toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

France : Un manuel d’histoire pour les classes de premières réécrit l’histoire du Moyen Orient et efface le nom d’Israël…


France : Un manuel d’histoire pour les classes de premières réécrit l’histoire du Moyen Orient et efface le nom d’Israël…

A l’occasion de la refonte du programme scolaire et feignant d’adapter le programme d’histoire des classes de 1ère les éditions Hachette sortent un nouveau manuel d’histoire qui traite de l’histoire de la création de l’Etat d’Israël et du rôle de l’ONU.
En parcourant ce manuel qui sera diffusé pour la rentrée scolaire de septembre 2011 très vite on s’aperçoit que les quelques pages consacrées au Moyen Orient sont une réécriture révisionniste de l’histoire du conflit israélo-arabe sous un prisme pro-palestinien évident.

Europe Israël a aussitôt écrit au Premier Ministre, au Ministre de l'Education Nationale ainsi qu'au Président du Groupe Hachette afin que ces pages soient retirées des manuels scolaires.

Nous avons également informé l'Ambassade d'Israël, le BNVCA, le CRIF ainsi que l'ensemble des associations communautaires.

En effet, le révisionnisme des pages incriminées est tel que le nom même de l’Etat Hébreu « Israël » n’apparait qu’une fois en petit caractère dans une légende de carte.

Ce manuel scolaire qui sera diffusé à grande échelle reprend l’essentiel des thèses palestiniennes qui sont de purs mensonges de propagandes.

En page 142, une carte du Partage de la Palestine indique qu’en 1947 il aurait existé un Etat Juif et un Etat Arabe.

Cette carte mélange à la fois le Plan de Partage proposé par l’ONU en 1947 et la Guerre d’Indépendance de l’Etat d’Israël. Elle dessine les « territoires conquis » pendant la guerre de 1948-1949 par Israël laissant supposer que ces territoires sont illégitimes et donc qu’Israël est un occupant colonialiste. En revanche nulle trace de l’agression du nouvel Etat Juif par les armées Arabes des pays voisins.

Aucune carte indiquant que le nouvel Etat subit une offensive des armées : Egyptienne, Libanaise, Irakienne, Syrienne et Transjordanienne.

Cette carte n’indique pas non plus qu’à l’issue de la Guerre d’Indépendance de 1948 la Judée-Samarie (appelée ici improprement Cisjordanie) est occupée illégalement par la Transjordanie.

Le texte de légende de cette carte est un bel exemple de manipulation :

"Plan de partage rejeté par les Palestiniens et les Etats arabes qui décident de prendre les armes". Cette petite phrase qui pourrait sembler anodine est lourde de sens car elle implique que l’ensemble des Palestiniens, qui ne peuvent être Juifs, auraient rejeté le Plan de Partage et pris les armes sous entendant seraient rentré en résistance.

Cette phrase à elle seule est une négation de l’histoire du peuple Juif sur cette terre depuis plus de 3 000 ans. Ainsi l’on efface toute présence juive en « Palestine » avant le partage de 1947.

Une écriture objective aurait été d’utiliser la formule « arabe palestinien » et « juif palestinien ». Ainsi on passe subtilement de l’arabe palestinien au palestinien tout court, le juif n’étant qu’un « corps étranger » amené par le Partage de la Palestine…

Il devient donc légitime que « les Palestiniens et les Etats arabes (voisins) prennent les armes » et rentrent en « résistance » face à cette occupation étrangère.

A côté de cette carte une photo est censée illustrer « la nakba » portant comme légende : « La nakba. Les conquêtes de l'armée israélienne ont entraîné l'exode de près de 700 000 Palestiniens »

Cette légende résume également en quelques mots toute la thèse palestinienne selon laquelle les israéliens auraient fait fuir les populations civiles Arabes. On retrouve d’ailleurs ici le mot « Palestiniens » pour désigner les Arabes.

Or c’est oublier bien vite que l’une des causes principales de l'exode palestinien vient desordres de fuite venant du Haut Comité arabe ou des dirigeants des pays arabes. Qu’on peut également citer comme cause essentielle selon d’autres historiens l’effondrement de la société arabe palestinienne qui sans le soutien administratif des Britanniques était trop fragile pour résister aux conditions de vie d'une guerre civile.

En effet, les armées Arabes sures d’elles incitèrent les populations civiles arabes à partir en attendant que le nouvel Etat d’Israël soit détruit et les Juifs rejetés à la mer.

Cette légende oublie également que dans le même temps près de 600 000 Juifs ont dû quitter leurs foyers en raison de l’invasion des armées Arabes voisines.

Un cadre consacré au « vocabulaire » appris lors de cette leçon développe les thèses palestiniennes :

« Nabka » est décrit comme la catastrophe de « l’expulsion des populations palestiniennes pendant la guerre israélo-arabe de 1948 ». Ainsi ce manuel enfonce le clou du révisionnisme : les Juifs auraient expulsé les « Palestiniens » !

Faisant fi de toute présence juive avant la guerre, seuls les populations palestiniennes vivaient là et auraient été expulsées. Cette pure manipulation tend à délégitimer la présence juive sur cette terre en assimilant de facto les arabes palestiniens aux « Palestiniens » de souche oubliant la présence plurimillénaire des Juifs en Palestine.

« Sionisme » est décrit comme une « idéologie               et projet politique visant à créer un Etat juif indépendant en Palestine ». Ainsi décrit sans plus ample explication le sionisme devient une « idéologie » que l’on vient de plaquer en 1947 sur la Palestine afin de revendiquer la création d’un Etat juif ex-nihilo.

C’est effacer en un trait de plume près d’un siècle d’histoire du mouvement sioniste.

En page 145 de l’ouvrage dans un chapitre intitulé « L’ONU est la question de la Palestine (1947-1948) » est introduit par un texte qui précise « Après que l’UNSCOP propose la création de deux Etats, arabes et juifs, la situation dégénère en conflits entre les deux nations »

Ce texte est pour le moins un raccourci à la serpe qui laisse supposer une fois de plus qu’il existerait une Etat arabe nommé Palestine lors de la création de l’Etat d’Israël, laissant entendre qu’on aurait amputé cet Etat arabe pour créer l’Etat juif.

Et pour illustrer cela une photo présente "Manifestation pour l'indépendance de la Palestine 1936"

Là encore cette photo et les légendes qui l'accompagnent sont un pur mensonge:

  • Les Arabes n'ont jamais eu de revendication d'indépendance en Palestine à cette époque.
  • Lors du Plan de Partage les Arabes palestiniens ont refusé de créer une Etat indépendant.
  • Les arabes présentés sur cette photo manifestent pour que la terre soit uniquement aux arabes, et contre l'établissement des juifs. Mais ils ne réclament pas le départ des Anglais. En 1936, seuls les Juifs réclament un Etat indépendant en Palestine.
  • La seule citation censée illustrer le mouvement sioniste est une déclaration sur le départ des Arabe en omettant de préciser qu'elle date de 1943 en pleine Seconde Guerre Mondiale pendant laquelle les Arabes s’étaient rangés au côté de l’Allemagne Nazie et les Juifs du côté Anglais.
    A cette époque on aurait pu également citer le Mufti de Jérusalem, qui souhaite la victoire de l'Allemagne nazie pour se débarrasser des Anglais et des juifs.

L'Education Nationale française va ainsi former des futures générations de pro-palestiniens et d'anti-israéliens.


Depuis qu'Europe Israël a soulevé cette affaire, plusieurs personnes nous ont signalé d’autres manuels scolaires français rédigés à des fins de propagande :

Un manuel de français des classes de 4ème des classes de 4ème, édition Hachette "Les couleurs du français 4ème", montre une photographie de Patrick BAZ intitulée "Une petite fille courant entre des soldats israéliens dans la vieille ville de Jérusalem, le 11 octobre 1990".

Cette photo est visible sur le site du photographe (elle porte une robe rose).

Lié à cette photo est proposé un exercice ainsi libellé : "La scène que vous découvrez sur cette photographie vous choque : vous décidez d'écrire à un journal pour exprimer votre émotion. Consignes : écrivez une lettre d'une quinzaine de lignes, en cherchant à émouvoir le lecteur."

Cet exercice est clairement antisioniste et une manipulation de la réalité. Les soldats de Tsahal visibles sur la photo protègent la fillette qui ne semble pas du tout avoir peur d'eux. Rien ne permet de dire, en outre, qu'il s'agit d'une fillette palestinienne, il se peut fort bien que ce soit une petite fille juive !

On a là un véritable exercice de propagande anti-israélien !

Il semble que cette manipulation de l'histoire du conflit israélo-arabe est une conséquence du fait qu'il est de plus en plus difficile d'enseigner l'histoire de la Shoah et du Moyen Orient dans des classes ayant un grand nombre de jeunes musulmans qui refusent d'entendre l'histoire.

L'Education Nationale française a déjà donné des directives dans un bulletin officiel afin que le mot "Shoah" ne soit plus utilisé mais remplacé par le mot anéantissement.

Dans cette nouvelle version des manuels les éditions Hachette s'illustrent par une grande lâcheté en manipulant l'histoire de la création de l'Etat d'Israël pour "calmer" ou satisfaire les élèves musulmans qui risqueraient d'être "choqués" d'entendre la vraie histoire.

Jean-Marc MOSKOWICZ pour Europe Israël

Reproduction autorisée avec les mentions ci-dessous:

© Copyright Europe Israël. http://www.europe-israel.org

 





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale