toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Vidéo : Au moins 24 morts dans des émeutes au Caire


Vidéo : Au moins 24 morts dans des émeutes au Caire

Le premier ministre égyptien, Essam Charaf, a appelé, lundi 10 octobre, à une réunion d'urgence du gouvernement, au lendemain des affrontements entre chrétiens coptes et forces de l'ordre qui ont fait vingt-quatre morts au Caire, a rapporté la télévision d'Etat. Au moins quarante personnes ont été arrêtées dans la nuit à la suite des heurts qui ont aussi fait plus de deux cents blessés, selon un responsable de la sécurité.

Dans la nuit, M. Charaf avait appelé chrétiens et musulmans "à la retenue". "Ce qui se passe, ce ne sont pas des affrontements entre musulmans et chrétiens, ce sont des tentatives de provoquer le chaos et la sédition", avait dit le premier ministre sur sa page officielle sur Facebook. Dans des déclarations rapportées par l'agence Mena, il avait en outre estimé qu'il s'agissait d'un "complot pour éloigner l'Egypte des élections".

Un peu plus tôt lundi, Ahmed Al-Tayyeb, grand imam d'Al-Azhar, la plus haute institution de l'islam sunnite en Egypte, a appelé à des discussions en urgence  entre les membres de la Famille égyptienne, une organisation réunissant des religieux musulmans et chrétiens. Berlin, par la voix de son ministre des affaires étrangères, Guido Westerwelle, s'est dit "très préoccupé" par ces violences.

AFFRONTEMENTS MEURTRIERS

Des affrontements entre des coptes et la police militaire ont fait 24 morts et 213 blessés, dimanche 9 octobre, au Caire. Le Conseil suprême des forces armées (CSFA), au pouvoir en Egypte depuis le renversement d'Hosni Moubarak, a décidé d'instaurer un couvre-feu place Tahrir et dans le centre du Caire, ont annoncé le ministère de la santé et des médias d'Etat. D'après la télévision d'Etat trois militaires font partie des victimes.

Les manifestants, protestant contre une attaque visant une de leurs églises, ont lancé des cailloux et des engins incendiaires sur les forces de l'ordre et incendié quatre véhicules au moins. Les chrétiens accusent des islamistes radicaux d'avoir partiellement démoli une église dans la province d'Assouan la semaine dernière. Sur un pont du Caire, des centaines de personnes des deux camps se sont affrontées dimanche armées de bâtons, selon des témoins. Les troubles ont part la suite gagné la place Tahrir.

 

 

"NOUS AVONS PLUS QUE JAMAIS BESOIN D'UNITÉ"

Des milliers de manifestants y ont brocardé le maréchal Hussein Tantaoui, président du CSFA. "Le peuple exige la chute du maréchal !", scandait la foule sur la place où, selon un journaliste de Reuters, l'armée est intervenue en chargeant à la matraque. Des coptes sont également descendus dimanche dans les rues d'Alexandrie pour protester contre l'attaque de leur église, scandant eux-aussi des slogans hostiles au CSFA et à son chef, longtemps ministre de la défense d'Hosni Moubarak.

Le gouvernement intérimaire du premier ministre Essam Charaf a, pour sa part, lancé un appel au calme et indiqué avoir contacté à ce sujet les forces de l'ordre et les autorités ecclésiastiques. "Les seuls bénéficiaires de ces événements et de ces actes de violence sont les ennemis du peuple égyptien, musulmans et chrétiens à la fois", a estimé le chef du gouvernement sur sa page Facebook. Le gouvernement tiendra lundi une réunion extraordinaire pour examiner la situation.

Les autorités égyptiennes ont promis la tenue d'une enquête pour déterminer les causes des violences. "Nous avons plus que jamais besoin d'unité", a déclaré le ministre de l'information, Osama Heikal, à la télévision d'Etat. De son côté, le chef de la police militaire, le général Hamdine Badine, a affirmé à la télévision que la situation était désormais maîtrisée. Les manifestants demandaient le renvoi du gouverneur, à qui ils reprochent de n'avoir pas su protéger leur lieu de culte.

MONTÉE DES TENSIONS CONFESSIONNELLES

Les coptes, qui représentent de 6 à 10 % des Egyptiens, s'estiment discriminés dans une société en grande majorité musulmane. Ils ont été visés par plusieurs attentats, en particulier celui du Nouvel An contre une église à Alexandrie (23 morts). Le 7 mai, 15 personnes avaient été tuées et plus de 200 blessées au Caire lorsque des musulmans avaient attaqué deux églises, affirmant qu'une chrétienne convertie à l'islam était détenue dans l'un des lieux de culte.

L'Egypte connaît depuis plusieurs mois une montée des tensions confessionnelles, alimentées notamment par des querelles de voisinage et des différends sur la construction d'églises. Les premières élections de l'après-Moubarak, des législatives, débuteront le 28 novembre. L'inscription des candidats doit débuter mercredi.

 

source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap