toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Désinformation : la presse française encore et toujours accuse Israël


Désinformation : la presse française encore et toujours accuse Israël

 

Comme prévu, les titres de nos médias font état d’attaques graves contre Gaza et de morts « palestiniens » rejetant la faute sur l’agresseur israélien Ce n’est qu’en fin d’articles que les lecteurs peuvent comprendre que des roquettes –une vingtaine ont été tirées sur des civils israéliens causant la mort d’un homme.

Le Monde à son habitude titre : "Les violences reprennent dans la bande de Gaza et le sud d'Israël" Si nous lisons bien les violences ont d'abord repris dans la bande de Gaza…

La photo à la Une comporte la légende  : "A l'hôpital Al-Shifa de Gaza, des proches d'un Palestinien tué dans un raid israélien s'effondrent."

Où est la photo de l'éole en flammes en Israël? L'extrait ci-dessous démontre bien le mécanisme de désinformation :

Les affrontements entre l'armée israélienne et des combattants  (pas des terroristes ?) palestiniens du Djihad islamique ont repris dans la bande de Gaza et le sud d'Israël, samedi 29 octobre, avant que soit mis en place un cessez-le-feu. (Israël placé en premièrepartie de la phrase donc il ne s'agit pas d'une riposte) Les raids aériens israéliens sur la bande de Gaza ont tué neuf combattnts palestiniens, tandis qu'un Israélien est mort de ses blessures à la suite de tirs de roquettes contre le sud d'Israël.

Lors d'un premier raid aérien israélien samedi en début d'après-midi, cinq Palestiniens faisant partie des Brigades Al-Quds, la branche militaire du Djihad islamique, ont trouvé la mort dans un camp d'entraînement près de Rafah. Dans la soirée, deux Palestiniens, qui s'apprêtaient apparemment à lancer une roquette, ont été fauchés à Rafah. Les cadavres de deux autres militants des brigades Al-Quds ont été retrouvés dans l'ouest de l'enclave palestinienne en fin de soirée, a déclaré un porte-parole des services d'urgences à Gaza.
 

UNE VINGTAINE DE PROJECTILES TIRÉS DEPUIS GAZA

Selon l'armée israélienne, cette opération visait un "groupe de terroristes dans le sud de la bande de Gaza qui se préparait à tirer des roquettes à longue portée" vers l'Etat hébreu. Les journalistes présents sur place ont pu constater que les raids israéliens se sont poursuivis sans relâche toute la nuit.

Plus de vingt projectiles ont été tirés samedi sur le sud d'Israël, où l'alerte rouge a été déclenchée. Le Djihad islamique, qui a juré de venger ses militants, a revendiqué la plupart des tirs.

Le rédacteur de l'article met en première partie l'agression israélinne, appelle les terroristes des combattants, les roquettes des projectiles, minimisant ainsi les attaques graves depuis Gaza, soulignant le:

Flambée meurtrière entre Israël et le Jihad Islamique (pas contre des civils israéliens?) dans la bande de Gaza (pas en Israël?)

Des raids aériens israéliens contre la bande de Gaza ont causé la mort samedi d'au moins 9 militants du groupe radical palestinien Jihad islamique, entraînant un barrage de tirs de roquettes en direction d'Israël, qui ont fait un mort. Décidée dans la nuit, une trève devait entrer en vigueur dès 6h dimanche.

Ici nous pouvons lire tout simplement un renversement des faits, ce sont les raids israélins qui ont entrainé des tirs de roquettes par des militants et non des terroristes…

quand au Nouvel observateur il nous suffit de lire le titre accompagné d'une image des "palestiniens" victimes d'Israël :

 

ISRAËL. Violents affrontements dans la bande de Gaza par Le Nouvel Observateur avec AFP  

Neuf Palestiniens ont été tués dans des raids aériens israéliens tandis qu'un Israélien est décédé à la suite de tirs de roquettes.

Des Palestiniens portent le corps d'un des leurs à Rafah, dans la bande de Gaza, après le raid israélien (AFP)
Des Palestiniens portent le corps d'un des leurs à Rafah, dans la bande de Gaza, après le raid israélien (AFP)

Neuf combattants du groupe radical palestinien Jihad islamique ont été tués, samedi 29 octobre, au cours de raids aériens israéliens sur la bande de Gaza tandis qu'un Israélien décédait de ses blessures à la suite de tirs de roquettes contre le sud d'Israël.

Ces affrontements sont les plus sanglants depuis l'instauration d'une trêve tacite entre les organisations paramilitaires de Gaza et Israël le 26 août dernier.

Tôt dimanche matin, les factions palestiniennes de Gaza se sont engagées à rétablir le cessez-le feu avec Israël, à la suite de l'intervention des services de renseignement égyptiens, à compter de 6h, selon des sources proches du Hamas et du Jihad islamique.

"Les efforts et les contacts intensifs menés par des responsables du renseignement égyptien ont conduit à un consensus national afin de restaurer l'accalmie" avec Israël, a déclaré un chef de faction palestinienne, sous couvert d'anonymat. L'information a été confirmée de source égyptienne.

"Escalade de la violence"

Lors d'un premier raid aérien israélien samedi en début d'après-midi, cinq Palestiniens faisant partie des Brigades al-Qods, la branche militaire du Jihad islamique, dont un commandant local, Ahmed Cheikh Khalil, ont trouvé la mort dans un camp d'entraînement près de Rafah.

Dans la soirée, deux autres islamistes, qui s'apprêtaient apparemment à lancer une roquette, ont été fauchés à Rafah. Les cadavres de deux autres militants des brigades al-Qods ont été retrouvés dans l'ouest de l'enclave palestinienne en fin de soirée, a déclaré Adham Abou Selmiya, porte-parole des services d'urgences à Gaza.

Les raids israéliens se sont poursuivis sans relâche dans la nuit de samedi à dimanche.

Le coordinateur spécial de l'ONU pour le processus de paix au Proche-Orient, Robert Serry, a mis en garde contre "la récente escalade de la violence" et "appelé expressément au calme et à la fin de la violence et du bain de sang". Plus de 20 projectiles ont été tirés samedi sur le sud d'Israël, où l'alerte rouge a été déclenchée, selon les autorités.

"La risposte israélienne sera plus dure"

Le Jihad islamique, qui a juré de venger ses militants, a revendiqué la plupart des tirs.

Une personne, grièvement blessée à Ashkelon, est décédée dans la soirée. Quatre autres Israéliens ont été blessés, dont deux légèrement, a précisé la police. Nombre de personnes en état de choc ont dû être prises en charge. Des projectiles sont tombées à Ashdod, où un immeuble d'habitation a été touché, de même qu'à Gan Yavneh, à Ashkelon et près de la frontière de Gaza.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a promis aux maires de la région que "la risposte israélienne sera plus dure encore si nécessaire". L'armée israélienne avait auparavant confirmé qu'un de ses appareils avait attaqué un "groupe de terroristes dans le sud de la bande de Gaza qui se préparait à tirer des roquettes à longue portée" vers l'Etat hébreu.

Le raid a permis de "faire échec à la tentative de tir", a précisé l'armée, en affirmant que "le commando visé était responsable du tir d'une roquette de type Grad mercredi vers Israël". Cet engin avait explosé dans la région d'Ashdod, à 35 km de Gaza, soit profondément en territoire israélien, sans faire de victime ni de dégâts majeurs.

Il s'agit de la première confrontation meurtrière depuis que le soldat israélien Gilad Shalit, détenu à Gaza pendant plus de cinq ans, a recouvré la liberté le 18 octobre contre la libération de 477 prisonniers palestiniens.

La dernière trêve avait été conclue sous les auspices du Hamas à la suite d'une vague de violences dans et autour de la bande de Gaza à la mi-août au cours de laquelle au moins 26 Palestiniens et un Israélien avaient été tués.

par Le Nouvel Observateur avec AFP 

……

Nous nous permettons d'ajouter la photo d'un bébé israélien

 

 

A quand une information "proportionnée" et factuelle?

© Danièle Kaplan  pour  Europe Israël  – reproduction autorisée avec mention de la source

 

 

Wounded arrive at Kaplan Hospital in Rehovot (Photo: Ofer Amram)

 






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap