toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Troisième Vague ou le troisième Jihad 1/2


La Troisième Vague ou le troisième Jihad 1/2

Dix ans après le 11 septembre, alors qu’Obama n’a pas prononcé le mot Islamisme lors de la cérémonie de commémoration en hommage aux victimes de la pire attaque nazislamiste, l’Occident doit se réveiller ce texte essentiel nous y aide !

La première vague commença avec Mahomet et se prolongea au-delà des cinq -cents ans. En résultat la création d’un empire islamique  qui s’étendait de l’Arabie à travers une grande partie de l’Afrique, la plupart de l’Asie centrale et  jusqu’en Iran, à l’est.

La deuxième vague commença au 14ème siècle avec Osman Bey, un chef guerrier connu aussi sous le nom de « l’Ottoman », et menaçait d’engloutir l’Europe entière. Les musulmans furent arrêtés au 17ème siècle aux portes de Vienne.

Par Wallace Edward Brand

L’empire ottoman restait un empire encore vaste, contrôlant tout le Moyen-Orient, du moins  jusqu’à la fin de la première guerre mondiale, qui eût pour conséquence la division de la région, 99% pour les musulmans et 1% aux juifs.

Cet essai traite de la troisième vague de l’agression islamique, qui en est encore à ses débuts.

« Aux yeux d’une minorité fanatique et résolue de musulmans, il est clair que la troisième vague d’attaque  a déjà   commencé en Europe. Ne nous leurrons pas sur la nature et la signification de cette vague. Cette fois-ci, elle se présente sous des formes différentes, deux en particulier, la terreur et l’immigration. » C’est ce qui nous a été affirmé par Bernard Lewis, le doyen des historiens du Moyen-Orient.[1] Cette troisième vague s’est fixée une cible supplémentaire: les Etats-Unis; pour cela, le Jihad utilise la terreur, l’immigration et des moyens non-détectables[2]. Les données  sont énumérées ci-dessous  démontrent  qu’Israël, notre allié, est bien la première ligne de défense des USA dans notre lutte commune pour la protection de la civilisation occidentale faisant face à un retour à l’âge des ténèbres.

Wallace Edward Brand.

L’explication de la vague de terrorisme actuelle par la politique de la gauche et par celle de la droite.

Efraim Karsh, professeur et directeur du département d’Etudes sur le Moyen-Orient au King’s College de  Londres, nous dit [3] que  » les attaques du 9/11 ont  donné lieu à des interprétations diamétralement opposées des causes premières et profondes qui les auraient provoquées.

 Ainsi  celle  du camp du  « le passé n’est qu’un prologue » et celle  du camp de « c’est tout d’abord la faute de l’Amérique »  dénommé aussi parfois  » le camp du  « on récolte ce que l’on sème »"  par le Révérend Jeremiah Wright, l’ancien mentor du Président Obama. La droite semble avoir  accepté la formule du « le passé n’est qu’un prologue », et la gauche celle du « on récolte ce que l’on sème ».

Caractéristiques du camp « le passé n’est qu’un prologue ».

Selon Karsh:

Si l’on en croit la droite, les attaques seraient  la salve la plus récente de ce conflit millénaire, « le choc « des civilisations, opposant le monde de l’Islam à celui de la Chrétienté. On devait y voir les réactions violentes d’une civilisation profondément frustrée et réticente, refusant d’admettre son déclin déjà pourtant bien avancé.

« Pendant de longs siècles, l’Islam représentait la plus grande civilisation au monde, la plus riche , la plus puissante,  la  force créatrice la plus importante aussi, et ce  dans tous les domaines relatifs aux progrès de l’homme »; ainsi l’explique l’un des plus fervents apôtres de cette interprétation.

« Et puis, tout a changé, et les musulmans, au lieu d’envahir et de dominer le monde de la chrétienté, se retrouvèrent envahis puis dominés par les puissances chrétiennes.

La frustration et la colère face à ce qui leur parut être un renversement  et de la loi divine et de la loi naturelle s’amplifièrent au cour des siècles pour arriver à leur paroxysme de nos jours. »[4]

A l’origine de ce paroxysme, les idées semées par  les Fréres Musulmans en Egypte avec Hassan al Banna en 1928, nourries et entretenues par Sayeed Qutb Sheik Abdullah Azzam, puis par Maulan Maududi à Jamaat-e-Islamia au Pakistan et en Indonésie,  et par  d’autres adeptes aussi de cette optique , ainsi l’Ayatollah Ruholleh Khomeini en Iran. C’est en « Palestine » que l’on commença à en voir la portée qui prit encore plus d’importance dés 1970 avec le financement des pétro-dollars de le l’OPEP (OPEC). Al-Qaeda n’est qu’une des nombreuses ramifications des Frères Musulmans de par le monde.[5]

Le camp de « c’est tout d’abord la faute à l’Amérique »- « on récolte ce que l’on sème »

Karsh l’explique ainsi:

« Pas du tout !  répliquent une large cohorte d’universitaires, de journalistes et de diplomates à la retraite. Les attaques étaient le fait d’un groupe marginal et extrémiste, dont l’interprétation violente de l’Islam n’ont que peu en commun avec l’esprit et les enseignements véritables de cette religion, une  réponse malencontreuse mais  compréhensible  face à l’arrogance et la cupidité de la politique américaine.

L’Islam non seulement interdit spécifiquement le massacre de civils innocents, mais parler de Jihad dans le contexte du 9/11 représente une déformation de ce concept qui, contrairement à ce que l’on croit généralement, préconise non pas la guerre sainte mais bien un travail de recherche personnel pour améliorer le soi. »

Citons quelques arguments typiques soutenant cette optique: « Les musulmans n’ont jamais rêvé de conquérir le monde, »  « conquérir l’Europe ne faisait pas partie de leurs projets, contrairement à ce que croyaient les européens. Suite à l’emprise musulmane sur l’Espagne, il avait été admis que l’empire ne pouvait s’étendre indéfiniment. »[6]

« Les islamistes, dans les déclarations d’Al-Quaeda s’adressant au public européen ou américain, insistent sur le fait que le terrorisme infligé à l’occident est « un prêté pour un rendu »‘, à titre de revanche pour des décennies d’oppression infligée par  l’Occident et Israël.

Par contre dans les écrits destinés à leurs frères musulmans, ils présentent cette animosité non pas comme une réaction à une provocation militaire ou politique, mais bien comme le produit d’une exigence religieuse, ne tenant nullement compte des changements de la politique étrangère des USA.[7]

Il semble donc que le propre de Bin Laden fût de manier  la taqqiyya (la tromperie et la dissimulation) pour faire avancer la cause de l’Islam, comme le permet et l’exige  le Coran.

Historique des  empires islamiques et des Jihads islamiques

Il y a eu, de fait, deux Empires Islamiques, résultant des deux premières vagues de Jihad ou « guerre sainte ». Elles font l’objet d’une chronique historique dans le livre de Karsh,  « Une histoire de l’Impérialisme  Islamique »[8]

Vous pourrez trouvez les détails de ces trois vagues d’agression dans un livre récemment paru, « le legs du Jihad,[9], écrit par un médecin de Rhodes Island, auteur aussi de nombreux commentaires sur l’Islam. Le Docteur Bostom raconte l’expansion de l’Islam et le sort des non-musulmans dans les régions conquises.

Vous vous rendrez compte que le Jihad islamique a tout d’une campagne effroyable contre les non-musulmans, pour atteindre l’objectif de Mahomet, imposer au monde entier la  »vraie,la seule, l’unique religion » ou bien exiger des monothéistes  qui refusent d’adhérer à l’Islam, le versement d’un impôt local, la jizya. Mais s’ils versent la jizya, ils sont traités en « dhimmis », en citoyens de seconde classe. L’Islam tel qu’il était pratiqué du 7ème au 19ème siècle était une religion déterminée à  conquérir,  dominer  et asservir  tous les non-musulmans.

Les monothéistes « asservis », les gens du Livre, tels les chrétiens ou les juifs, se voient accordés trois choix,

1-    se convertir à l’Islam,

2-    accepter d’être des citoyens de seconde classe, de payer un impôt discriminatoire et accepter parfois des tâches avilissantes ou

3-    mourir, seul choix accordé aux polythéistes.

Bostom, dans son livre  » Le legs du Jihad », décrit le sort de la tribu juive des Qurayzah, isolés et assiégés après avoir  soi-disant aidé les forces ennemies de Mahomet. Suite à leur reddition, de six- à neuf cents juifs mâles furent décapités en  la présence de Mahomet et leurs corps, sans tête, enterrés dans des fosses. Les jeunes gens juifs, les femmes et les enfants furent vendus comme esclaves et leurs biens et leurs terres confisqués.

« L’APÔTRE D’ALLAH EMPRISONNA LES QURAYZA À MEDINE PENDANT QUE DES TRANCHÉES ÉTAIENT CREUSÉES PLACE DU MARCHÉ. ENSUTE IL FIT VENIR LES HOMMES ET LES FIT DÉCAPITER DE TELLE SORTE QU’ILs TOMBAIENT DANS LES TRANCHÉES. ILS FURENT AMENÉS EN GROUPES, ET PARMI EUX ÉTAIT KAB, LE CHEF DE LA TRIBU. EN NOMBRE, ILS ATTEIGNAIENT SIX OU SEPT CENTS, BIEN QUE CERTAINS AFFIRMENT QU’ILS ÉTAIENT HUIT OU NEUF CENTS. TOUS FURENT ÉXÉCUTÉS. » MÉDINE, AN 627. SIRAT RASOUL ALLAH, IBN ISHAQ.

Les non-musulmans connurent la discrimination pendant tout le temps qu’ont duré la première et deuxième vague du Jihad. Ils étaient voués à l’esclavage, violés puis convertis de force à l’Islam ou devenaient des citoyens de seconde classe. Il leur était impossible de retourner à leur religion d’origine. L’apostasie était passible de la peine de mort.

L’Islam, dans sa soif intarissable d’esclaves et de femmes destinées aux harems (lieux d’esclavage sexuel), porta le Jihad au fin fond de l’Afrique et de l’Europe, dépeuplant ainsi l’Europe Orientale et la côte africaine.

Les campagnes du Jihad contre les non-musulmans durèrent plus de 1300 ans et se caractérisèrent par les massacres, l’asservissement et le pillage. Il s’agit de comprendre comment de telles conquêtes militaires ont réussir à assujettir des millions d’autochtones et confisquer ces immenses étendues de terre.

Un critique littéraire  du livre de Bostom commente:

Il faut regarder l’Islam en face. Il faut que les occidentaux cessent de jouer à l’autruche et sortent leur tête du sable. La civilisation occidentale, aprés analyse et évaluation  de l’Islam, se doit de trouver un remède définitif à cette plaie virulente, égocentrique, haineuse et psychotique pour en limiter et arrêter les dégâts.

La mort, le meurtre, le viol, le pillage, la souffrance et la misère, tel était le sort des infidèles sous la férule du Jihad. Les conquêtes musulmanes  n’offraient pas une conversion pacifique aux convertis consentants. Ces conquêtes se faisaient par l’épée. Le Jihad moderne, actuel, n’est pas un incident isolé; il est ancré dans une tradition vieille de 1400 ans.

Dans sa monographie « le Jihad dans l’Islam »,[10] Mawlana Maududi a écrit  en termes sans équivoque , que le seul objectif de l’Islam était de renverser, de par le monde, tout système politique non-islamique pour le remplacer par un système islamique appliquant la Charia.

Pour ce faire, les musulmans  (du parti d’Allah) se doivent d’utiliser la force physique, si nécessaire, pour atteindre cet objectif le plus rapidement possible  et se doivent de continuer à l’appliquer à jamais.

En 1942, l’Ayatollah Ruholleh  Khomeini se railla de  la notion : »Islam, religion de la paix »:

« Le Jihad et l’Islam  luttent  contre l’idolâtrie, la déviation sexuelle, le pillage, la répression et la cruauté. La guerre menée par les conquérants (non-musulmans) cherche à promouvoir la luxure et les plaisirs bestiaux; peu leur importe de voir des pays entiers décimés  et  de nombreuses familles sans toit. Mais ceux qui étudient le Jihad comprendront  pourquoi l’Islam veut conquérir le monde entier. Tous les pays déjà conquis par l’Islam, et tous les autres qui seront conquis dans le futur, recevront le salut éternel. Car ils vivront sous [la loi de D.ieu]…

« Ceux qui ne connaissent pas l’Islam prétendent que l’Islam se prononce contre la guerre. Ce sont des paroles de sots.

L’Islam dit: Tuez tous les non-croyants de la même manière qu’ils vous tueraient vous tous! Cela veut-il dire que les musulmans devraient rester assis à ne rien faire en attendant d’être dévorés [par les non-croyants]?

L’Islam dit: tuez-les [les non-musulmans], faites les passer au fil de votre épée et dispersez [leurs armées].

Cela signifie-t-il qu’il nous faut attendre d’être vaincus, écrasés [par les non-musulmans] sans ne rien faire?

L’Islam dit: Tuez, au service d’Allah, ceux qui pourraient vouloir vous tuer! Cela signifie-t-il que nous devons nous rendre [à l’ennemi]? L’Islam dit: le bien n’existe que par l’épée et à l’ombre de l’épée! L’épée est  la clef du paradis accessible uniquement aux  guerriers de la guerre sainte.[11]

La force militaire brutale de la religion islamique a semé et propagé la pauvreté, la guerre, l’esclavage, l’analphabétisme et donc un retard certain. Cette religion totalitaire  instaura l’esclavage et la marginalisation pour les non-musulmans des territoires conquis [12]

Adaptation par Dominique Kahtan – article paru sur aschkel.info en août 2010 – réactualisé pour israel-flash

Version téléchargeable sur la deuxième partie – Pour lire la suite cliquez ici

Copyright © Israël Flash – Reproduction autorisée sous réserve de mention de la source. 
 

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *