toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Je ne suis pas d’accord pour que mes cotisations syndicales financent « Un bateau français pour Gaza »


Je ne suis pas d’accord pour que mes cotisations syndicales financent « Un bateau français pour Gaza »

Adhérent à la CGT depuis 1974, je trouve tout-à-fait légitime que mon syndicat ait su, par le passé, organiser des manifestations de solidarité internationale, quand d’autres travailleurs avaient besoin du soutien des salariés français. Ainsi, dans les années 1980, j’ai été fier de participer à la solidarité avec les mineurs et les ouvriers du Livre anglais, confrontés à la guerre sociale que leur menait Margaret Thatcher et son gouvernement. Même si je ne partageais pas toujours les analyses du leader des mineurs, Arthur Scargill, ou la stratégie du syndical du Livre anglais, je trouvais normal d’être à leurs côtés, face à la répression syndicale qu’ils subissaient.

De même, et là je ne me faisais pas que des amis à la CGT, je trouvais normal, dans ces années-là, d’être aux côtés des travailleurs polonais, organisés au sein de Solidarnosc, quand ils voulaient construire une organisation syndicale indépendante du Parti communiste… même si l’allégeance de Lech Walesa au Vatican m’irritait souvent. Là encore, quand le coup d’État de Jaruzelski a mis fin à cette expérience, et que les leaders du syndicat indépendant ont été emprisonnés, je trouvais légitime d’apporter notre solidarité aux travailleurs polonais, parce que leur combat était un symbole fort.

Pourtant, je suis autrement dérangé quand je lis que mon organisation syndicale va soutenir l’opération « Un bateau français pour Gaza », avec ces mots d’explication : « Brisons le blocus israélien ! ».

www.unbateaupourgaza.fr

Parmi les promoteurs de cette opération, on trouve, outre la CGT, une soixantaine d’associations ou partis politiques, dont le NPA, le PCF, Attac, le Collectif des Musulmans de France (proche de Tariq Ramadan), la Cimade, Solidaires (syndicat d’extrême gauche), le MRAP… Bref, beaucoup de ceux qui considèrent comme racistes la simple critique de l’islam, et qui considéraient que la loi contre les signes religieux à l’école était raciste… A ma connaissance, je ne pense pas que Gaza soit le symbole de la répression syndicale, et, si cela était le cas, il serait intéressant de savoir qui est le coupable. Il faut rappeler qu’Israël a quitté Gaza en septembre 2005, et que depuis juin 2007, c’est le Hamas qui, ayant chassé les représentants du Fatah – en en massacrant sauvagement un nombre bien plus important que celui des victimes des opérations israéliennes – dirige le territoire de Gaza.

Il convient donc, en tant que syndicaliste, de s’interroger. Peut-on ne pas savoir que le Hamas a pour objectif le génocide mondial des Juifs ?

Voici la fin de l’article 7 de la charte du Hamas : « L’Heure ne viendra pas avant que les musulmans n’aient combattu les Juifs pour les tuer, avant que les Juifs ne se fussent cachés derrière les pierres et les arbres et que les pierres et les arbres eussent dit : « Musulman, serviteur de Dieu ! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. » » (traduction en français par Jean-François Legrain, chercheur au CNRS)

http://www.gremmo.mom.fr/legrain/voix15.htm

Le chercheur Paul Landau écrit, au sujet de cet article 7 de la Charte du Hamas : « La guerre contre les Juifs constitue ainsi pour le Hamas un impératif qui s’inscrit dans une vision eschatologique, et pas seulement politique, ce qui rappelle à certains égards les conceptions hitlériennes de l’affrontement quasi-métaphysique entre l’Allemagne et les Juifs… On ne saurait assez insister sur l’antisémitisme virulent qui est consubstantiel à la vision du monde du Hamas, et que les observateurs occidentaux passent trop souvent sous silence, ou dont ils minimisent les conséquences ».

Learn Hebrew online

http://actualiteduterrorisme.20minutes-blogs.fr/archive/2009/01/02/que-veut-le-hamas.html

J’entends que certains camarades me parlent de la terrible souffrance du peuple palestinien, et du devoir humanitaire de la CGT. Sauf qu’Israël n’est pas la seule frontière avec la bande de Gaza, qui en a une autre avec l’Égypte. Comment peut-on accuser Israël d’assiéger Gaza, alors que ce territoire a une frontière avec un autre pays ?

Et puis, y a-t-il vraiment une grave crise alimentaire à Gaza ? J’avoue ma perplexité, quand je lis que les habitants de Gaza ont l’un des plus fort taux d’obésité du monde: les hommes de Gaza sont les 8e plus obèses du monde, et les femmes de Gaza les 3e plus obèses du monde :

http://vladtepesblog.com/?p=21265

Je suis encore plus perplexe quand je vois ces photos de Gaza, publiées sur un site Internet gazaoui, qui montrent les marchés de Gaza, en novembre 2009 :

http://www.paltoday.ps/arabic/News-64161.html

    Je suis dubitatif quand je lis que :

– En 2009, ce sont plus de 10.000 habitants de Gaza qui ont été soignés dans les hôpitaux israéliens (dont des enfants de chefs terroristes du Hamas).

– Israël fournit 72% de l’électricité de la bande de Gaza, et 80% de l’eau potable.

– En 2010, les enfants de Gaza ont reçu 200.000 ordinateurs portables, offerts par l’ONU, et sont donc mieux équipés que les enfants français eux-mêmes.

– En mai 2010, la première piscine à bassin olympique a ouvert à Gaza :

http://www.maannews.net/eng/ViewDetails.aspx?ID=285242

– En juillet 2010, un centre commercial ultramoderne géant a ouvert à Gaza :

http://www.bivouac-id.com/billets/gaza-photos-du-%C2%AB-gaza-mall-%C2%BB-le-tout-nouveau-centre-commercial/

http://www.tomgrossmedia.com/mideastdispatches/archives/001127.html

– Depuis 2 ans, de nombreux restaurants de luxe ont ouvert à Gaza, comme celui-ci (situé rue du Caire, à Rimal, Gaza) :

http://www.youtube.com/watch?v=dJvvkXYD12U

D’autre part, j’avoue m’interroger : pourquoi cette focalisation contre Israël, pays de 7 millions d’habitants, dont un million et demi d’Arabes, et seule démocratie du Proche-Orient ? Pourquoi la CGT n’organise-t-elle pas un bateau pour le Soudan, afin d’aider les tribus Four et Zagawa qui sont massacrées dans le Darfour par les troupes arabo-musulmans envoyées par le gouvernement central de Khartoum ? Pourquoi la CGT n’aide-t-elle pas les chrétiens du Nigéria, exterminés par centaines par les musulmans ? Pourquoi ne se préoccupe-t-elle pas du sort des Coptes égyptiens, opprimés, battus, torturés, assassinés par les musulmans égyptiens, depuis des années (diaspora de plus de 2 millions de Coptes autour de la planète, car ils ont fuit l’oppression subie en Égypte) ? Pourquoi n’envoie-elle pas un bateau à Haïti, pour y aider à la reconstruction et nourrir les pauvres Haïtiens sous-nourris, qui vivent sous des tentes dans des conditions difficiles depuis plus d’un an ?

Répétons-le : à Gaza, le Hamas a tué beaucoup plus de personnes que l’armée israélienne n’y a éliminé de terroristes durant toutes ses opérations militaires d’auto-défense.

A Gaza, les habitants sont opprimés par les terroristes du Hamas : les femmes sont forcées de porter le voile islamique, y compris sur la plage ; les jeunes couples sont battus s’ils sont surpris en train de se tenir par la main ; les rares religieuses chrétiennes sont attaquées ; et les civils y sont utilisés par les terroristes comme boucliers humains.

En organisant l’opération « Un bateau français pour Gaza », ce ne sont pas les habitants de Gaza que nous allons aider, ce sont ces fascistes du Hamas que notre syndicat va, involontairement je l’espère, consolider (le Hamas contrôle toute l’aide qui entre à Gaza) !

Je suis outré que l’argent de mes cotisations syndicales puisse être utilisé pour des causes qui n’ont rien à voir avec les combats syndicaux. Je suis consterné de constater que nous allons aider les pires fascistes politico-religieux qu’il y ait sur terre à continuer à opprimer leur population, à prêcher la haine contre Israël et l’extermination de tous les Juifs.

Je suis d’autant plus perplexe quand, dans ce contexte, je lis, sous la plume de Bernard Thibaut, qu’il serait incompatible d’être militant au Front National et responsable à la CGT. On peut combattre l’idéologique du Front national, mais une organisation syndicale peut-elle procéder à des interdits syndicaux, en raison d’une appartenance politique ? Je me souviens avoir milité à la CGT avec un monarchiste, il était régulièrement élu par ses camarades, non par amour de la couronne royale, mais tout simplement parce que cela était un excellent syndicaliste. Il me parait plus grave, pour un syndicaliste CGT, de militer pour le licenciement d’Eric Zemmour, comme vient de la faire le SNJ-CGT, que de déclarer sa flamme à Marine Le Pen, comme vient de le faire Fabien Engelmann.

Je m’étonne par ailleurs du silence de notre organisation syndicale sur l’offensive des religions, et principalement l’islam, dans les entreprises. Un syndicaliste, Carl Pincemin, de Force ouvrière, a été auditionné par la mission Gerin, à l’occasion de la mission parlementaire sur le voile intégral. Il y a dénoncé l’offensive du voile dans les entreprises, ainsi que les revendications alimentaires dans les cantines, les demandes de salle de prière, et les revendications d’adaptation des horaires pour les ouvriers musulmans, lors du ramadan, ou le vendredi. Je n’ai entendu aucun commentaire de notre centrale syndicale à ce qui constitue une remise en cause grave des principes laïques, et notamment, comme le disait Carl, à l’égalité entre les travailleurs.

Je m’étonne que ce silence puisse s’accompagner, dans l’ombre, du soutien à des revendications communautaristes incompatibles avec nos principes laïques, défendues par des militants de la CGT. Ainsi, sans revenir aux années 80, où certaines sections CGT, dans l’automobile, réclamaient des tapis et des salles de prières, récemment, lors de la célèbre affaire de la crèche Babyloup, la salariée qui voulait imposer son voile s’est-elle appuyée sur l’Union départementale CGT pour tenter, lors d’élections de délégués du personnel, d’affaiblir la directrice de la crèche, Natalia Baléato.

Enfin, je m’étonne qu’on puisse combattre, dans nos rangs, le fascisme supposé des militants du Front National, et qu’on ferme les yeux, dans les entreprises, sur le vrai fascisme qui menace la cohésion des salariés, en voulant imposer le fait religieux, principalement l’islam, dans l’entreprise. Pourtant, il est évident que le communautarisme, qu’il soit religieux ou autre, est un cancer qui divise les travailleurs, voulant remplacer les solidarités sociales qui unissent par des revendications spécifiques qui divisent.

Bref, je m’étonne qu’à la CGT, on fasse la chasse aux militants du Front National, mais on ne sanctionne pas un syndicat qui réclame le licenciement d’un salarié. Je m’étonne tout autant qu’on ferme les yeux devant l’offensive des islamistes dans les entreprises… et qu’on participe à une opération sur Gaza, qui, loin d’être neutre politiquement, ne peut que faire le jeu des fascistes du Hamas.

Aveuglement idéologique, ou clientélisme ?

Pierre Cassen





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale