toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les implications pour Israël de l’ouverture permanente du passage de Rafiah


Les implications pour Israël de l’ouverture permanente du passage de Rafiah

Annoncée le 26 mai dernier par le gouvernement provisoire égyptien, la réouverture désormais quasi permanente dans les deux sens – six journées par semaine – du point de passage de Rafiah reliant le sud de la Bande de Gaza au Sinaï, a pris Israël de cours.

Lourd de nombreux risques sécuritaires, ce changement qui concrétise le rapprochement entre le Hamas régnant à Gaza et le nouveau pouvoir installé au Caire après la chute de Moubarak va aussi porter un coup sérieux à l’efficacité du blocus de Gaza imposé par Israël depuis quatre ans.

Même si, visiblement assez gênés par ce revirement égyptien, les hauts responsables israéliens ont préféré jusque-là garder le silence, l’un des officiers de la Coordination gouvernementale des Activités dans les Territoires (COGATE) a mis en garde contre une première conséquence de cette réouverture : le fait qu’elle pourrait vite déboucher sur une augmentation, aussi sensible que dangereuse, des trafics d’armes en tous genres depuis la péninsule du Sinaï égyptien (désormais aux mains des milices bédouines et des supplétifs d’Al-Qaïda) vers Gaza, déjà transformée en poudrière terroriste depuis la prise du pouvoir du Hamas, d’abord électorale en janvier 2006, puis militaire en juin 2007…

Loading...

« La réouverture après 4 ans de ce passage frontalier si sensible sans contrôle indépendant, a déclaré cet officier, va permettre au Hamas de transférer au grand jour à Gaza – et plus seulement par ses tunnels de contrebandes – de grandes quantités d’armes et de terroristes partant s’entraîner en Syrie ou au Liban. Le Hamas ne possède-t-il pas déjà au moins 10 000 missiles, dont certains peuvent atteindre la région de Tel-Aviv ?! ».

Une inquiétude confirmée par le vice-Premier ministre israélien Silvan Chalom qui a appelé la communauté internationale à empêcher cette réouverture contredisant les accords de 2005 passés entre Israël et l’AP et ayant prévu de déployer à Rafia'h des superviseurs européens de l’EUBAM (European Union Border Assistance Mission), ainsi qu'une surveillance israélienne audiovisuelle « à distance » opérée depuis le barrage de Keren Chalom grâce à un système de caméras vidéos censé contrôler les hommes et les marchandises en transit à Rafia'h. Un dispositif appliqué du 25 novembre 2005 au 25 juin 2006, date de l’enlèvement du soldat Guilad Shalit par un commando du Hamas infiltré en territoire israélien… Ce qui entraîna le départ de l’EUBAM et la fermeture de Rafiah, ensuite rouvert sporadiquement « pour des raisons humanitaires » par le gouvernement Moubarak…

Vers la fin du blocus de Gaza ?

Autre sujet d’inquiétude de nature plus diplomatique pour Israël : le fait que ce changement initie un processus d’érosion – risquant d’aller en s’accentuant – du blocus de Gaza maintenu par Tsahal contre le gouvernement Hamas depuis juin 2007. Une option ardemment souhaitée par le Hamas et le Fatah, non seulement parce qu’elle leur permet de faire circuler librement encore plus de terroristes et d'armes noyés dans les flux de la population locale transitant à Rafiah, mais aussi parce qu’elle mine – en droit et dans les faits – l’efficacité du blocus israélien…. Surtout à l’heure où d’autres « flottilles humanitaires », turques et européennes, sont en préparation pour tenter de forcer ce blocus par la mer…

 « Nous apprécions cette réouverture qui constitue une bonne décision prise par l’Égypte car elle aide à démanteler la véritable prison imposée par Israël à tout le peuple de Gaza, devait déclarer Nabil Sha’ath, un haut responsable du Fatah en visite officielle ces derniers jours dans la Bande, en rappelant que cette démarche était aussi « une conséquence positive » de l’accord de réconciliation Hamas-Fatah conclu le mois dernier grâce aux bons offices du gouvernement égyptien.

Un rapprochement périlleux du Caire avec le Hamas

Learn Hebrew online

Au plan stratégique, Israël voit aussi d’un œil sombre le rôle de plus en plus actif joué par le gouvernement provisoire égyptien – que dirige, jusqu’aux prochaines élections présidentielles et législatives, le général Tantaoui, chef d’état-major de l’armée – pour se rapprocher du Hamas au pouvoir à Gaza… Et ce, en opposition avec la conduite bien plus méfiante et prudente qui fut celle de l’ex-président Moubarak, lequel voyait à juste titre dans le Hamas de Gaza une branche locale du mouvement égyptien des Frères musulmans, la principale force d’opposition qui menaçait constamment son régime.

 Or, chacun sait qu’en perspective de ces prochaines législatives, il est probable que l’armée égyptienne passe un accord avec les Frères musulmans visant à former une coalition gouvernementale qui l’emportera « haut la main » à ce scrutin… Et ce, avec la bénédiction de l’administration Obama dont le soutien à de telles alliances hétéroclites à la dynamique pourtant incontrôlable constitue désormais l’un des piliers de sa politique proche-orientale…

Source : Hamodia, parRichard Darmon

Loading...




Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale