toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Au nom de la morale et des droits de l’Homme, par Caroline YADAN PESAH


Au nom de la morale et des droits de l’Homme, par Caroline YADAN PESAH

Allocution de Caroline Yadan Pesah lors de la grande manifestation pour dire NON à une déclaration unilatérale d'un Etat Palestinien  qui s'est déroulée dimanche 26 juin à 14 au métro Saint-Paul, rue de Rivoli à Paris :

Nous assistons depuis plusieurs années à une étrange idéologie dominante qui consiste à instrumentaliser les valeurs démocratiques pour servir des méfaits qui se commettent en son nom.

Au nom de la morale et des droits de l’Homme,on voudrait que soit reconnu en septembre prochain, de manière unilatérale, non négociée, et contrairement aux règles du Droit International, un Etat Palestinien.

Loading...

 

Au nom de la morale et des Droits de l’Homme, on serait donc prêt à reconnaître de facto, et donc à légitimer une entité islamiste radicale et ouvertement terroriste, le Hamas.

 

Au nom de la morale et des droits de l’Homme, mais aussi de la paix, on serait prêt à laisser de côté les tirs incessants et meurtriers de roquettes Quassam, tirées depuis plus de quatre années sur le territoire israélien, par ce même Hamas.

 

Au nom de la morale et des droits de l’Homme, il faudrait éviter de rappeler que la Chartre du Hamas, ouvertement antisémite, a pour objectif déclaré la destruction pure et simple de l’Etat d’Israël.

 

Au nom de la morale et des droits de l’Homme, il faudrait accepter l’enlèvement et la séquestration de Guilad Shalit, citoyen franco-israélien, otage et non prisonnier de guerre depuis 5 ans, qui aura 25 ans le 28 août prochain, tenu au secret, et auquel est refusé le droit pourtant fondamental d’une simple visite du CICR, Comité International de la Croix-Rouge.

 

Au nom de la morale et des droits de l’Homme, mais également de la célébration passionnelle du peuple palestinien, et de son apologie, qui va de pair avec la détestation obsessionnelle de l’Etat israélien, on serait donc prêt à oublier la volonté acharnée de guerre du monde Arabo-musulman depuis plus de 60 ans, l’enseignement officiel de la Haine et du mépris du Juif, l’antisémitisme dans des régions où Mein Kampf fait figure de livre de chevet, mais aussi l’expulsion et la spoliation d’un million de juifs des pays arabes, dont la majeure partie a trouvé refuge en Israël.

 

Au nom de la morale et des droits de l’Homme, il faudrait comprendre et accepter que la célébration de la mémoire de la Shoah s’accompagne, sans que la chose ne soit remarquée ou ne choque, d’accusation de nazisme lancée au monde Juif.

Learn Hebrew online

 

Au nom de la morale et des droits de l’Homme, il serait souhaitable de se dispenser d’évoquer la politique xénophobe, anti-juive et anti-chrétienne couchée dans la déclaration constitutionnelle de la future Palestine, qui sera placée sous la juridiction de la loi islamique.

 

Au nom de la morale et des Droits de l’Homme, il faudrait admettre le non-respect et les profanations à venir des Lieux Saints, démontrés par le passé.

 

Quelle crédibilité accorder à un vote de l’ONU dans ces conditions ? Comment croire à la légitimité d’un vote, provenant d’une instance au sein de laquelle on développe une rhétorique délirante qui inverse le sens des mots tels que droits, démocratie, ou liberté et qui les vide de leur substance ?

Loading...

 

Comment adhérer à un vote provenant d’Etats Nations, qui abritent en leur sein une Commission des Droits de l’Homme qu’a présidé la Libye, dont il n’est nul besoin de rappeler les exactions, ou une Commission sur le Statut de la Femme où siègent des représentants de la République Islamique d’Iran ?

 

Quelle légitimité accorder à une instance  obsédée par la mise en cause incessante d’Israël, au détriment des vraies victimes de la misère et des persécutions dans le monde, qui sert d’alibi à des consensus scélérats, qui demeure un formidable instrument de propagande de la Haine à l’égard de « l’Entité Sioniste », et maître d’œuvre des conférences de DURBAN I et II ?

 

Comment continuer à croire à une instance qui refuse de condamner l’appel à la destruction d’un état membre par le président Ahmadinedjad, la conférence révisionniste à Téhéran en décembre 2006, les fatwas de mort contre Taslima Nasreen, la pendaison d’homosexuels iraniens, la destruction au marteau-piqueur de la statue de Bouddha de 40 m, vieille de 1300 ans, au Pakistan en novembre 2007, la lapidation des femmes, les milliers de femmes violées ou mutilées au Darfour, ou encore la répression des Tibétains par la Chine ?

 

Il ne s’agit pas aujourd’hui à l’ONU de poser une norme pour l’atteindre, mais d’utiliser un texte qui sera repris dans les médias pour asseoir une idéologie pernicieuse qui fonctionne sur le registre de la culpabilisation.

 

En se prêtant à ce simulacre, ce que les démocraties gagneront dans la balance du consensus infâmant est sans commune mesure avec les valeurs qu’elles y perdront.

 

C’est pourquoi nous crions aujourd’hui à ces démocraties : ne soyez pas irresponsables, faites preuve de courage, de lucidité. Notre combat est aussi le vôtre ! Il est urgent de sortir de cette complaisance coupable, il est urgent de réagir et de voter : NON !!!!!!!!

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale