toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’homme qui risque de déclencher une nouvelle guerre mondiale ! 100 ans après, la revanche ?


L’homme qui risque de déclencher une nouvelle guerre mondiale ! 100 ans après, la revanche ?

Erdogan bénéficie de stocks gratuits d’armes dernier cri grâce à l’Otan, Les Mollah parachèvent  leur arsenal de mort….

D’après-vous qui du Perse ou de l’Ottoman mettra la région et le monde à feu et à sang avec la complicité des uns et la naïveté des autres……?  A lire ces analyses pertinentes.

Iran/Turquie : Adversité mutuelle, intérêts communs.

Le Pacte Turquie-Iran

Par David Warren, éditorialiste à Ottawa Citizen

La plus grande menace à la paix mondiale vient aujourd’hui d’un homme du nom de Recip Tayyip Erdogan. Il est 1er ministre de Turquie et chef du parti de la Justice et du Développement ou AKP. Ancien maire d’Istanboul, il avait été arrêté et jeté en prison parce qu’il récitait publiquement des slogans tels que « les mosquées sont nos baraques, leurs dômes sont nos casques, les minarets nos baïonnettes« , défiant l’ordre laïc qui prévalait à l’époque et la Constitution d’Ataturk qui considérait ces propos comme une offense incitant le fanatisme religieux et racial.

Erdogan s’est distingué comme un antisémite, mais aussi comme un anticommuniste, déjà quand il était étudiant. Il vient d’une famille observant les rites de l’Islam et – tout ce qu’il dit doit être pris au sérieux – il revendique que ses ancêtres étaient d’illustres combattants de la cause ottomane et turque.

Il s’agit d’un cas intéressant à suivre. Son éducation universitaire concerne l’économie. C’est un technocrate efficace et, sous son impulsion, l’économie turque a été sauvée. Il a su maîtriser l’inflation et les déficits publics. Il a pris des mesures sérieuses et appropriées pour purger la bureaucratie turque de sa gangue et comme dit l’adage « avec lui les trains partent à l’heure ».Erdogan est aussi un démocrate, — et il n’y a aucune raison qu’il ne le soit pas – qui jouit d’une grande popularité chez lui. Le parti qu’il a fondé a pris le pouvoir par un raz de marée et il a été réélu à 2 reprises – comme il était interdit de fonction publique, au début de son mandat, il eut un remplaçant – En fait le pouvoir laïc a été submergé par la démographie galopante des Islamistes turcs, notamment à la campagne, les croyants étant prolifiques à côté des laïcs.

Ce politicien a une vision qu’il parvient à exprimer d’une façon charismatique. Il associe une gestion moderne et efficiente d’une économie de libre marché à une version puritaine des concepts religieux du vieux califat ottoman. – le lecteur sait que je suis allergique à toute vision de politiciens charismatiques, qui agissent sur le public, comme une drogue dangereuse –

Erdogan a orienté sa vision vers l’étranger. Sa stratégie a été de rechercher une meilleure intégration dans l’Occident, tout en faisant de nouvelles alliances politiques à l’Est, notamment avec l’Iran. Aujourd’hui, il présente la Turquie comme la championne de l’islamisme dominant sunnite, tout en essayant de faire la quadrature du cercle avec l’islamisme shiite perse. Mais cette stratégie risque d’échouer au niveau de la Syrie, alliée de l’Iran, car les Turcs veulent le renversement des Assad et leur remplacement par les Frères Musulmans.

L’armée turque était la garante du pouvoir laïc, sous la constitution d’Ataturk. Avec une incompréhension étonnante de la situation, l’Occident a soutenu Erdogan dans ses efforts pour établir un contrôle civil sur les généraux, nos amis de l’Otan….En mettant en prison des officiers supérieurs sous le prétexte d’un complot contre la nation, Erdogan a réussi à inciter à la démission tout le haut commandement de l’armée. Les généraux ont massivement démissionné parce qu’ils n’avaient plus d’alliés en Occident.

Mme Clinton et Cie ont réussi à assécher toute opposition intérieure à Erdogan. Aujourd’hui tout l’appareil militaire équipé par l’Occident est entre les mains d’Erdogan et la constitution laïque est jetée aux orties. Après avoir accaparé en une dizaine d’années successivement tous les pouvoirs de l’état – police et services secrets assemblée, présidence, judiciaire, armée –Erdogan a un pouvoir absolu.

Cet homme a envoyé lui-même la flottille pour défier le droit d’Israël de bloquer Gaza, droit reconnu explicitement sur le plan international. Il a réussi à  transformer cette aventure et ses conséquences en « une cause célèbre » contre Israël. Aujourd’hui, il annonce que la prochaine flottille sera accompagnée de la marine turque, cherchant à coincer Israël  – soit il abandonne le blocus, soit il tire sur des navires turcs – et à créer un casus belli.

Erdogan est devenu le parrain diplomatique de la cause palestinienne et de la déclaration d’un état palestinien à l’Onu, risquant de provoquer des violences dans toute la région. Chaque Palestinien qui cherche à tuer un Juif et qui meurt, sera salué comme un « martyr », Erdogan demandant « des excuses et des compensations »…

Erdogan joue avec le feu aussi en Egypte, et à sa rhétorique, il a ajouté du combustible qui a enflammé la foule islamiste qui a incendié l’ambassade d’Israël au Caire. Dans cette capitale, il a exploité les griefs des Egyptiens contre Israël, cherchant à unifier toutes les factions arabes contre un ennemi commun, sous sa bannière.

L’Occident observe sans bouger cet homme qui se démène pour trouver n’importe quel prétexte pour un conflit au Moyen Orient. Il cherche à entraîner Israël dans un conflit non seulement contre les pays arabes habituels, mais aussi  l’Iran, la Turquie, le Hezbollah et le Hamas.

Pour Israël, la menace existentielle se déroule sous nos yeux. L’Occident n’a plus alors que le choix entre défendre Israël ou autoriser un autre holocauste. En d’autres termes, la gâchette est prête pour une véritable guerre mondiale et le doigt d’Erdogan est prêt à appuyer.

Traduit par Albert Soued source

Le passé pro-nazi d’Erdogan

Ceci expliquant cela, il fallait bien que l’attitude férocement anti-israélienne du Premier ministre turc ait des racines bien profondes. Un groupe de journalistes turcs – qui ont préféré rester dans l’anonymat – ont effectué une enquête sur le passé de Recep Tayyip Erdogan, qui montre que le boucher des Kurdes a été ouvertement antisémite dans sa jeunesse et a manifesté ses sympathies pronazies.

En 1974, Erdogan avait écrit une pièce antisémite qui avait été jouée dans différents endroits de Turquie avant d’être retirée à la demande du parti politique auquel il appartenait, et qui craignait d’être déclaré hors-la-loi à cause de son antisémitisme. La pièce de théâtre en question décrivait les juifs de la même manière que le faisait Hitler dans ses écrits. Dans les années 1970-80, Erdogan rejoignait un groupe musulman extrémiste qui prônait le Jihad mondial et déclarait à plusieurs reprises « que son objectif était la disparition de l’Etat d’Israël ». En 1988, époque où la Turquie était foncièrement laïque et pro-occidentale, Erdogan fut envoyé en prison pour dix mois pour « incitation contre l’Occident et les juifs ». Ce fut après qu’il ait fait sienne la célèbre déclamation des maîtres de l’islamisme turc : « Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, et les minarets nos baïonnettes ! »

Bien que pour des raisons de tactique politique, Erdogan modéra ensuite quelque peu son discours politique, jusqu’il y quelques années en tout cas, il n’en fut pas moins le premier chef de gouvernement turc à mobiliser des fonds pour le Hamas.

Dans leur enquête, les journalistes indiquent que la famille dans laquelle a grandi Erdogan a « constitué un terreau fertile à son antisémitisme ». Dans les années 1940, sa famille s’est engagé dans les brigades musulmanes fascistes qui aidèrent les troupes allemandes à pourchasser les juifs en Afrique du nord et qui diffusèrent une intense propagande dans tous lesBalkans contre les partisans de Tito.

 Le quotidien turc en version anglaise « hurriyetdailynews », a estimé « que ces divers éléments pourraient expliquer l’attitude actuelle du chef du gouvernement turc envers Israël et notamment l’affront public qu’il a fait au président israélien Shimon Pérès à Davos, lui disant devant micros et caméras ‘que les juifs avaient des dons tout particuliers pour assassiner des être humains’ ».

Alors, pour ceux qui en Israël se grattent encore la tête en se demandant où l’Etat juif a bien pu fauter pour mériter une telle attitude de la part d’Erdogan…Shraga Blum

© Israël Flash

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “L’homme qui risque de déclencher une nouvelle guerre mondiale ! 100 ans après, la revanche ?

    1. Poulin

      I don’t think Ergolan is a real danger for you despite his demonstrations
      There are men who, by their actions, destroy their own cause.
      He is, astrologicaly speaking, one of them.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *