toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Au cœur d’Israël – Pasteur Gérald Fruhinsholz


Au cœur d’Israël – Pasteur Gérald Fruhinsholz

C’était Roch ‘Hodesh, le 1er jour du mois d’Iyar 5771,(1) et nous avions rendez-vous avec David et son ami Aaron, pour une journée au cœur d’Israël, en Samarie. C’est en effet dans les montagnes de Samarie, à Ofra précisément, que David et son épouse Ruth habitent ; c’est là qu’ils ont fait leur aliyah de France, il y a 27 ans. Ils sont parents de six enfants et pour l’instant grands-parents de onze petits-enfants. 

Bien évidemment, David, comme beaucoup d’habitants en Judée-Samarie, est un Juif passionné de la terre qu’il foule, passionné des villages historiques trois fois millénaires, sortis tout droit de la Bible.

Ce sont ces Juifs arrivés vers la fin du 19e siècle, au fur et à mesure des immigrations issus de toutes nations, qui ont repeuplé ces lieux bibliques, rebâti les habitations, et redonné vie à ces lieux désertés depuis 2000 ans.
 

 

La restauration des villes en Israël : une preuve de l’existence de D.ieu

 

« JE ramènerai les captifs de mon peuple Israël et ils rebâtiront les villes dévastées, et les habiteront. Ils planteront des vignes et en boiront le vin, ils établiront des jardins et ils en mangeront les fruits. JE les planterai sur leur terre et ils ne seront plus arrachés à la terre que JE leur ai donnée,

dit l’Eternel, ton Dieu » – Amos 9 :14-15

 

Amos a prophétisé ces paroles il y a presque 3000 ans. Esaïe l’a écrit (60 :21) : « Ils (le peuple juif) possèderont à toujours le pays ». De même,Jérémie (32 :41) : « Je (D.ieu) les planterai véritablement dans ce pays, de tout mon cœur, et de toute mon âme ». Et, Ezéchiel (37 :25) : « Ils habiteront dans le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob et dans lequel ont vécu leurs ancêtres ; ils y demeureront, eux, leurs enfants et leurs petits-enfants à perpétuité ».

 

Qui peut contester ces paroles s’inscrivant 3000 ans plus tard dans la réalité ? Qui peut comprendre que le peuple juif – peuple unique au monde à avoir survécu depuis Abraham, avec sa langue, sa foi et sa culture enrichie de toutes les nations qu’ils ont traversées – puisse retrouver aujourd’hui sa terre, et habiter à nouveau ses villes et ses villages délaissés pendant 2000 ans ? Ne peut-on pas dire que le pays retrouve son maître, Israël, celui à qui D.ieu a confié ce pays ?…

 

Les véritables propriétaires

Le pays reconnait ceux qui, seuls, peuvent faire fructifier la terre et la rendre vivante et belle. La Bible dit cela avec de très belles images. Pour D.ieu, les « retrouvailles » du peuple juif avec sa terre, c’est une histoire d’amour. D.ieu a destiné cette terre à Son peuple choisi, Israël. C’est Son projet éternel.

 

« Et vous, montagnes d’Israël, vous pousserez vos rameaux, et vous porterez vos fruits pour mon peuple d’Israël ; Car ces choses sont près d’arriver. Voici, Je vous serai favorable, Je me tournerai vers vous, et vous serez cultivées et ensemencées. Je mettrai sur vous des hommes en grand nombre, la maison d’Israël tout entière ; Les villes seront habitées, et l’on rebâtira sur les ruines » – Ezéchiel 36 :8-9.

 

 Comprenons-nous pourquoi cette terre est si disputée, et pourquoi les nations n’acceptent pas la décision divine ? C’est un problème religieux, mais surtout un problème avec le D.ieu d’Israël. Mais D.ieu dans sa justice, après avoir été d’une grande patience, fustigera les nations qui continuent de placer sur Israël le joug de l’ignominie : « C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Je lève ma main ! Ce sont les nations qui vous entourent qui porteront elles-mêmes leur ignominie » – Ez 36 :7.  

 

——————–

Notre excursion en Samarie

 

Quittant Jérusalem et montant vers le nord, nous prenons avec David et Aaron, la « route des Patriarches » – Derekh ha’Avot – celle qu’Abraham et nos Pères avaient empruntée plus de 3000 ans auparavant, pour aller au cœur d’Israël. Moments forts que de quitter la ville sainte pour s’enfoncer dans les collines de Samarie, au cœur du Pays. Première halte : Bethel – la « maison de D.ieu » comme l’a appelé Yaacov.

 

 

Bethel – La « maison de D.ieu »

Nous voici sur un point de vue à Bethel, environné de nombreux sommets qui nous entourent, dont Ba’al ‘Hatsor (1.012 m) où d’après le Misdrash, D.ieu avait demandé à Abraham de se placer, pour contempler aux alentours la terre d’Israël : « L’Eternel dit à Abram, après que Lot se fut séparé de lui : Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident ; car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours » – Gen 13 :14. C’est vrai, que de cette position, nous voyons tout : le Mont Hermon au nord, la Mer morte à l’est, le Mont Scopus de Jérusalem au sud, jusqu’aux tours de Tel-Aviv, à l’ouest. Fantastique vision à 360 ° !

 

Plus bas devant nous, un monticule avec un vestige. Nous y allons à pied. Il pourrait s’agir du lieu où Jacob a eu son rêve – le songe et la vision de l’échelle ! De nombreux éléments concordent pour décrire ce lieu comme véritable ; il y a notamment ce vestige : une ancienne mosquée apposée à une pièce voûtée de style croisé ; les Arabes comme les chrétiens avaient noté ce lieu biblique. Devant, un espace avec au centre un rocher émergeant, une pierre ayant pu servir d’oreiller… Jacob a pu poser sa tête, comme c’est écrit dans la Torah… Laissons aller notre esprit à la rencontre de cet événement : Jacob a vu là les anges monter et descendre librement sur une échelle « appuyée sur la terre, et dont le sommet touchait au ciel »- et D.ieu se tenait au-dessus.

 

La bénédiction a été à l’égale de celle d’Abraham : « Je suis l’Eternel, le Dieu d’Abraham, ton père, et le Dieu d’Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, Je la donnerai à toi et à ta postérité. Ta postérité sera comme la poussière de la terre ; tu t’étendras à l’occident et à l’orient, au septentrion et au midi ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi et en ta postérité. Voici, Je suis avec toi, Je te garderai partout où tu iras, et Je te ramènerai dans ce pays ; car Je ne t’abandonnerai point… » – Gen 28 :13-15.

 

Jéroboam, et le culte idolâtre de Béthel

Juste à côté du lieu présumé de la nuit de Jacob, se trouve un autre lieu possible, celui du « faux tabernacle de Jéroboam », ayant institué deux lieux de culte, l’un à Dan et l’autre à Bethel – Jéroboam érigea un veau d’or en chacune de ces deux localités. L’idolâtrie qu’instaura ce roi d’Israël fut l’une des causes de la déportation des 10 tribus en Assyrie (2Rois 17:16) – le faux culte divisa la nation, scinda en deux monarchies appauvries le peuple qui avait été uni et fort. Jéroboam et Abija, fils et successeur de Roboam, s’affrontèrent dans une grande bataille où l’armée d’Israël fut vaincue et massacrée. Abija s’empara de Béthel, qui n’était qu’à 16 km de Jérusalem.

 

Dans ce lieu, on peut deviner les fortifications que Jéroboam fit faire pour protéger le tabernacle. La présence immédiate de l’endroit de la vision de Jacob était un atout pour Jéroboam. Ce dernier changea le calendrier des fêtes, et institua même un sacerdoce de prêtres n’appartenant pas à la tribu de Lévi. La majorité du peuple suivit le roi, entraînant l’Israël du nord dans le péché.

 

Quel contraste entre Jacob et l’alliance divine accordée dans un songe, et l’exaltation idolâtre d’un Jéroboam qui entraîna Israël dans sa chute. Nous verrons à Shilo, la prochaine visite, une autre histoire toute aussi dramatique…

 

 

Shilo, et son Tabernacle

Shilo est à environ 16 km au nord-nord-est de Béthel. Sous le commandement de Josué, les enfants d’Israël dressèrent le tabernacle à Shilo (Jos 18:1) et y procédèrent à la répartition de chaque tribu dans le pays. Les villes refuges pour les lévites ont été également attribuées depuis Schilo. Israël y célébrait les fêtes de l’Eternel : « Il y avait une fête célébrée chaque année à Silo, au lieu qui est au nord de Béthel, à l’orient de la route (= route des Patriarches) qui monte de Béthel à Sichem, et au midi de Lebona » – Juges 21:19

 

Avec nos amis et un guide de Shilo, nous avons pu constater l’importance du lieu, sur lequel deux églises byzantines ont été érigées. De très grandes murailles ont été également mises à jour autour de la cité, contiguë au lieu saint, celui-ci ne pouvant se trouver qu’en dehors de la ville. Des maisons sous terre sont visibles, et l’on peut imaginer celle d’Eli HaCohen, le souverain-sacrificateur, spacieuse et proche du tabernacle. La ville était encore habitée au temps de Jérémie (Jér 41:5).

 

L’apogée spirituelle de Shilo dura jusqu’à la venue du prophète Samuel : « L’Eternel continuait à apparaître dans Silo ; car l’Eternel se révélait à Samuel, dans Silo » – 1 Sam 3 :21. C’est dans ce temple que ‘Hannah sa maman, pleura devant D.ieu et fut exaucée.

 

Le drame de Shilo, alors que nous savons que l’Arche resta dans ce lieu près de 400 ans, fut la prise de l’Arche de l’alliance par les Philistins. D.ieu permit cela, et l’abandon de la sacrificature avec la mort d’Eli, et de ses deux fils impies : « Allez donc au lieu qui m’était consacré à Silo, où j’avais fait autrefois résider mon nom. Et voyez comment je l’ai traité, à cause de la méchanceté de mon peuple d’Israël » – Jér 7:12.

 

Ofra, un nouveau village restauré

A Ofra, nous sommes toujours dans les limites de la tribu de Benjamin, dans ce lieu dont le nom nous rappelle le village de Gédéon de la famille d’Abiezer. Mais l’Ofra de notre ami David n’est pas l’Ophra de Gédéon : « Gédéon bâtit là un autel à l’Eternel, et lui donna pour nom l’Eternel paix : il existe encore aujourd’hui à Ophra, qui appartenait à la famille d’Abiézer » (Jug 6 :24).

 

D’après des spécialistes et la tradition de ses habitants dont la majorité sont chrétiens, Ha Taïbeh (2) située à environ 3 km à vol d'oiseau d'Ofra, serait l’Ophra biblique mentionnée dans le livre de Josué 18:21.

 

Le village d’Ofra situé à 20 mn de Jérusalem est magnifique. Il possède notamment une importante communauté d’immigration française ayant réussi à créer un tissu social exemplaire. Une très belle synagogue et un établissement scolaire pour 900 jeunes filles digne d’universités américaines, sont au nombre des très beaux bâtiments.

 

« Il change les fleuves en désert, et les sources d’eaux en terre desséchée… Il change le désert en étang, et la terre aride en sources d’eaux, et Il y établit ceux qui ont faim. Ils fondent une ville pour l’habiter ; ils ensemencent des champs, plantent des vignes, et ils en recueillent les produits.

Il les bénit, et ils deviennent très nombreux…

Les hommes droits le voient et se réjouissent, mais l’injustice garde la bouche close. Que celui qui est sage prenne garde à ces choses, et qu’il soit attentif aux bontés de l’Eternel » – Psaume 107

 

A tous les croyants, venez visiter la Judée-Samarie, et réjouissez-vous !
Ne pas ouvrir la bouche devant ces miracles en Israël équivaut selon le verset précédent à commettre l’iniquité. Réjouissons-nous au contraire ! Visiter la Judée-Samarie est une leçon biblique vivifiante dont nous avons tous besoin pour illustrer notre foi. C’est également une « mitsva » pour aider et soutenir ceux et celles, les Juifs du monde entier revenant « à la maison », démontrant foi et courage, au risque de leur vie parfois.

« Voici, moi et les enfants que l’Eternel m’a donnés, nous sommes des signes et des présages (miracles) en Israël, de la part de l’Eternel, le Seigneur des armées qui habite sur la montagne de Sion »

Esaïe 8 :18

 

Gérald & Sophie  Frunhinsholz– le 8 mai 2011 /Iyar 5771
Excursion de mai organisée par David Pasder et Aaron Lipkin

 

 

 

Shalom Israël


[1] Ce 5e mois est d’importance : la restauration d’Israël ou création de l’Etat hébreu a eu lieu le 5 Iyar (14 mai 1948), et la libération et la réunification de Jérusalem sous souveraineté israélienne, le 28 Iyar (7 juin 1967), 19 ans plus tard. Ces événements ont donné lieu à deux jours importants : le Yom Ha’atsma’out (jour de l’Indépendance, le 5 Iyar), et le Yom Yerushalayim (jour de Jérusalem, le 28 Iyar).

 

[2] Ha Taïbeh (en arabe) = "La bonne", en substitution par litote de Ofra = 'Ofarin : djinn, mauvais génie.

 


 

Gérald & Sophie Fruhinsholz

 

Le pasteur Gérald FRUHINSHOLZ est venu s’établir en Israël avec Sophie son épouse. Ils vivent à Jérusalem depuis le 17 août 2005. Ils avaient auparavant dirigé une communauté chrétienne durant 12 ans, dans la région parisienne.

 

Israël a toujours été un élément important dans la vision qu’ils insufflèrent à leur assemblée. Ce sujet est devenu brûlant après qu’ils aient tous deux posé les pieds sur la terre d’Eretz-Israël, lors d’un voyage de pèlerins. Ils ont alors créé l’association « Shalom Israël », organisant des groupes de chrétiens pour visiter Israël et transmettre la vision et l’amour du pays.

 

En 2000, avec l’Intifada et le déclenchement terroriste en Israël, le pasteur Fruhinsholz a pris la plume pour s’opposer, sur Internet notamment, à la désinformation grandissante à l’égard des événements sur le conflit israélo-palestinien. Il continue plus que jamais à écrire ses chroniques, et la revue « Sonnez la trompette »,  transmettant l’amour de Sion. Chacun peut trouver ses articles sur www.shalom-israel.info.

 

« Pour l’amour de SION, Je ne me tairai point, pour l’amour de Jérusalem,

Je ne prendrai point de repos, jusqu’à ce que

son salut paraisse… » – Esaïe 62

 

 

 

 

 

 

 

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap