toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël vers un mai 68 ?


Israël vers un mai 68 ?

La contestation sociale en Israël ne s'essouffle pas. Samedi, plus de 300 000 personnes ont manifesté à Tel-Aviv et dans d'autres villes, pour réclamer la "justice sociale". Cette mobilisation ressemble par certains aspects aux manifestations françaises de mai 68. Décryptage avec Michel Gurfinkiel, journaliste et écrivain spécialisé dans le Moyen Orient.

 

Atlantico : Etes-vous surpris par l’ampleur des manifestations en Israël ?

Michel Gurfinkiel : Oui et non. Personne ne prévoyait un tel phénomène voici un mois. Mais d’un autre côté, de telles manifestations font partie de la vie politique israélienne. C’est quelque chose de récurrent, quelle que soit l’orientation politique. Les Israéliens sont descendus dans la rue, tour à tour, pour exiger la démission de certains de leurs dirigeants, pour protester contre certaines décisions gouvernementales, pour imposer des réformes, pour s’attaquer à certaines injustices. Généralement ces mouvements ne durent pas. Par exemple, on a assisté au début des années 2000 à l’émergence d’un parti des retraités, qui dénonçait, déjà, la baisse du niveau de vie de certaines catégories de la population. Ce parti s’était même retrouvé à la Knesset. Mais aux élections suivantes, il avait disparu. Le système politique israélien a toujours été capable, jusqu’à présent, d’absorber les chocs sociaux, les revendications, les contestations. Ce qui ne veut pas dire qu’un gouvernement ne pas peut tomber à la suite d’un mouvement de ce type.

Aujourd’hui, à l'instar de mai 68 en France, Israël vit un psychodrame où tous les motifs d’insatisfaction remontent à la surface en même temps. Ce qui implique fatalement, à brève échéance, une sorte de concurrence entre ces insatisfactions. C’est une situation volatile, qui peut très bien mener à des élections anticipées, et par la suite, à la chute du gouvernement actuel. Mais qui peut aussi se résorber. 

Qui sont ces manifestants ? Que revendiquent-ils ?

Pour le moment, les manifestations concernent surtout la classe moyenne et se déroulent principalement à Tel Aviv. C’est le mouvement d’une classe relativement privilégiée qui a le sentiment d’être confrontée depuis quelques années à des difficultés économiques croissantes. Mais il y a un autre Israël, plus « populaire » et beaucoup plus défavorisé. Paradoxalement, celui-ci ne s’est pas encore rallié aux manifestations. Ou s’il le fait, c’est en marquant sa différence. Cela tient à de vieux clivages : la classe moyenne est en général achkénaze, laïque et vote à gauche ou au centre ; les milieux populaires sont généralement sépharades, plus religieux, et votent à droite. Les milieux populaires ne sont pas nécessairement prêts à suivre un mouvement qui a été initié par ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis traditionnels, cette classe moyenne qui, lorsqu’elle était maîtresse du pays, les traitaient de haut.

Israël est-il un pays en crise ?

Israël connaît à la fois un boom économique et une crise sociale. Dans les années 2000, le pays s’est engagé dans une véritable révolution, dont  Netanyahou a été le principal architecte : la libéralisation et la privatisation de l’économie. A la suite de cela, Israël a connu une montée en puissance économique tout à fait exceptionnelle (5 % par an en moyenne). C'est la raison pour laquelle le pays a été admis a l' OCDE en 2010. Mais cet essor a eu des retombées négatives. Certains secteurs, l’agriculture et l’agro-alimentaire, par exemple, étaient naguère subventionnés, et ne le sont plus, ou plus dans les mêmes proportions : ce qui a entrainé une importante hausse des prix à la consommation. 

Dans l’immobilier, la libéralisation a profité à une clientèle étrangère :  des juifs français et américains qui ont massivement acheté des résidences plus ou moins luxueuses au cœur des grandes agglomérations israéliennes, à des prix français ou américains. Cet apport a boosté l’industrie du bâtiment ; mais il a entrainé d’une manière quasi mécanique une flambée des prix de l’immobilier, chaque promoteur s’alignant sur les prix les plus hauts auxquels consentent les clients étrangers.  Le problème ne touche que les grandes agglomérations ; mais c’est là que vit la classe moyenne, et elle a eu le sentiment d’être chassée de chez elle. Elle ne veut aller rejoindre les milieux populaires dans les banlieues excentrées ou les petites villes, où le logement reste très accessible.  Cela lui apparaît comme une déchéance.

Les manifestants sont-ils, selon vous, instrumentalisés par la gauche Israélienne ?

Tzipi Livni et le Kadima essayent visiblement d’instrumentaliser le mouvement à leur profit, mais c’est une entreprise risquée, car il y a trop d’hétérogénéité entre les différentes revendications. La gauche et l’extrême gauche, qui ont été laminées par l’évolution politique de ces dernières années, espèrent faire leur comeback à l’ occasion de ces manifestations. Je pense que la social-démocratie israélienne classique est trop déconsidérée auprès divers courants contestataires pour y parvenir. L’autre gauche, l’extrême gauche, minoritaire mais très active, est un peu mieux placée à cet égard ; mais elle n’a aucune parmi les véritables pauvres d’Israël qui, finalement, pourraient être, à travers les partis religieux ou de nouvelles formations, les véritables arbitres de cette crise.

atlantico

Michel Gurfinkiel est un journaliste et écrivain.

Il est le président de l'Institut  Jean-Jacques Rousseau , un institut européen d'études et de recherches spécialisé dans les questions stratégiques et géopolitiques.

Loading...

Il est l'auteur de "Israël peut-il survivre ? La nouvelle règle du jeu" (Hugo & Cie)

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *