toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE, par Albert Soued


POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE, par Albert Soued

France

– Nous espérions qu'avec le changement de propriétaires et de direction, le quotidien "le Monde" allait retrouver son objectivité et son impartialité d'antan. Nenni! Après quelques mois de neutralité, ou plutôt de flottement, voilà que les journalistes de ce journal reprennent de plus belle dans leurs rubriques d'information — et non d'opinion — les invectives partisanes en ce qui concerne l'islamisme et le Moyen Orient.

Ainsi, la semaine dernière, après l'acte odieux d'un barbare norvégien tuant et blessant plus d'une centaine de ses concitoyens, deux journalistes du Monde se permettent de citer une série d'inspirateurs de cet assassin, dont l'américain Robert Spencer, excellent journaliste et l'ex-égyptienne Bat Yéor (auteur d'Eurabia), excellente analyste politique. Ces liens imaginaires de cause à effet et ces accusations assassines, à l'emporte pièce et non fondées ne sont pas dignes d'un quotidien lu par les élites françaises.

J'ajouterai que cette attitude délibérément partisane et cette médiocrité journalistique, ne contribuent nullement à l'apaisement recherché, ni à la solution des problèmes sérieux, voire vitaux qui se posent à l'Europe et au Moyen Orient.

Ces Maires qui courtisent l’islamisme, est paru aux éditions Tatamis en octobre 2010. Des universitaires islamologues, tel le Palestinien Sami-Aldeeb, considéré comme un des meilleurs spécialistes du droit musulman, ont félicité l’auteur pour la qualité de son rigoureux travail d’enquête. D’autres universitaires courageux se sont joints à l’auteur pour co-signer un appel à être ferme contre les Frères Musulmans qui ont appelé à conquérir Rome…depuis la France ! L’Institut Hannah Arendt de l’université de Dresde, centre de recherche de référence en Allemagne sur l’analyse des totalitarismes, a commandé plusieurs exemplaires de l’ouvrage et va publier un compte rendu dans sa revue…En France, les groupes de presses, tous liés à des intérêts financiers et donc politiques, ont ostracisé sans surprise un livre qui pourrait bousculer les lignes politiques. Mais aucun journaliste ou "expert" de l’islam n’a pu contester les révélations. La meilleure preuve est sans doute l’absence de procès intenté à son auteur, pour diffamation par les hommes et formations politiques concernés, accusés de collaborer avec l’islamisme, à tout le moins de le favoriser.

 

Espagne

Maria José Lera, professeur à l'Université de Séville, écrit "Il se peut qu'en fin de compte les tentacules de l'État d'Israël ne soient pas très éloignés de ce carnage et ce ne serait ni la première ni malheureusement la dernière fois. Oui, la Ligue des jeunes travailleurs de Norvège (AUF) et le ministre norvégien des Affaires étrangères et tout son gouvernement ont reçu un coup terrible.  Mais précisément ceux qui prennent position le plus fermement contre "la politique génocidaire d'Israël envers le peuple palestinien" sont ceux qui souffrent le plus.  Ils avaient déjà été mis en garde par Israël pour leur "courage extraordinaire" … ceci signifie dans le jargon israélien qu'ils en paieront les conséquences…". Ces délires des élites en Europe risquent de mal tourner, vu que l'Histoire ne fait que se répéter.
 

Grèce

– Dans un article très sévère pour la Grèce, le Daily Mail a énuméré quelques uns de ces gaspillages ou abus fiscaux contre lesquels le gouvernement de Papandreou tente de lutter :

Learn Hebrew online

1. Le métro d’Athènes est climatisé et offre des écrans plasma pour distraire les voyageurs. Et il est gratuit pour les cinq millions d’habitants de la capitale. Plus exactement, il ne l’est pas, mais comme il n’y a pas de barrière pour empêcher les usagers sans ticket de passer, rares sont les passagers qui se soucient d’acheter leur billet. C’est le contribuable européen qui a payé le métro athénien qui a coûté près de 1,7 milliard d’euros.
 2. Le salaire moyen des employés de la compagnie nationale ferroviaire grecque est de 70.000 euros, ce qui englobe les ouvriers et les agents de nettoyage des trains, et qui représente le triple des employés du secteur privé grec.
 3. Par ailleurs, le chiffre d’affaires annuel de cette compagnie est d’environ 90 millions d’euros, pour une masse salariale de près de 575 millions d’euros annuels, ce qui a même fait ironiser un politicien grec qui a remarqué qu’il eut mieux valu payer des taxis privés pour les déplacements des passagers.
 4. En une décennie, la masse salariale du secteur public a doublé.
 5. Plus de 600 professions bénéficient d’une retraite à 50 ans, avec une pension correspondant à 95% du salaire de la dernière année, en raison de leur caractère « ardu et périlleux ». Ces professions englobent les pâtissiers, les animateurs de radio, les coiffeurs et les masseurs des bains turcs.
 6. Les déclarations d’impôts sont rédigées par les contribuables eux-mêmes, et sont rarement vérifiées. Ainsi, seuls 5000 personnes sur un pays de 12 millions d’habitants admettent gagner plus de 100.000 euros annuels. Or, plus de 60.000 foyers grecs détiennent pour plus de 1 million d’euros d’investissements, sans parler des montants investis à l’étranger. Beaucoup de contribuables grecs affirment ne gagner que 12.000 euros annuels, même lorsqu’ils possèdent des bateaux, des résidences secondaires sur des îles grecques et des propriétés à l’étranger.
 7. Lorsque le percepteur s’en agace, ils lui remettent une « fakelaki », une enveloppe contenant des espèces. Il existe même une sorte de tarif informel qui vont jusqu’à 10.000 euros pour les foyers les plus riches (il se dit que la famille grecque moyenne paye 2.000 euros par an).
 8. Les grands armateurs grecs, les plus riches de la banlieue riche de Kifissia, sont exonérés d’impôts, en raison des bénéfices qu’ils sont supposés apporter au pays. Mais les chantiers navals sont maintenant vides, seules 500 personnes restent pour entretenir les navires des compagnies maritimes déclinantes.
 9. Seulement 300 résidents de la Kifissia (une banlieue riche d’Athènes) ont admis détenir une piscine. Le vrai chiffre est estimé à 20.000.
 10. Au total, ces évasions fiscales coûteraient au pays la somme de 45 milliards d’euros à l’année.

 

"Après avoir livré bataille avec la police anti-émeute, qui a fait usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, des milliers de manifestants campent toujours sur la place en attendant le vote des politiciens grecs de la semaine prochaine qui doit statuer sur les mesures d’austérité imposées par l’Europe. Pourtant, ces manifestants devraient retourner leur colère contre leur pays, contre ces Grecs qui se sont damnés pendant des années pour dénier à leur Etat les sommes qu’ils lui devaient", conclut amèrement le Daily Mail.

– Notons que ce pays a contribué à dissuader les "flottilles" pour Gaza d'appareiller, évitant la confrontation recherchée par quelques "hurluberlus" avec la marine israélienne.

 

Afghanistan

Les forces de l'Otan se trouvent de plus en plus confrontées à des chefs talibans qui se dissimulent dans des Burkas, ce qui rend difficile leur identification. Ce travestissement est la dernière trouvaille des terroristes pour éviter d'être éliminés par des drones américains. C'était le cas lors du dernier accrochage à Kudrun.

 

Egypte

Directeur du Centre culturel jésuite d'Alexandrie, Henri Boulad ne voit pas comment le printemps arabe échapperait à des gouvernements à majorité islamiste, dans un premier temps, tant l'emprise de l'Islam est ancrée dans le peuple. Une transition inévitable, selon lui, avant la démocratisation. Néanmoins, les jeunes révolutionnaires n'aspirent plus aujourd'hui à ce modèle de société fondé sur la religion. Les réseaux sociaux ont une influence non négligeable sur eux, conscients que leur avenir est loin d'être assuré. 

 

Syrie

Quel Moyen-Orient émergerait après une éventuelle chute du régime syrien ? Les bouleversements futurs ménageront sans doute des surprises. La révolte syrienne a déjà plus de cent jours, près de 2000 morts, des milliers d'arrestations, des dizaines de milliers de réfugiés à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Pourtant, le régime a tout essayé pour venir à bout des protestations. Il a même tenté au début de suivre le modèle algérien en recherchant un équilibre entre promesses de réformes et coercition, mais la réaction démesurée des forces de sécurité contre les civils a poussé une bonne partie de la population dans les rangs des protestataires irréductibles.

D'après Hosham Dawod, anthropologue au Cnrs, selon leur issue, ces événements annoncent un  rééquilibrage géostratégique de la région, soit autour du "Croissant shiite", soit autour d'une axe militant sunnite-Frères Musulmans.

 

Soudan méridional – Juba

Ayant fait sécession, après une longue guerre meurtrière, le sud Soudan est le 193ème  pays admis à l'Onu. Ce jeune état a des ressources en pétrole importantes qu'il est amené à partager avec son voisin du Nord, pour pouvoir le raffiner, l'acheminer vers un port et l'exporter. Et il a établi des relations diplomatiques avec Israël qui l'aide déjà depuis 2 ans à installer des communautés agricoles le long de sa nouvelle frontière, inspirées du "moshav" israélien: fruits et légumes, volailles, abattoir. Les fermes ont aussi pour but de reconvertir les soldats en les formant et en leur donnant une activité permettant de rendre le pays auto-suffisant sur le plan de la nourriture.

Israël aide également ce pays naissant et dénué de toute infrastructure à installer le 1er provider Internet.

 

Printemps arabe

Pour l'économiste Gérard Maarek, l'économie des pays arabes en ébullition ne parvient pas à créer un nombre d'emplois suffisant, d'où les frustrations et les ressentiments à l'égard des dirigeants. Bien que la natalité ait diminué dans certains pays, la pyramide des âges est enflée en son milieu, fruit des comportements natalistes antérieurs. Une masse de jeunes adultes se trouve au chômage. De plus, l'importance de l'autorité paternelle en pays musulman risque de freiner pour un certain temps l'avènement de la démocratie.

 

Israël
– Le pays est confronté à des difficultés sociales prévisibles, du fait que la forte croissance n'a pas réussi à diminuer la pauvreté, ni à juguler la spéculation immobilière. Les prix flambent. Par ailleurs, le corps médical, quand il n'est pas privé, a vu ses ressources se tarir. Le printemps arabe est contagieux.

– Israël prévoit de construire une barrière dans le Golan pour séparer la ville de Majdal Shams, du côté israélien, d'Al-Oude et Ain Al-Tinah, en Syrie.

Albert Soued et www.nuitdorient.com – N° 39 – le 1er août 2011







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *