toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Obama à l’ONU : « il n’y a pas de raccourci qui mène à la paix ».


Obama à l’ONU : « il n’y a pas de raccourci qui mène à la paix ».

Contrairement au Président Sarkozy qui louvoie plus ou moins habilement, le discours de Barack Obama est très clair en ce qu'il s'oppose fermement à la demande de reconnaissance d'un Etat Palestinien.

“Je suis convaincu qu’il n’existe pas de raccourci pour parvenir à la fin d’un conflit qui dure depuis des décennies. La paix n’arrivera pas à travers des déclarations ni des résolutions de l’ONU », a dit Obama, s’exprimant clairement contre le plan palestinien cherchant une reconnaissance de l’ONU.

Texte intégral – Le Président américain Barack Obama a rejeté, mercredi, les plans palestiniens visant à rechercher une  reconnaissance de l’ONU d’un statut d’Etat et exhorté à retourner aux pourparlers de paix avec Israël, parce qu’il tente d’éviter un désastre diplomatique imminent.

S’adressant aux dirigeants du monde, à l’ouverture de l’Assemblée Générale de l’ONU, Obama a déclaré que les Palestiniens méritaient un Etat qui leur appartienne, mais que cela ne se réaliserait qu’à travers des négociations.

“Je suis convaincu qu’il n’existe pas de raccourci pour parvenir à la fin d’un conflit qui dure depuis des décennies. La paix n’arrivera pas à travers des déclarations ni des résolutions de l’ONU », a dit Obama, s’exprimant clairement contre le plan palestinien cherchant une reconnaissance de l’ONU.

“Au bout du compte, ce sont les Israéliens et les Palestiniens – pas nous- qui doivent trouver un accord sur les problèmes qui les divisent : sur les frontières et la sécurité, sur les réfugiés et Jérusalem”, a t-il ajouté.

 Le Président américain s’est confronté au défi intimidant de rasseoir l’influence de Washington dans la région en dissuadant les Palestiniens d’aller plus loin en poussant à tout prix à la reconnaissance d’un Etat au Conseil de Sécurité de l’ONU, cette semaine, en défiance des objections israéliennes et de la menace d’un veto américain.

Selon Obama, “Il y a un an, je me tenais sur cette même estrade et appelais à une Palestine indépendante. Puis j’ai pensé – et je pense encore actuellement- que le peuple palestinien mérite un Etat qui lui soit propre. Mais ce que j’ai aussi dit, c’est qu’une paix authentique ne peut seulement se réaliser entre Israéliens et Palestiniens eux-mêmes.

 “Un an plus tard”, le dirigeant américain a t-il ajouté, “en dépit des efforts prolongés de l’Amérique et d’autres, les parties n’ont pas comblé leurs différences. Confrontés à cette paralysie, j’ai proposé de nouvelles bases pour les négociations en mai. Cette base est claire, et bien connue de tous, ici. Les Israéliens doivent savoir que tout accord leur offre des assurances pour leur sécurité Les Palestiniens méritent de connaître les bases territoriales pour leur Etat ».

 “Je sais que beaucoup sont déçus par le manqué de progrès. Et je le suis également. Mais la question n’est pas le but que nous recherchons – la question, c’est comment y arriver. Et je suis convaincu qu’il n’y a pas de raccourcis pour mettre fin à un conflit qui dure depuis des décennies », a-t-il dit.

 Le Président américain a dit : “Nous sommes à la recherché d’un avenir où les Palestiniens vivront dans leur Etat souverain qui leur soit propre, sans limite imposée à ce qu’ils veulent réaliser. La question n’est pas tant que les Palestiniens ont vu cette perspective remise à plus tard depuis trop longtemps ».

”Les réelles préoccupations de sécurité d’Israël »

 Parlant des préoccupations d’Israël, Obama a dit : “L’engagement de l’Amérique envers la sécurité d’Israël est inébranlable, et notre amitié avec Israël est profonde et durable. Aussi nous pensons que toute paix aboutie doit reconnaître les très réelles préoccupations qu’Israël rencontre chaque jour.

 “Soyons honnêtes : Israël est entouré de voisins qui ont déclenché des guerres répétées contre lui. Des citoyens d’Israël ont été tués par des tirs de roquettes à leur domicile et par des bombes humaines dans leurs bus. Les enfants d’Israël grandissent en sachant qu’à travers toute la région, on enseigne à d’autres enfants à les haïr », a-t-il déclaré.

“Israël”, a ajouté le dirigeant américain, “ un petit pays de moins de huit millions d’habitants, regarde vers un monde dont les dirigeants de bien plus vastes nations, menacent de le rayer de la carte. Le peuple juif porte la charge de siècles d’exil, de persécutions, et la mémoire vive de savoir que six millions de gens ont été exterminés simplement à cause de qui ils étaient ».

Obama a insisté : “On peut nier ces faits. Le peuple juif a forgé un Etat qui a parfaitement réussi dans sa patrie historique. Israël mérite la reconnaissance. Il mérite des relations normales avec ses voisins. Et les amis des Palestiniens ne leur font aucune faveur en ignorant cette vérité, tout comme les amis d’Israël doivent reconnaître la nécessité de poursuivre une solution à deux Etats, avec un Israël en sécurité à côté d’une Palestine indépendante.

 “Cette vérité – que chaque camp a des aspirations légitimes- est ce qui rend la paix si difficile. Et le verrou ne sera rompu, seulement quand chaque côté apprendra à se tenir dans les chaussures de l’autre », a-t-il déclaré.

 

Abou Mazen en état de choc écoutant Obama ONU sept 2011

 

Parlant de la menace nucléaire, Obama a expliqué que l’Iran et la Corée du Nord pourraient profiter de plus grandes opportunités s’ils respectaient leurs engagements à l’égard du nucléaire, mais qu’ils risquaient de subir de plus fortes pressions encore s’ils continuaient à bafouer la loi internationale.

 “Il y a un avenir qui présente de plus grandes chances pour les peuples de ces nations si leurs gouvernements se conforment à leurs obligations. Mais s’ils poursuivent un chemin qui est en dehors des lois internationales, on devra leur imposer de plus fortes pressions et l’isolement », a déclaré Obama.

 Plus tôt, los du discours d’ouverture, le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-Moon a appelé à un effort international pour mettre fin à « l’impasse” au Moyen-Orient, faisant référence à la décision des Palestiniens de chercher un statut de membre à part entière de l’ONU.

Ban a promis que, pour sa part, les Nations-Unies travailleraient “sans relâche » pour faire progresser le processus de paix israélo-palestinien.

 “Au Moyen-Orient, nous devons briser le verrou. Les Palestiniens méritent un Etat. Israël a besoin de sa sécurité. Les deux veulent la paix », a-t-il ajouté.

 http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4125565,00.html

AFP et Reuters ont contribué à ce reportage

adapté par Marc Brzustowski

Copyright © Israël Flash – Reproduction autorisée sous réserve de mention de la source.

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *