toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les terroristes arabes-palestiniens jouent avec les faiblesses d’Israël et la population gronde dans le Sud du pays


Les terroristes arabes-palestiniens jouent avec les faiblesses d’Israël et la population gronde dans le Sud du pays

FAITS ET ANALYSES – Tout au long de la soirée dernière, et jusqu’à ce matin, la partie occidentale du Néguev ainsi que les grandes agglomérations situées au nord de la bande de Gaza ont essuyé des tirs incessants de roquettes, Kassam, Grad et obus de mortiers, en provenance de la bande de Gaza.

Le bilan : Un tué, Ami Moshé, domicilié à Ashkelon, 59 ans, père de quatre enfants et des dizaines de blessés, la plupart fortement commotionnés par les sifflements stridents des missiles qui s’abattent et les explosions qui s’en sont suivis.

L’armée de l’air israélienne a riposté.

Pas moins de six raids dans la nuit contre des batteries de lancement de missiles et des centres d’entraînement du Jihad islamique.

A l’arrivée, neufs morts qui viennent s’ajouter aux quatre serveurs d’une batterie dans la matinée d’hier, surpris lors de la mise ne place d’une batterie de missiles.

L’Égypte est intervenue afin d’obtenir, aidé en ce par le Hamas, pour obtenir un cessez-le-feu.

Côté israélien, les établissements scolaires n’ont pas ouvert leurs portes dans un rayon de 40 kms à partir de la frontière Israël-bande de Gaza.

La colère gronde dans la population du sud du pays, plus d’un million de personnes, lasse d’être soumise aux caprices des organisations terroristes islamiques, armées et financées en grande majorité par l’Iran.

Plusieurs remarques s’imposent suite à ce regain de violence.

Primo, tout a commencé jeudi dernier, avec le tir d’un missile Grad sur Ashkelon, le Jihad islamique tenant à marquer la date anniversaire de la liquidation du fondateur de leur mouvement Pathi Shaqaki. Il s’agissait aussi d’un signe adressé et à Israël et au Hamas, à savoir que le Jihad était décidé à poursuivre la lutte armée contre les sionistes, sans se laisser fléchir par des transactions comme la dernière en date portant sur la libération de Guilad Shalit contre 1027 détenus palestiniens.

De fait, selon différentes sources, le Jihad islamique s’est singulièrement renforcé au cours des derniers mois, au plan de sa capacité destructrice d’une part (des centaines de missiles Grad) et, d’autre part, quant à son recrutement, des dizaines d’éléments du mouvement salafiste – le plus farouche des opposants au Hamas – étant venus grossir ses rangs.

Il se pose donc en alternative au Hamas, ce qui permet à Téhéran d’avoir deux fers, pour le moins, au feu.

Secundo, le système de défense « Dôme d’acier » n’a pas fonctionné, hormis ce matin où deux missiles ont été interceptés et détruits en vol. Interpellé sur ce sujet, le porte-parole de l’armée a argué du caractère expérimental du système, donc soumis à des aléas, pour tempérer les critiques. De fait, trois batteries ont été déployées dans la région concernée, une quatrième étant annoncée pour la fin de l’année, le tout grâce à un apport financier des États-unis. Insuffisant, disent les experts, même en tenant compte de l’impossibilité d’assurer une fiabilité à 100% du système.

Mais voilà, le projet global du système « Dôme d’acier » porte sur le déploiement de 14 batteries, en deux ans. Hors, le carnet de commandes de Raphael, la société qui a conçu et réalise ce système défensive d’avant-garde, est vide pour ce qui concerne la suite du déploiement. Le retard est patent, et inquiétant.

Tertio, et le président de la commission parlementaire de la Défense et des Affaires étrangères Shaul Mofaz l’a rappelé ce matin, le Dôme d’acier apporte une garantie sécuritaire supplémentaire, mais non une stratégie quant à la problématique posée par la bande de Gaza en tant que telle.

Depuis août 2005, date du retrait israélien, et de la prise de pouvoir du Hamas deux ans plus tard, aucun gouvernement n’a planché sur la menace constante à sa frontière sud d’organisations extrémistes, vouées en priorité à la destruction de l’État hébreu, et soutenues qui plus est par une puissance étrangère, l’Iran.

Il y a là comme un manque.

Source : IsraëlValley, par Mati Ben-Avraham

 





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *