

Commentant l’accord du 21 avril prolongeant le bail de la base navale russe en Ukraine, l’expert a noté que les relations russo-ukrainiennes devaient ressembler à celles entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Si la Russie achète le porte-hélicoptères français Mistral, elle pourrait lancer la production des navires de ce type à Nikolaïev, en Ukraine. Les chantiers navals de Nikolaïev ont construit des porte-hélicoptères et porte-avions pour la Marine soviétique.

Dans la même année le contrat pour les missiles Lakhont était engagé 

Russie -Missiles Iakhont pour la Syrie: contrat en cours de réalisation 25-02-2011

Moscou ne renonce pas du tout à son contrat de livraison de missiles antinavires Iakhont à Damas, a déclaré samedi devant les journalistes à Vladivostok le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov.

« Le contrat est en cours de réalisation », a indiqué M.Serdioukov à propos de la vente de missiles Iakhont à la Syrie.

Le Iakhont est probablement le missile antinavires le plus rapide au monde, estiment les spécialistes.

Et de déclarer

La coopération militaire russo-syrienne ne rompt pas l’équilibre des forces au Proche-Orient, a déclaré à RIA Novosti le représentant spécial du président russe pour le Proche-Orient, Alexandre Saltanov, en visite à Damas.

« Les deux parties sont persuadées que leur coopération militaire et technique bilatérale ne perturbe pas le rapport des forces dans la région et s’exerce sur une base juridique universellement reconnue », a affirmé lundi le diplomate, à l’issue d’une rencontre avec le ministre syrien des Affaires étrangères, Wallid El Mouallem.

Selon l’émissaire russe, les négociations ont porté sur le développement de la coopération bilatérale dans différents domaines, y compris les armements.

M. Saltanov a également cité les transports et l’énergie parmi les secteurs clés de la coopération russo-syrienne.

Cette coopération a reçu une forte impulsion en mai 2010, lors de la visite du président Dmitri Medvedev à Damas. C’est la première fois de l’histoire qu’un chef de l’Etat russe s’est rendu dans la capitale syrienne. La visite a été marquée par la signature d’une série d’accords dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC) et d’un accord intergouvernemental en matière de trafic aérien.

La Syrie est l’unique pays méditerranéen à avoir accepté d’accueillir des bâtiments de guerre russes. Moscou compte déployer des navires lourds, y compris des porte-aéronefs, dans l’ancienne base navale soviétique de Tartous, dont la modernisation doit prendre fin en 2012.

Archives source


J’ai tenu à faire ce rappel, car il se trouve que la situation a changé aujourd’hui, et que la Russie aurait pu également réévaluer le danger qui se trouve tout de même à ses portes. La crise dans les pays arabo-musulmans nous démontre que tout peut voler en éclat du jour au lendemain, et que les dictateurs déchus peuvent laisser la place à des individus bien plus dangereux encore.

La déclaration russe passée pratiquement inaperçue hier dans la presse francophone laisse pantois.

Alors que Bachar Al Assad massacre allégrement son peuple, la Russie décide de continuer la livraison au boucher de Damas, et annonce également qu’elle contruira d’autres centrales nucléaire en Iran se vantant que la coopération militaire est en plein essor

Retour sur 1 mois et demi de déclarations russes, ces informations mises bout à bout sont effrayantes et  révèle l’irresponsabilité des leaders russes qui ne s’imaginent peut-être pas être qu’un jour ils auront rendez-vous avec le Tribunal de l’Hisoire.


Nucléaire : coopération accrue de la Russie avec l’Iran 12-109.2011

La Russie va coopérer à l’avenir avec l’Iran à « d’autres projets dans le domaine de l’énergie nucléaire » que la centrale électrique de Bouchehr, a déclaré le ministre russe de l’Energie Sergueï Chmatko, en visite à Téhéran.Revue de presse 12.09.2011

Résolution sur la Syrie – BLOCAGE RUSSE 13-10

Alliée de longue date de la Syrie, à laquelle elle fournit des armements, la Russie bloque depuis des mois une condamnation du régime syrien au Conseil de sécurité de l’ONU. Lundi encore, le président Dmitri Medvedev a estimé qu’il n’était pas nécessaire d’exercer des ‘pressions supplémentaires’ sur Damas, appelant à l’adoption d’une résolution ‘ferme mais équilibrée’ sans sanctions ‘automatiques’.

Mercredi dernier, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, avait opposé une fin de non-recevoir aux appels de son homologue français, Alain Juppé, en visite à Moscou, à se joindre aux efforts des Occidentaux pour faire cesser des ‘crimes contre l’humanité’ en Syrie. La Russie est opposée au départ du président Al-Assad, réclamé par les Occidentaux Revue de presse 13.09.2011

Moscou et Caracas discutent de la coopération militaire et énergétique (Poutine)15-10

La coopération énergétique, militaire et financière a été mercredi au centre d’une rencontre du premier ministre russe Vladimir Poutine avec le ministre vénézuélien des Finances Jorge Giordani, en visite en Russie.  »J’aimerais bien poursuivre nos discussions sur la coopération dans le secteur énergétique, le bâtiment, les finances et la coopération militaire et technique », a indiqué M.Poutine inaugurant la rencontre dans sa résidence de Novo-Ogariovo, dans la région de Moscou. Le premier ministre russe a annoncé s’être entretenu mardi par téléphone avec le président vénézuélien sur la coopération économique entre les deux pays.Revue de presse 15.09.2011

La Russie va exploiter avec l’Iran un énorme gisement minier iranien

La Russie et l’Iran vont créer une coentreprise pour exploiter une gigantesque mine de plomb et de zinc iranien à Mehdiabad, un projet pesant 1,2 milliard de dollars, a rapporté mardi le quotidien russe Kommersant. Mehdiabad est le plus important gisement de plomb et de zinc encore non exploité au monde, précise Kommersant. Il contient près de 400 millions de tonnes de minerai au total. Revue de presse 21.09.2011

La Russie a fait capoter la Réunion du Quartette

Quartette : la Russie a refusé de reconnaître l’Etat juif 25-09

Des diplomates occidentaux ont indiqué que la proposition du Quartette pour la reprise du processus de paix entre Israël et les Palestiniens, a suscité une vive controverse parmi les membres du Quartette. A tel point qu’il a été question à un moment donné qu’une partie des délégués publient des communiqués indépendants à la suite des discours de Netanyahou et Abbas à l’Assemblée générale de l’Onu. La Russie s’est notamment opposée à ce qu’Israël exige la reconnaissance du caractère juif de son Etat, ce qui a poussé le Quartette à renoncer d’exiger que les discussions soient fondées sur les frontières de 67. Revue de presse 25.09.2011

Une délégation du Hezbollah à Moscou

La délégation du Hezbollah réalise une visite de trois jours à Moscou sur l’invitation de la Commission pour les Affaires internationales de la Douma (chambre basse du parlement russe). « La position de la Russie sur la situation au Proche-Orient est explicite. Elle soutient la souveraineté des peuples et n’admet pas d’ingérence extérieure dans les affaires intérieures des pays de la région », a indiqué devant les journalistes M.Raad, leader du bloc parlementaire libanais de la Fidélité à la Résistance. Selon ce dernier, la délégation entend aussi confirmer « l’intention d’approfondir la coopération entre la Russie et le Liban et de renforcer la coordination entre les deux pays ». La Russie ne considère pas le Hezbollah comme une organisation terroriste. Revue de presse 20.10.2011

Nucléaire iranien : Pékin et Moscou cherchent à dissuader l’AIEA de publier son rapport

La Russie et la Chine font pression sur l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) afin qu’elle renonce à publier un rapport susceptible d’étayer les soupçons d’un caractère militaire du programme nucléaire iranien, a confié un diplomate occidental sous couvert d’anonymat.   Revue de presse 21.10.2011

Nucléaire: des contacts directs Iran-AIEA indispensables (Moscou)< exemple de propagande russe

La Russie préconise des contacts directs entre Téhéran et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA),

afin de faire toute la lumière sur le programme nucléaire iranien. La Russie préconise des contacts directs entre Téhéran et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), afin de faire toute la lumière sur le programme nucléaire iranien, lit-on mardi dans un communiqué de la diplomatie russe.  »La Russie intervient invariablement pour que toutes les questions concernant le programme nucléaire iranien soient éclaircies, par des contacts directs entre Téhéran et l’AIEA. Ce sujet sensible requiert une approche impartiale, délicate et responsable, qui n’est sans doute pas possible dans le contexte de cette esbroufe médiatique, qui s’est élevée même avant la publication du rapport du directeur générale de l’Agence », dit le document. L’agence Associated Press, qui se réfère à un document secret obtenu par ses collaborateurs, a rapporté que la Russie et la Chine avaient envoyé au directeur général de l’AIEA Yukiya Amano un message conjoint, en l’appelant à s’abstenir de démarches hâtives sur la question iranienne. Selon cette publication, la Russie et la Chine feraient pression sur l’AIEA afin que celle-ci renonce à publier un rapport susceptible d’étayer les soupçons sur le caractère militaire du programme nucléaire iranien, ce qui pourrait engendrer des discussions au Conseil de sécurité de l’Onu sur de nouvelles sanctions contre l’Iran. Revue de presse 26.10.2011

Il est sur qu’une intervention mettrait fin à la réalisation des sacro-saints contrats d’armements, tant pis pour les Syriens !

Moscou ne permettra aucune intervention militaire en Syrie

« La Russie est opposée à toute intervention militaire en Syrie, à l’instar de l’opération de l’Alliance atlantique en Libye », a répété mardi son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Il a assuré que son pays « ne permettra pas à une chose pareille de se produire en Syrie ». Revue de presse 27.10.2011

Les chinois ne sont pas en reste et s’activent activement pour préserver eux aussi leurs contrats juteux

Les ventes de missiles chinois à l’Iran peuvent échapper aux sanctions.

Les USA n’interdisent pas clairement la vente de missiles de croisière entre autres qui peuvent menacer l’approvisionnement de pétrole dans le Golfe Persique, le Congrès a donc crée une commission pour examiner la situation car la Chine est le plus grand fournisseur d’armes ) l’Iran qui a vendu depuis 2006 pour 312 millions de dollars tels des missiles de croisière anti-navire qui permettraient à l’Iran de cibler les navire croisant dans le Golfe par le détroit d’Ormuz Revue de presse 9.11.2011

Russie-Iran : la coopération militaire en plein essor

« La Russie et l’Iran poursuivent leur coopération militaire et technique dans les domaines non concernés par les sanctions des Nations unies », a déclaré mercredi Mikhaïl Dmitriev, chef de la coopération militaire et technique (FSVTS). « Il y a des choses qui ne sont pas interdites et les deux pays coopèrent bien entendu dans ce petit domaine non frappé par la résolution » 1929 du Conseil de sécurité de l’ONU, a indiqué Dmitriev. Le FSVTS a annoncé, la semaine dernière que Moscou a livré à Téhéran des moyens de lutte radio-électronique afin de « garantir la sécurité de l’Etat iranien ».Revue de presse 03.11.20

Printemps arabe : Poutine rejoint la position iranienne sur le rôle des Occidentaux

Poutine a critiqué lundi le comportement des « puissances mondiales arrogantes » qui ont soutenu des soulèvements dans des pays d’Afrique du Nord, s’exprimant à Saint-Pétersbourg devant des responsables chinois et iraniens notamment. « Ces puissances mondiales arrogantes ont soutenu les régimes précédents en Afrique du Nord et, ce qui est curieux, les mêmes pays ont soutenu les révolutions qui ont renversé ces régimes »Vladimir Poutine avait vivement critiqué en mars l’opération occidentale en Libye qui a contribué à la chute du régime de Kadhafi, comparant la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Libye à un « appel aux croisades ». Moscou, comme Pékin, avait omis d’opposer son veto à cette résolution, mais a par la suite accusé l’OTAN d’en avoir outrepassé les termes, et a bloqué par la suite les projets occidentaux de résolution sur la Syrie.Revue de presse 03.11.2011

Nucléaire : Pékin et Moscou persistent à soutenir l’Iran 

Dans le bras de fer qui l’oppose aux puissances occidentales sur son programme nucléaire, l’Iran peut en effet compter sur deux alliées fidèles, qui sont aussi membres du Conseil de sécurité de l’ONU : la Russie et la Chine. Pékin a fait de la non-ingérence dans les affaires internes d’un pays une question de principe. Mais son amitié vis-à-vis de Téhéran a surtout des racines économiques. La Chine, qui a d’énormes besoins énergétiques, dépend lourdement de ses importations de pétrole iranien. Quant à la Russie, elle a construit la première centrale nucléaire iranienne à Buchehr, dans le sud du pays, et envisage de signer d’autres contrats du même type avec Téhéran. Les deux pays ont récemment créé une entreprise commune destinée à exploiter une gigantesque mine de plomb et de zinc en Iran. Un responsable russe a récemment affirmé que son pays avait «une très longue liste » d’armes qu’il comptait vendre à son allié 04.11.20111

La Russie critique la publication du rapport sur l’Iran

La Russie a critiqué mardi la publication d’informations relatives au programme nucléaire iranien contenues dans un rapport de l’AIEA, estimant qu’elle reduirait les espoirs de dialogue avec Téhéran et laissant entendre qu’elle visait à saboter les chances d’une solution diplomatique. Syrie : l’opposition exhorte les pays arabes à la soutenir
Le Conseil national syrien (CNS), regroupant la majorité des courants de l’opposition, a annoncé mardi avoir lancé une campagne auprès des pays arabes pour réclamer des mesures sévères contre le régime de Damas après huit mois de violences ayant fait plus de 3.500 morts, selon l’ONU. Revue de presse 09.11.2011

Russie/Iran: »pas de nouvelles sanctions »

Moscou ne soutiendra pas l’adoption de nouvelles sanctions contre l’Iran après la publication d’un rapport de l’AIEA sur le programme nucléaire iranien, a déclaré aujourd’hui le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov.
« Toutes sanctions supplémentaires contre l’Iran seront interprétées dans la communauté internationale comme un instrument pour changer le régime à Téhéran. Une telle approche est inacceptable et la partie russe n’examinera pas des propositions en ce sens »,

Russie – le rapport de l’AIEA a été « transformé »

La Russie a jugé mardi que la publication ces dernières semaines de conclusions du rapport de l’AIEA sur le programme nucléaire de l’Iran a alimenté les « tensions » entre les grandes puissances et Téhéran, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères.  »Moscou ressent une forte déception et de l’incompréhension parce que le rapport de l’AIEA sur l’Iran, sur lequel beaucoup a été dit et écrit ces derniers jours, a été transformé en une nouvelle source d’accroissement des tensions autour des problèmes liés au nucléaires iranien », selon le ministère. Revue de presse 10.11.2011

Nucléaire iranien : les sanctions ne résoudront rien (Pékin)

L’adoption de nouvelles sanctions à l’encontre de Téhéran ne permettra pas de régler le problème nucléaire iranien, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère chinoise des Affaires étrangères, Hong Lei. « Nous avons toujours estimé que le dialogue et la coopération constituaient la voie correcte pour le règlement du problème nucléaire iranien. Les sanctions ne permettront pas de trouver une solution fondamentale à ce problème », a indiqué le porte-parole qui a estimé que « l’AIEA doit adopter une approche juste et objective face au dossier nucléaire iranien et contribuer au règlement de la situation par voie de négociation ».Revue de presse 11.11.2011

Moscou envisage la construction de nouveaux réacteurs nucléaires en Iran 

Le responsable de l’agence russe de l’énergie atomique, Sergueï Kirienko, a affirmé jeudi que la Russie envisageait de construire à Bouchehr, en Iran de nouvelles installations nucléaires destinées à la production d’électricité. Revue de presse 11.11.2011

Très cynique la Russie bloque les sanctions par véto mais met en garde contre toute intervention

Moscou met en garde l’Otan contre le recours à la force sans l’aval de l’Onu

L’engagement de l’Otan, à titre d’instrument de légitimation de décisions illégales, est susceptible de créer des risques supplémentaires de prolifération des armes de destruction massive (ADM), a déclaré samedi Alexandre Loukachevitch, porte-parole de la diplomatie russe. C’est ainsi que le diplomate a commenté les déclarations de certains hommes politiques en Occident, estimant que l’intervention armée de l’Alliance pourrait se passer de l’aval du Conseil de sécurité de l’Onu.  »Notre position sur cette question est bien connue. Les suggestions d’accorder à l’Otan le droit de recourir à la force dans le cadre de la conception de la « responsabilité pour protection » sans le mandat approprié du Conseil de sécurité de l’Otan sont très alarmantes », a indiqué le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. Et d’expliquer que si une telle approche devenait un élément de la stratégie et du planning opérationnel de l’Alliance, elle pourrait ébranler les fondements de l’actuel système des rapports dans le monde.  »La perspective de l’engagement de l’Otan, à titre d’instrument de légitimation des décisions illégales, inciterait d’autres Etats à rechercher des moyens plus sûrs et plus « convaincants » de garantir leur propre sécurité, ce qui peut générer de nouveaux risques de prolifération des armes de destruction massive », a ajouté M.Loukachevitch

L’usage de la force contre l’Iran serait une grave erreur (Moscou)

L’usage de la force militaire contre l’Iran serait une erreur lourde de conséquences internationales, a déclaré jeudi à la radio Voix de la Russie le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitc  »Nous n’admettons même pas l’idée qu’un tel scénario, cauchemardesque, puisse se réaliser », a-t-il affirmé, commentant les déclarations de différents officiels israéliens sur la possibilité de frappes militaires en Iran. Revue de presse 13.11.2011

Armements: la Russie continue ses livraisons en Syrie

La Russie ne suspend pas ses livraisons d’armes en Syrie prévues par des contrats conclus auparavant, a déclaré dimanche Viatcheslav Dzirkaln, directeur adjoint du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS).  »Du moment qu’il n’y a pas d’embargo sur les livraisons d’armes en Syrie, la Russie s’acquitte de tous ses engagementdécoulant des contrats qui avaient été conclus précédemment »,La Syrie est le plus gros importateur d’armements russes dans la région. Actuellement, la Russie est en train de s’acquitter de son contrat de livraison  d’une batterie de défense côtière Bastion dotée de missiles supersoniques de croisière antinavires Iakhont. La suite de notre article sur le site aujourd’hui

Par contre la Russie joue les mijorées quand il s’agit de la Libye

Libye: Moscou préoccupé par les missiles restés aux mains des combattants du CNT

La Russie est préoccupée par le sort des missiles sol air portables qui sont restés à la disposition des combattants du Conseil national de transition en Libye après la chute du régime de Kadhafi, a déclaré dimanche Viatcheslav Dzirkaln, directeur adjoint du Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS). »La Russie a préparé un projet de résolution du Conseil  de sécurité de l’Onu sur la contrôle des missiles sol-air portables qui ont passé au CNT », a indiqué le responsable lors d’une conférence de presse dans le cadre du 12 Salon aérospatial de Dubaï. Revue de presse 14.11.2011

Bien sur Le sanguinaire syrien et le génocidaire iranien  se sentent protégés d’avoir de  tels soutiens – Les Syriens sauront s’en se souvenir, des drapeaux chinois et russes dans quelques villes syriennes avaient déjà été brulés

Syrie: Damas compte sur Moscou et Pékin

Damas espère que Moscou et Pékin – qui ont bloqué un projet de résolution onusienne prévoyant des sanctions contre la Syrie – maintiendront leur position et contribueront à lancer un dialogue entre le pouvoir et l’opposition, a annoncé lundi le chef de la diplomatie syrienne, Walid Mouallem, cité par les médias internationaux.
« Les positions de la Russie et de la Chine, que nous remercions, ne changeront pas, car nous sommes en coordination et en consultation avec eux. Je suis sûr que la Russie veut jouer un rôle efficace dans le dialogue qui va se tenir [entre le pouvoir syrien et les opposants], et ceci est une chose positive », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

La Russie condamne la suspension de la Syrie de la Ligue arabe

« Nous considérons que la suspension de la Syrie en tant que membre de la Ligue arabe est incorrecte. Ceux qui ont pris cette décision ont perdu une véritable opportunité de rendre la situation plus transparente », a-t-il déclaré. Revue de presse 14.11.2011

Nucléaire iranien – L’Iran prete à offrir sa technologie nucléaire aux pays arabes voisins

Selon Mohammad Javad Larijani, Directeur général du Haut Conseil iranien pour les droits de l’homme -ce n’est pas une plaisanterie – , l’Iran est prete à partager sa technologie nucléaire avec les pays voisins. L’officiel iranien a notamment déclaré que son pays pourrait aider la Turquie à accéder à la technologie nucléaire.  »L’Iran a développé une technologie et un savoir faire nucléaire très sophistiqués, qui sont prêts à être partagés avec les pays voisins et amis » a déclaré Larijani, ajoutant que « la Turquie essaie depuis plusieurs années de construire une centrale nucléaire, mais aucun pays occidental n’est prêt à le faire, nous si; et c’est vrai pour tous les états arabes de la région ». Affirmant cyniquement que cette coopération se ferait « dans le cadre du Traité de non prolifération des armes nucléaires de 1968?, il s’agit, selon lui, pour l’Iran, « d’un boulevard qui s’ouvre ». Mais l’Iran pourrait essaimer son nucléaire au-delà de ses voisins : le Brésil (qui comme la Turquie, s’est opposé aux sanctions contre l’Iran décidées par l’ONU) pourrait également en bénéficier. La Turquie essaie de construire une centrale nucléaire depuis plusieurs années et a signé plusieurs contrats avec des sociétés russes et japonaises. Larijani, frère du président du parlement iranien, Ali Larijan, est à New York pour assister à une réunion du Haut conseil pour les droits de l’Homme, qui devrait se prononcer sur une résolution condamnant l’Iran.

Avec une pointe de paranoïa

L’Otan poursuit ses plans militaires contre la Russie (Rogozine)

L’Otan poursuit la mise en œuvre de plans militaires orientés contre la Russie, a déclaré mardi à RIA Novosti le délégué permanent russe auprès de l’Alliance, Dmitri Rogozine, à l’issue d’une réunion à Bruxelles du Conseil Russie-Otan (CRO) au niveau des ambassadeurs.  »Les dernières fuites sur le site Wikileaks confirment l’information de la partie russe, selon laquelle l’Otan mène toujours la planification militaire, y compris nucléaire, contre la Russie », a indiqué le diplomate.
Selon M.Rogozine, il a rappelé à ses collègues du CRO qu’il y a un an, lors du sommet Russie-Otan à Lisbonne, le président Dmitri Medvedev avait proposé l’abandon des plans militaires adverses.Revue de presse 15.11.20111

De peur que Bashar finalement tombe et n’honore pas la fin du paiement des contrats, il faut vite chercher de nouveaux clients interessés par des armes moins lourdes

Moscou appelle à élargir la liste des armes conventionnelles

La Russie insistera pour que les drones et les plateformes antiaériennes soient mentionnés dans la liste des armes visées par le Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), a déclaré mardi à Bruxelles le représentant permanent de la Russie auprès de l’Otan, Dmitri Rogozine.  »Nous insisterons pour que la liste des armes conventionnelles soit élargie aux nouvelles armes qui ont été créées ces vingt dernières années. Il s’agit des drones, y compris des drones d’assaut utilisés pendant la guerre contre la Libye (…). Nous estimons également que les plateformes antiaériennes qui naviguent dans les mers européennes, méridionales et septentrionales constituent aussi des armes conventionnelles. Nous ne pouvons pas ignorer le danger potentiel que présentent ces bâtiments de guerre »  »Il n’est pas question de prendre des mesures discriminatoires à l’égard de la Russie.  ni les mesures visant à empêcher le mouvement des troupes russes en Russie. Nous considérons toutes les tentatives de limiter notre liberté comme les vestiges d’une politique coloniale que nous refuserons net. Nous l’avons clairement indiqué ce mardi aux représentants de l’Otan », a ajouté M.Rogozine. Signé le 19 décembre 1990 à Paris par 16 Etats membres de l’Otan et six Etats membres du Traité de Varsovie, le Traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE) définissait les quantités d’armements conventionnels stationnés en Europe. En 2007, la Russie a suspendu l’application du Traité FCE au motif que tous les pays signataires n’honoraient pas leurs engagements. Revue de presse du 16.11.2011

Mais qui sont ces opposants qui risquent de mettre à mal la bonne marche des affaires ?

Syrie : dialogue de sourd entre l’opposition syrienne et Moscou.

Le président du Conseil National Syrien (CNS) Burhane Ghalioun, en visite à Moscou, semble avoir échoué à convaincre les Russes de cesser leur soutien au régime dictatorial de Bachar Al-Assad et de ne plus bloquer les efforts entrepris aux Nations Unies et au Conseil de sécurité pour obtenir une résolution internationale permettant de protéger la population syrienne de son geôlier. A l’inverse, les responsables russes n’ont pas réussi à convaincre le CNS de dialoguer avec le régime syrien. Selon Ghalioun, « c’est le peuple meurtri qui refuse tout dialogue avec son assassin ». Les conditions d’un dialogue ne sont pas réunies. Et pour cause, aucun opposant – à l’exception des opposants de l’intérieur, manipulés par le régime – n’accepte de dialoguer à l’ombre des chars tout en comptant les dizaines de morts quotidiennes. Ghalioun a cependant admis que le CNS accepte de dialoguer à condition que ce dialogue soit garanti par la Ligue arabe, qu’il porte sur le départ de Bachar Al-Assad, et qu’il respecte un agenda et un plan bien déterminés dans le temps. Autrement dit, le CNS refuse de tomber dans le piège du régime et de s’engager dans un dialogue interminable qui est l’une des spécialités de Damas, aux côtés de la violence et des mensonges. Revue de presse 16.11.2011

Mais Poutine and co se fichent pas mal du nombre de Syriens bouzillés par les armes russes ou chinoises, de soutenir les fous furieux génocidaires, que la région soit à feu et à sang on se fait plaisir en se décernant quelques prix, comme …

Poutine reçoit des Chinois un prix de la paix

C’est un nouveau trophée pour Vladimir Poutine, qui se prépare à se réinstaller au Kremlin lors de la prochaine élection présidentielle, en mars. Hier, un groupe de professeurs d’université chinois a remis à l’actuel Premier ministre russe le «prix de la paix Confucius», copié sur le prestigieux prix Nobel de la paix. L’homme fort de la Russie a été récompensé pour ses «remarquables actions cette année pour préserver la paix dans le monde». Revue de presse 15.11.2011

Par Aschkel pour Israël-flash

Tags: ADM, Chine, Iran, nucleaire, Pays voyous, Russie, ventes d’armes, Vladimir Poutine

[/do]





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Russie: « Nous continuerons les livraisons d’armes à la Syrie, et la construction de centrales nucléaires en Iran »

    1. Roberto

      POUTINE est un voyou, un délinquant que les pays civilisés ne devraient en aucun cas recevoir. A ce compte là, il faudrait livrer aux Tchétchènes des armes sophistiquées capables de faire très mal aux Russes. Sachant que les Tchétchènes sont capables du pire tout comme les Syriens et les Iraniens, ce serait une bonne réponse à ce voyou que le monde reçoit en grandes pompes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *