toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Chronique du peuple inventé: « Palestine », qui est le papa ?


Chronique du peuple inventé: « Palestine », qui est le papa ?

Devinette – Qui a créé l’OLP – et donc les dénommés « palestiniens » ?

L’anniversaire de la fin de la république démocratique allemande, de l’ouverture puis de la destruction du mur de Berlin qui en ont été les instrument, a donné lieu, ce samedi 1er octobre sur la chaîne TV5 monde, à la diffusion d’un film mélant, fiction, reconstruction du passé de certains protagonistes, et bandes d’actualité.

Parmi les protagonistes reconstruits et occupant une grande partie du téléfilm, Markus Wolf.

Markus Wolf, un personnage qui était hors normes. Markus Wolf, un homme comme le comintern en avait beaucoup ; des hommes qu’il brisera ou laissera briser, qu’il tentera de tuer ou tuera, comme Sorge ou Trepper, comme Reiss, comme Landau et tant d’autres.

Markus Wolf, comme Trepper, ce Juif, devenu actif militant du KPD (le parti communiste allemand section du comintern livré à la hache et aux camps de concentration nazis et détruit par la politique suicidaire de Staline*1), deviendra le chef incontesté des services spéciaux extérieurs de la DDR (la république d’Allemagne de l’est), un outil exceptionnel de Moscou.

A l’actif de Markus Wolf, de modestes résultats, comme le noyau initial du nationalisme guadeloupén, le GONG, et d’autres beaucoup moins modestes.

De petits résultats ici, encore que la grande commotion nationaliste guadeloupéenne d’il y a deux ans -qui a produit le ridicule avorton poltique qui eut pour nom LKP et son résultat pratique, les « accords Bino »- n’a certainement pas encore dit son dernier mot.

Mais ailleurs, le travail de Markus Wolf et de ses équipes a produit des quantités de fruits qui pourrissent et empuantissent l’atmosphère toute entière de la planète.

Je pense, disant cela, à la fabrication d’une nation qui ne savait pas jusqu’alors qu’elle existait.

Je pense, ici, aux hommes et aux partis qui donneront réalité à ce paradoxe « miraculeux » : une nation djihadiste « arabe musulmane », ne rêvant que de plaies et de bosses contre les Juifs, fabriquée par un Juif.

Pas mal, quand même, vous ne trouvez pas ?

Vous me direz, ce n’est pas la première fois que cela arrive. En effet, Jésus était juif et il servira d’étendart et de prétexte, pour opprimer les Juifs.

Vous me direz aussi, il n’y a pas eu que Jésus et son disciple Shaoul devenu Paul, le prophète de la Mecque était lui-même Juif à moitiè…

Alors pourquoi un Juif, né en Allemagne, ne serait pas devenu l’architecte et le constructeur des outils politiques d’une nation se découvrant palestinienne, au lieu de continuer à se considérer syrienne du sud, une nouvelle nation dont l’essence et la seule tradition ainsi que l’unique perspective se réduisent depuis son commencement à vouloir détruire, coûte que coûte l’Etat national restauré de la nation juive.

Le téléfilm n’aura qu’effleuré, et pour cause, la question de la construction et le rôle des FPLP, FDPLP, celle de la formation d’un Raïs, Yasser Arafat, parent et admirateur enthousiaste du mufti nazi Husseini. Cet « homme de dialogue », (selon les médias français), n’aimant jamais autant les Juifs que lorsqu’ils étaient pulvérisés, réduits en charpies par des fanatiques qu’il invitait ouvertement ou en sous-main à aller se faire exploser, en essayant de protéger leurs parties sexuelles, et avec pour lancinante pensée : comment détruire le maximum de Juifs que possible, vieillards, femmes, hommes, enfants ?

En effet, ce n’est qu’en 1967 que les arabes « palestiniens », -en fait les arabes (et quelques bédouins du Sinaï), presqu’en majorité venus, à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle, vivre aux côtés des Juifs, sur l’aire d’une partie des trois anciens sandjak devenus la Palestine mandataire-, ne s’étaient pas sentis nationalement opprimés ou même un tout petit peu lésés par l’appropriation-annexion de Gaza et la Judée Samarie par l’Egypte et la Jordanie. A partir de 1967, tout commencera à changer. Ils  cesseront d’être, dans leur conscience, des arabes sud-Syriens et des Bédouins, pour se déclarer Palestiniens et revendiquer un Etat national palestinien.

Les services extérieurs de la DDR sauront renouer avec les anciens cadres du troisième Reich qui peuplaient les services de sécurité et de police des Etats arabes entrés en guerre « sainte » en 1948, contre les « yahoud », à l’appel des Frères musulmans exhortant, en novembre 1947, à exterminer les Juifs jusqu’au dernier. Certains s’y mettront immédiatement.

Certains de ces hommes avaient participé à la préparation de la shoah al hanshar, la shoah au moyen des poignards. Il avaient travaillé à la mise en place de l’appareil d’einsatzgruppen destinés à la Palestine mandataire, l’Egypte, la Lybie, la Syrie, l’Irak, la Tunisie, l’Algérie et la Maroc.

Les hommes de Moscou-Berlin-Est seront efficaces…

Ils sauront renouer et donner à ces chevaux de retour, à ces spécialistes des solutions radicales, un vocabulaire « marxiste », avec des mots d’ordre « anti-impérialistes », le tout ayant pour but concret de reprendre et mener à bien ce qui était resté inachevé en mai 1945.

En France, ce qu’il reste du PCF trouve, dans les poubelles des services de Markus Wolf, de quoi occuper l’esprit de son appareil et de ses militants qui ont perdu leur « patrie des travailleurs », et de quoi peut-être trouver matière à recruter, parmi des jeunes arabo-musulmans voulant en découdre avec le Juif impie qui a osé blasphèmer, en sortant de sa condition de dhimmi, et de quoi espérer drainer quelques milliers de voix ici et là en revendiquant la libération d’un assassin râté membre du FPLP.

Al Rûbîn Ibn Hanavi Reuven

*1 les accords Molotov- Ribbentrop, mieux connus en tant que « Pacte germano-soviétique », prévoyaient, -outre le partage de la Pologne, l’appropriation de la Finlande et des pays baltes par Moscou-, la remise à Hitler de certains cadres du KPD.

La compagne d’un de ces sacrifiés à la vindicte hitlérienne, Elisabeth Buber Neuman, relatera, dans « les notres », le parcours de son compagnon, Ignace Reiss et de ces jeunes Juifs des stettls, fascinés par l’appel de la révolution ouvrière internationale commencée à Petrograd et à Moscou en février 1917 et devenant la République des soviets d’ouvriers, paysans et soldats en octobre 1917, en s’enrôlant dans l’armée des combattants de l’Internationale communiste.

Ces jeunes hommes, et quelques jeunes femmes deviendront militants bolcheviques internationaux, au péril de leur vie et sans rien attendre pour eux-mêmes. Ils mettront leur vie à la disposition de la troisième internationale, vingt quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Tous ces sacrifices, pour se retrouver, un petit matin poisseux, un pistolet sur la nuque, dans les caves de la loubianka ou jetés dans un wagon à bestiaux pour être livrés aux nazis, par les hommes qu’ils croyaient être leurs camarades de Parti et leurs frères dans ce qu’ils croyaient être le combat pour l’émancipation sociale universelle.

A R

Petit rappel 

Comment expliquer que Mahmoud Abbas refuse catégoriquement de reconnaitre Israël en tant qu’état juif lorsqu’on évoque la solution à deux états?

C’est Ceaucescu, le dictateur roumain, grand ami d’Arafat, qui, sur l’insistance de l’Union Soviétique, persuada celui-ci de renoncer à claironner son objectif religieux d’annihiler les juifs ou de les repousser à la mer » et de reformuler le problème, d’en changer le  motif,  en invoquant un nationalisme laïc au lieu du Jihad religieux.

Il poussa Arafat à annoncer plutôt son désir de « libérer le peuple palestinien »  en établissant son auto-détermination politique bien qu’il n’y ait jamais eu de  « peuple palestinien » auparavant et que les arabes autochtones aient rejeté l’offre d’autonomie que les anglais leur avaient faite pendant la première guerre mondiale.

Aprés que Ceaucescu lui eût expliqué ce que le Kremlin attendait de lui, Arafat explosa: » mais nous sommes un mouvement révolutionnaire!  Révolution, nous sommes nés, révolution, nous resterons, et sans entraves! « .

Arafat protesta  en expliquant que les « Palestiniens » manquant  de tradition, d’unité et de discipline ne pouvaient devenir un peuple au vrai sens du mot, que le statut d’état serait pour une  génération future; que tous les gouvernements, même les communistes, se retrouvaient  limités par les lois et les accords internationaux et que ni loi ni aucun autre obstacle n’allait barrer la route de  la lutte « Palestinienne » sur son chemin vers la destruction de l’état d’Israël. »[20]

Les arabes autochtones de la  »Palestine » avaient toujours été gouvernés par d’autres puissances. L’Empire Ottoman avait régné pendant 400ans, jusqu’en 1920, en maître absolu sur la Palestine. Le Mandat Britannique, lui, dura de 1920 à 1947.

Avant 1964,  le terme « peuple palestinien » n’avait jamais été employé pour parler des arabes en Israël et il n’avait jamais été question de leur « libération ». Avant le mandat britannique, ils se considéraient comme faisant partie de la  »Grande Syrie ».

Ce n’est qu’en 1964 que le terme  « peuple palestinien » sera appliqué aux arabes habitant dans ce qui est aujourd’hui Israël.

Il  apparut  la première fois dans le préambule de la Charte de l’OLP rédigée à Moscou dans le cadre du programme de désinformation soviétique.

Les 422 premiers membres du Conseil de la Palestine, sélectionnés par le KGB, approuvèrent la Charte.[21]. Ceci nous fut révélé par le Général Ion Pacepa, le transfuge du plus haut rang du Bloc Soviétique au temps  de la Guerre Froide.

Aprés qu’Israël ait conquis la Judée,  la Samarie et Gaza en 1967, L’OLP ajouta ces régions à la liste de ses revendications territoriales.

Selon l’Accord d’Oslo, Arafat acceptait d’amender la Charte et ainsi d’abandonner la  revendication du Peuple palestinien relative à Israël et de renoncer à l’objectif qu’il s’était fixé à savoir l’annihilation des juifs et de renoncer aussi à la lutte armée pour arriver à ses fins. Promesse jamais tenue! De fait, Fatah a réaffirmait encore sa volonté d’utiliser, si nécessaire, la lutte armée pour en arriver à ses fins.

Le général Pacepa nous confie:

 » C’est dans le plus grand secret que j’ai amené Arafat à Bucarest, afin qu’il participe  à une conspiration de désinformation, une opération romano-soviétique planifiée depuis longtemps. L’objectif était d’obtenir des EU l’établissement de relations diplomatiques avec Arafat qui allait FEINDRE  de transformer  l’OLP terroriste en un gouvernement en exil prêt à renoncer à l’usage de laterreur.  Leonid Brezhnev, le président soviétique etait sûr que Jimmy Carter, le président des EU, nouvellement élu, allait mordre à l’hameçon, ce qu’il fit, en effet.[22]

Quatre mois plus tard, le Général Pacepa passait  aux USA et révélait que Le « Peuple Palestinien » avait été inventé par les Soviétiques, à Moscou. Aucun ne doute maintenant sur le fait que les arabes ont bel et bien adopté ce terme.

L’Organisation de la Libération de la  »Palestine » , ou OLP, était l’une des organisations de libération crées par les soviétiques au milieu des années 60  et 70 tout comme celles de la Bolivie (aussi en 1964), de la Colombie (1965) et de l’Arménie (1975).

« L’armée secrète pour la libération de l’Arménie » attaqua à la bombe  les bureaux de la compagnie aérienne des EU en Europe. Les Soviétiques créèrent aussi  le « Front Démocratique pour la Libération de la Palestine » qui bombarda  les israéliens. De toutes les organisations de libération formées par le KGB, c’est l’OLP qui a  le mieux réussi.

Le général Pacepa est-il digne de confiance??

Un article publié le 12 mai 2009 dans le Jerusalem Post, traitant des déclarations de Pacepa, affirma que James Woolsey, l’ancien directeur de la CIA, s’était porté garant de la crédibilité personnelle de Pacepa.

Les mémoires de Pacepa, « Horizons Rouges » servirent de pièces à conviction pour intenter un procès à Nicolae Ceausescu, le dictateur roumain qui fut accusé, condamné et exécuté en 1989.

Zuhair Mohsen, membre  de l’exécutif de l’OLP,  est probablement plus connu à l’ouest pour avoir admis dans une interview accordée au « Trouw », un journal hollandais, que « le peuple palestinien n’existe pas.

La création d’un état palestinien n’est qu’un moyen pour continuer notre lutte avec l’état d’Israël pour arriver à l’unité arabe. En réalité il n’existe aucune différence  entre  les jordaniens, les palestiniens, les syriens et les libanais.

Nous parlons aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien pour des raisons politiques et tactiques. Les intérêts nationaux arabes exigent que nous opposions au sionisme l’existence d’un peuple palestinien bien distinct.[23]

D’autres arabes palestiniens haut-placés, Arafat inclus, ont nié l’existence d’un  peuple  palestinien; voir les commentaires à ce sujet dans l’article de Tsafrir Ronen ayant pour titre « la malédiction d’Hadrien, l’invention de la Palestine »[24]

Pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un état souverain avec des frontières bien définies, ne peut  revendiquer ni Haïfa ni Jaffa, alors que moi, en tant que « palestinien », je peux indubitablement réclamer Haifa, Jaffa, Beer-Sheva et Jérusalem. Toutefois, dès que nous aurons rétabli notre droit à toute la  »Palestine », nous ne perdrons pas de temps et unifierons Palestine et Jordanie. »

Ce qui précède contrevenait à la Charte de l’OLP rédigée à Moscou en 1964 qui revendiquait l’existence d’un peuple palestinien et ses droits nationaux. Les 42 premiers membres du Conseil National de l’OLP avaient été minutieusement choisis par le KGB de l’Union Soviétique

Ce rappel fait parti du dossier le 3ème djihad ICI

Copyright © Israël Flash

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap