toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le vote en faveur de l’admission de la Palestine à l’UNESCO ou le culte aigu de l’inessentiel


Le vote en faveur de l’admission de la Palestine à l’UNESCO ou le culte aigu de l’inessentiel

A l’heure où des milliards de personnes ne mangent pas à leur faim et n’ont pas accès aux soins,
A l’heure où encore trop d’enfants sont enrôlés pour faire la guerre, ou sont exploités afin que nous puissions acheter moins chers nos produits de consommation courants,
A l’heure où tant de femmes voient leurs droits les plus élémentaires bafoués,A l’heure où la libre croyance religieuse ou d’opinion sont de plus en plus contestés,
A l’heure où le génocide arménien n’est toujours pas reconnu par celui qui l’a perpétré,
A l’heure où les Kurdes, peuple écartelé, dont les terres sont occupées par l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie et que la perspective d’un état s’éloigne chaque jour un peu plus,

L’UNESCO, l’Agence des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture a mis en tête de ses priorités, l’admission de l’Autorité Palestinienne (AP) en tant que membre à part entière.Ainsi, sur 195 états que compte l’organisation internationale, 107 pays, dont la Belgique, l’Espagne, la France, la Grèce, l’Irlande, la Norvège, la Russie et la Turquie se sont exprimés en faveur de l’admission, contre quatorze qui s’y sont opposés dont l’Allemagne, l’Australie, le Canada, les Etats-Unis, la Hollande, Israël, la République Tchèque et la Suède. La Grande Bretagne, l’Italie, la Pologne, le Portugal et la Suisse quant à eux, se sont abstenus.

Les réactions ont été immédiates, congratulations des représentants palestiniens qui voient en ce vote la première concrétisation de leurs efforts en vue d’obtenir sans négociation un état, et satisfaction bienpensante de ceux qui ont soutenu l’initiative. D’autres en revanche ont émis de vives critiques, tels les USA, le Canada et Israël qui ont averti qu’ils ne paieraient plus leur contribution, ce dont s’est ému la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova.

Quelque soit le parti que l’on soutienne, on ne peut qu’être étonné de l’agenda de l’UNESO, alors qu’un rapport de l’Institut Impact de recherche sur la tolérance et la paix rapporte que « l’AP ne respecte pas les normes éducatives de l’Unesco » et que les chantiers essentiels à traiter de par le monde sont légions. L’argument avancé serait qu’un statut de membre à part entière conféré à l’AP ferait progresser de manière significative le processus de paix, les négociations étant au point mort.

Si l’on peut partager ces aspirations pacifiques, il est tout de même licite de s’interroger sur le bienfondé de choisir l’UNESCO pour plaider une telle cause. Investir cette organisation du rôle de « faiseur d’états » est un acte éminemment politique qui n’a que peut chose à voir avec les prérogatives de cette institution, transformant ainsi un forum pour la promotion de l’Homme en arène politique. D’aucun considère ce vote comme « un dévoiement des instances internationales » comparable à celui des conférences de Durban contre le racisme.

On peut avancer d’autres explications toutes aussi politiques. Cette reconnaissance serait un moyen, pour les palestiniens et leur « majorité automatique », de forcer la main du Conseil de Sécurité qui doit prochainement se prononcer sur la reconnaissance de l’état de Palestine. On ne peut exclure également qu’il y ait un calcul de la part de certains pays, d’Europe en particulier, qui considérent un vote positif à l’UNESCO comme un compromis pratique et acceptable, leur permettant ensuite de s’opposer ou de s’abstenir à l’ONU.

Mais a-t-on bien mesuré toutes les conséquences d’une telle décision en cette période d’extrême instabilité avec les « Printemps arabes » et la vague islamiste qui s’en suit ?

Il est à craindre qu’au lieu de promouvoir la paix, le résultat soit à l’exact opposé. Les palestinien divisés vont immanquablement interpréter ce vote comme un encouragement à la surenchère et à la politique du fait accompli, plutôt que de réaliser « l’unité tant espérée » et de négocier avec Israël. De son côté, l’état Hébreu ne pourra qu’exercer des mesures de défense contre ce qui sera perçu comme une agression.

De fait, l’AP s’est s’engagée dans une fuite en avant pour contrer le gain politique obtenu par le Hamas lors de l’accord sur la libération de Guilad Shalit contre 1027 prisonniers palestiniens. Ainsi, Ibrahim Khraishi, émissaire de l’AP aux Nations unies, a annoncé que l’objectif premier était désormais « de rejoindre 16 organisations internationales et agences de l’ONU » dont l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA). Alors même que le Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-moon déconseille cette démarche qu’il ne juge « pas bénéfique pour la Palestine ni personnes ».

Learn Hebrew online

De son côté la milice islamiste continue sa rhétorique guerrière et clame haut et fort par la bouche de Mahmoud Zahar qu’elle a plus obtenu par la violence que l’AP qui a négocié avec Israël « durant un million d’années ». Ce que le Raïs Palestinien concède en reconnaissant que le rapt du jeune franco-israélien fut « un acte positif ».

Quant à Israël qui doit faire face une fois de plus à une « pluie de missiles » venant de Gaza menaçant plus d’un million

de personnes et paralysant son économie, le gouvernement a décidé pour l’heure de prendre des mesures graduées et limitées. Benjamin Netanyahou a autorisé la reprise des constructions dans les blocs d’implantations inclus dans le consensus accepté par les deux parties lors des négociations avec Ehud Olmert, et de geler temporairement le transfert de fonds dus à l’AP. Des décisions que se sont empressés de condamner de nombreux gouvernements demandant dans le même temps aux autorités israéliennes de faire preuve de « la plus grande retenue » dans sa réponse aux attaques contre sa population civile.

Les Israéliens anticipent une autre source de conflits majeurs : un programme réfléchi de « négationnisme culturel ». Les palestiniens et d’autres états musulmans sous couvert de préservation du patrimoine mondial de l’humanité vont tenter de s’approprier « pour eux seuls des sites millénaires du judaïsme » par le biais de l’UNESCO, comme le dénonce le Crif dans son récent communiqué.

En définitive, cette reconnaissance internationale, ne va en rien changer la réalité du terrain et promouvoir la création d’un état palestinien qui dépend avant toute chose d’un accord avec Israël. Par contre cela va rendre la situation encore plus complexe et faire reculer davantage les espoirs de paix. L’Europe a manqué là un rendez-vous important en n’adoptant pas sur le dossier une position unifiée. En outre, les états qui ont soutenus cette décision, seront de peu de secours, car ils ne pourront plus revendiquer un rôle d’arbitre auquel tient tant l’UE. Ils seront désormais considérés par l’état Hébreu comme n’ayant pas manifesté une position équilibrée.

Mais ne perdons pas tous les espoirs, car il existe un dicton au Moyen-Orient : « Une fois les mauvaises solutions épuisées, il ne reste plus que les bonnes ». Comme pour confirmer ce vieil adage, les médias viennent de révéler que des pourparlers secrets se seraient tenus entre la Turquie et Israël en pleine crise diplomatique afin de résoudre les différends qui les opposent. Ces contacts auraient été rendus possibles suite à l’aide humanitaire apportée par les israéliens lors du dernier séisme. Formulons le souhait que d’une mauvaise chose puisse en sortir une bonne, et qu’ainsi les protagonistes du conflit israélo-palestinien arrivent malgré tout à trouver un terrain d’entente plutôt que d’opter pour l’escalade.

Pr Hagay Sobol

 

  Pr Hagay Sobol
Professeur des Universités, Docteur en Médecine et Sciences.
Président du Centre Fleg Marseille, Membre du comité directeur du Crif Provence
et du comité régional Provence du FSJU

 

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *