toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël, Des femmes palestiniennes et israéliennes se rencontrent à Haïfa.


Israël, Des femmes palestiniennes et israéliennes se rencontrent à Haïfa.

Une rencontre de femmes israéliennes et palestiniennes s'est tenue à Haïfa. Ces femmes palestiniennes ont compris qu'elles étaient les victimes de groupes violents qui ne veulent pas la paix avec Israël. Une femme nous relate cette rencontre, cette "réunion d'espoir".

Réunion d'espoir:

par Edna Angelica Calo Livne Ph.D.

"Aujourd’hui, j’ai participé à une réunion avec des femmes palestiniennes sur le Mont Carmel à Haïfa. Elle était organisée par le Centre de Formation International Golda Meir du Mont Carmel. 

Josh Mendes de New York a donné un cours à 40 femmes juives et arabes sur la  Médiation des Conflits.
Nous avons parlé de la peur, la douleur et la lute, tous les aspects négatifs, mais aussi parfois positifs, que le conflit engendre.

Il nous a parlé des 5 manières de résoudre un conflit selon les théories du Dr. Kraybill : se mettre en compétition, collaborer, passer un compromis, le refuser (déni), s’accorder. L’objectif était d’aider les participants au conflit à aller où ils veulent aller ! Si vous venez à une médiation vous devez savoir l’histoire de chacun et pour être un bon médiateur vous devez aimer les gens.

J’aime les gens, je voudrais collaborer afin de s’accorder…mais, parfois, c’est trop difficile ! Parfois, vous sentez dans ce pays que tout est si fragile, les relations, votre sécurité et celle de votre famille, votre maison, votre vie.

Le cours fut intéressant, et se déroula dans une bonne atmosphère, calme, entre les femmes.  Nous nous assîmes ensemble pour déjeuner et nous échangeâmes sur notre travail, nos familles, nos maisons. Nous découvrîmes que nous avions beaucoup en commun, l’importance de l’éducation, un amour des arts, et de la paix.

Femmes juives et arabes

Après déjeuner, Martina Quick, Conseillère à l’Ambassade de Suède à Tel-Aviv, vint nous rendre visite.
En deux minutes ce fut comme si ce beau rêve d’harmonie avait disparu.  Quand la Conseillère demanda aux femmes palestiniennes ce qu’elles ressentaient, elles commencèrent immédiatement à blâmer Israël, les soldats, les check points et elle nous jetèrent à la figure toutes leurs frustrations, comme une gifle douloureuse.

J’eu un moment de désespoir, je ressentis que la paix entre nous n’adviendrait jamais. Mais je compris que c’était exactement la raison de notre réunion.  Parler de notre douleur, montrer l’autre aspect du conflit : celui des mères, des éducateurs qui essaient de trouver une autre voie. J’ai demandé à prendre la parole : "Mes amies, aujourd’hui nous sommes ensemble ici et c’est déjà un miracle !

Les animateurs du Centre Golda Meir ont travaillé dur pour nous faire nous rencontrer ici ! Ils ont obtenu les autorisations, organisé le transport, obtenu les lieux, financé le tout. Tous ces efforts pour que nous soyons ensemble, alors, s’il-vous-plait, arrêtez de vous plaindre !!!!

C’est à nous de construire, d’aller de l’avant, de créer, ensemble, de donner un autre future à nos enfants. J’ai 4 fils, trois d’entre eux sont à l’armée, deux d’entre eux de garde à des check points entre Israël et l’Autorité palestinienne. Que pensez-vous ? Que je n’ai pas peur ? Vous pensez que je suis heureuse de cette situation ? Comment pensez-vous que je les ai éduqués ? A haïr ? A combattre ? Non !

Ils ont grandi avec de la musique, de la poésie, l’espoir, la joie. Nous voulons partager avec vous et votre sagesse, nous voulons que commence l’ère des mères, des femmes ! Nous voulons que la douleur cesse pour tous.

Les Palestiniennes commencèrent alors à s’ouvrir à nous sur l’opposition de leurs communautés arabes, sur leur sentiment d’injustice parce qu’elles sont les victimes de groupes violents qui ne veulent pas la paix avec Israël.

Nous ressentions toutes, juives et arabes, que nous sommes les otages de groupes extrémistes de terroristes que veulent que nous continuions à nous tuer les uns les autres. 

Une femme palestinienne m’embrassa chaleureusement et me dit : "Aujourd’hui j’ai senti votre douleur … j’ai compris que la douleur est aussi dans votre cœur !"

Notre excellente réunion se termina sur la promesse de se rencontrer à nouveau, de créer quelque chose ensemble, d’arrêter de se plaindre et de commencer à construire : pour nos familles, notre futur, pour une meilleure vie, la vie que toutes et tous nous méritons !"

© Copyright Europe Israël – reproduction autorisée avec un lien vers la source

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Israël, Des femmes palestiniennes et israéliennes se rencontrent à Haïfa.

    1. Marc Lev

      Cet exemple de rencontres entre palestiniens, arabo-israéliens et israéliens est plus que courante en Israël et certes, je vous l’accorde, personne ne parle de la chose…
      Pour ma part j’ai oeuvré au sein de l’Institut d’Etudes Environnementales de la Arava avec des étudiants israéliens, arabo-israéliens, palestiniens, jordaniens, égyptiens, américains, juifs, musulmans, chrétiens…Qui vivaient (et continuent à le faire actuellement) au sein du campus universitaire, ensemble…
      J’ai vu ainsi un étudiant palestinien plus qu’actif pour le rapprochement durant l’Intifada alors que son frère avait été blessé par des soldats israéliens, j’ai aidé une étudiante arabe à être reçue au sein de l’Unesco…Ce sont des faits israéliens de tous les jours, et le rapprochement, la compréhension, la recherche de directions communes n’ont rien d’extraordinaire dans ce pays d’Israël ( il suffit de voir le nombre d’étudiants arabes et palestiniens dans les universités israéliennes…). Dommage que la chose ne soit pas de-même recherchée ailleurs…
      Merci tout de-même pour ce témoignage-rappel d’une réalité différente de ce que les médias ont pour habitude de « vendre ».

    2. Rubin

      @Marc Lev :  » j’ai aidé une étudiante arabe à être reçue au sein de l’Unesco… ».

      Vous feriez mieux de faire entrer des israeliens sionistes à l’UNESCO.
      Il faut arreter d’etre naif, ils sont programmés pour nous effacer.
      Personnellement les déclarations du genre (voir l’article):
      Une femme palestinienne m’embrassa chaleureusement et me dit : « Aujourd’hui j’ai senti votre douleur … j’ai compris que la douleur est aussi dans votre cœur ! » est révélateur du filtre mental qui a été déposé dans la cervelle des palestiniens : la martyrologie.
      A partir du moment où les arabes sont nés sous autorité palestinienne-Fatah, n’espérez pas vous faire des alliés.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap