toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les forces israéliennes en alerte maximale en cas d’émeutes palestiniennes anti-américaines menées par le Hamas.


Les forces israéliennes en alerte maximale en cas d’émeutes palestiniennes anti-américaines menées par le Hamas.

L’armée israélienne, les services de sécurité du Shin Bet et la police sont entrés en état de préparation élevée, en cas de troubles, mercredi soir 21 septembre, après avoir reçu des informations selon lesquelles le Hamas palestinien et d’autres groupes radicaux se préparaient à lancer des confrontations violentes avec Israël en Judée-Samarie, exploitant l’humeur anti-américaine qui traverse les zones palestiniennes, après le discours à l’ONU du Président Barack Obama.

Ramallah brûlant l'Amérique qu'elle a tant aimée

 

Des experts occidentaux du Moyen-Orient ont évalué que son exposé était le plus favorable à Israël jamais rendu public, au sein de l’organisme mondial, par aucun Président américain. Il a suscité de puissantes émotions de ressentiment et de déception parmi les Palestiniens de Judée-Samarie et de la Bande de Gaza.

 Des foules se sont rassemblées à Ramallah et dans les rues des villes de Judée-Samarie, mercredi – initialement pour célébrer la proposition du Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas, pour une reconnaissance du statut d’Etat palestinien – qui ont rapidement crié des slogans anti-américains et brûlé des drapeaux américains.

Le Hamas et ses alliés radicaux se sont déterminés à saisir ce moment pour prendre en charge les rassemblements mis sur pied par l’Autorité Palestinienne et le Fatah rival pour le reste de la semaine, dans l’attente d’une victoire à l’ONU.

Les renseignements reçus en Israël révèlent que les directions de toutes les organisations extremists proches du Hamas, comme, par exemple, l’Association des Jeunes Musulmans de Cisjordanie, sont prêtes à entrer en action jeudi et se renforcement en vue d’un paroxysme vendredi 23 septembre. On leur a dit de briser les clôtures des implantations juives pour vandaliser et brûler les maisons, prenant modèle sur le déferlement de masse de l’Ambassade israélienne au Caire, le 10 septembre.

 Vendredi, on a dit aux Palestiniens de se lancer en masse contre les check-points gardant Jérusalem, et mis en place pour filtrer l’accès à la Mosquée Al-Aqsa, sur le Mont du Temple. Des émeutes et l’origine d’un déchaînement à cet endroit, serait une façon de s’assurer d’attirer l’attention du monde sur la protestation palestinienne contre le Président Obama et le soutien américain à Israël. Les groupes extrémistes palestiniens répandront leur colère, non seulement contre les Etats-Unis, mais aussi la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Occident en général.

 Au Quartier Général de l’ONU à New-York, pendant ce temps, les sources exclusives de Debkafile dévoilent que la délégation palestinienne et son dirigeant Mahmoud Abbas, sous pression extrême pour qu’ils renoncent à leur demande d’une reconnaissance de l’ONU, ont informé le Président libanais Michel Souleiman, qui préside la session du Conseil de Sécurité vendredi, que leur demande serait soumise ce jour-là comme prévu. Cependant, ils n’insisteront pas pour qu’elle soit débattue d’entrée de jeu ou mise au vote. Nos sources mentionnent qu’il s’agit là de la première inflexion dans la détermination palestinienne d’aller jusqu’au bout de leur initiative à l’ONU contre vents et marées.

Une source occidentale à New-York a confié à Debkafile, que les Palestiniens commençaient, finalement, à se réveiller à l’impossibilité virtuelle que leur exigence soit portée par le Conseil de Sécurité.

 Immédiatement après le discours d’Obama, la diplomatie américaine a jeté toutes ses ressources dans la bataille pour persuader chaque membre du Conseil de Sécurité de s’opposer ou, au moins, de s’abstenir d’endosser la demande palestinienne. Jusqu’à présent, le Nigéria, le Gabon, l’Inde et la Bosnie se sont accordés à considérer la suspension de leur soutien. Les points essentiels que le Président Obama a mis en lumière au cours de son exposé, à l’ouverture de l’Assemblée Générale de l’ONU, mercredi 21 septembre, sont :

– Il n’existe pas de raccourci qui mène à la paix. Elle ne peut être atteinte qu’à travers des négociations – ni des déclarations ni des résolutions devant les Nations-Unies.

 – Au bout du compte, il revient à Israël et aux Palestiniens de se mettre d’accord sur les frontières, la sécurité, les réfugiés, Jérusalem.

– Je pense également qu’une paix authentique ne peut être atteinte qu’entre les Palestiniens et les Israéliens eux-mêmes.

 –   Les Palestiniens méritent une base territorial pour leur Etat (NDLR : les lignes de 1967 n’ont pas été mentionnées).

 – Mais, ils doivent reconnaître les très réelles préoccupations sécuritaires auxuqelles Israël est confronté chaque jour.

 – Israël est entouré par des voisins qui ont lance des guerres répétitives contre lui. Son peuple est tué par des missiles à ses frontières et des bombes Humaines. On apprend à d’autres enfants à les haïr et de bien plus grandes nations désirent le rayer de la carte.

– Ils méritent un Etat historique sur leur terre ancestrale, tout comme les Palestiniens méritent un Etat qu’ils ont attend trop longtemps.

–   La paix découle de compromise. Chaque camp a de légitimes aspirations et chacun doit apprendre à chausser les chaussures de l’autre.

 – Le Président américain a insisté sur le fait que l’engagement des Etats-Unis à la sécurité d’Israël est inébranlable.

 Avant sa rencontre avec le Premier Ministre Netanyahou, Obama avait insisté sur le fait que la paix ne peut être imposée par d’autres parties et qu’une résolution de l’ONU n’apporterait pas un Etat aux Palestiniens.

http://www.debka.com/article/21324/

adapté par Marc Brzustowski

Copyright © Israël Flash

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *