toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Australie réagit contre le boycott de l’Etat Juif , par Ftouh Souhail


L’Australie réagit contre le boycott de l’Etat Juif , par Ftouh Souhail

La campagne "antisioniste" de boycott à l'égard d'Israël frappe aussi l’Australie. 
 
Quatre "activistes" pro-palestiniens, partisans du boycott d’Israël, ont été arrêtés à Melbourne par les autorités australiennes, pour avoir violé les conditions de leur liberté sous caution, en manifestant devant le chocolatier Max Brenner. Les quatre faisaient partie des dix-neuf personnes arrêtées alors qu'elles manifestaient devant le chocolatier de la chaîne israélienne, selon la police de Melbourne.

 
1er Juillet, une semblable action a été stoppée par la police de Victoria. Dix-neuf personnes ont été arrêtées. Organisée par la Coalition contre l'apartheid israélien, des militants antijuifs avaient cherché aussi à promouvoir le boycott de deux sociétés israéliennes, Jéricho et Max Brenner Chocolate. Les personnes arrêtées risquent des amendes allant jusqu'à 30.000 dollars australiens (environ 32.000 dollars US).
 
La société Jericho, située à Melbourne, est spécialisée dans les produits cosmétiques à base de minéraux de la Mer Morte. Comme Ahava, elle également une cible de campagnes de boycott.
 
Max Brenner Chocolate est détenu par le Groupe Strauss, une des plus grosses compagnies alimentaire israélienne.
 
Le 29 Juillet, une foule haineuse des juifs a défilé au centre de Melbourne. Cette incitation à la discrimination a été coordonnée par le site The Electronic Intifada.
 
En Australie, de petits groupes mettent en scène des « opérations » bruyantes contre des produits israéliens. Ces ignobles "activistes" sont membres du collectif Australians For Palestine qui soutient les terroristes du Hamas. Un autre groupe, Friends of Palestine Western Australia, organise à Perth, le 17 Septembre, une autre campagne de boycott contre « l'apartheid israélien ».
 
Ces gens qui militent contre la présence de Juifs en Israël sont conduits pas des mouvements se disant pro palestiniens, mais qui, derrière ce slogan, sont absolument racistes. Leurs campagnes discriminatoires prétendent à la défense d'un peuple et de son droit à l'autodétermination, mais provoque la haine et à la discrimination d'un autre peuple.
 
A titre d’exemple, nous pourrions parler du mouvement raciste BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui s’efforce de délégitimer Israël en lui accolant une image d’apartheid. Il veut instituer un apartheid économique des produits “Made in Israël".
 
Le gouvernement australien menace de sanctionner ces pratiques par une une loi contre le mouvement BDS. En Europe le boycott est illégal. 
 
Les mouvements racistes et xénophobes, soit disant pro-palestiniens mais en fait anti-juifs, en Australie, crient au scandale, en prétendant que ce ceci aura des implications pour tous les militants « progressistes et est un problème important pour le discours libre ». Ils ont même organisé une manifestation à la station de métro de Perth, vendredi 12 août (1).
 
L'appel au boycott des produits israéliens est non seulement discriminatoire, mais moralement répréhensible. Ces appels sont déjà illégaux dans de nombreux pays. Le principe fondamental de non discrimination est énoncé dans les législations, aussi bien au niveau national qu'international (Convention Internationale de New York du 7 mars 1966 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, articles 1, 7 et 10 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme).
 
Une militante pro-palestinienne a comparu en juin 2011 devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir diffusé sur Internet en 2009 une vidéo dans laquelle elle appelle au boycott des produits israéliens. 
 
Au-delà des menaces de génocide de l’Iran et de ses mandataires, les campagnes de boycott, désinvestissements et sanctions sont la nouvelle arme voulue de destruction d'Israël (2).
 
Cette "stratégie d'apartheid" a trouvé racine en amont, en 2001, lors d'une rencontre d'organisations non gouvernementales, bien connues depuis comme le sommet "contre le racisme" de Durban I. A l'époque, les participants avaient tenté de présenter Israël comme un État paria, à l'image de l'Afrique du Sud, et sa tristement célèbre politique d'apartheid.
 
Ftouh Souhail






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap