toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Obama contre Netanyahu, troisième round


Obama contre Netanyahu, troisième round

 

Netanyahu (à gauche) et Obama dans des temps plus joyeux , juillet 2010.

 

Barack Obama a prononcé deux discours politiques majeurs sur le Moyen-Orient, à un très court intervalle, les 19 et 22 mai ; et alors qu'il a examiné un certain nombre de sujets concernant le Moyen-Orient, c'est la partie sur le conflit israélo-arabe qui a reçu la plus grosse part d'attention, « la part du lion ».

Les analystes et les politiciens qui se soucient du seul pays démocratique du Moyen-Orient (oui, j'utilise cette formulation maintenant que la Turquie est sous contrôle du parti AKP) ont condamné Obama et voient qu'Israël est en grand danger. Par exemple, l'ancien président de la Chambre Newt Gingricha qualifié le discours de « désastre » et a déclaré qu'Obama, en fait, demandait à Israël « de se suicider. »

Je vois les choses de façon plus positive pour Israël. Mon raisonnement est le suivant :

C'est la troisième recherche de bagarre, gratuite, sans provocation et unilatérale d'Obama avec Israël. Les deux précédentes avaient eu lieu en mai 2009et mars 2010: dans l'une, la Secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton avait interdit toute construction israélienne, même à Jérusalem-Est et dans l'autre, le vice-président Joe Biden s'était montré (ou avait feint ?) indigné que de telles constructions aient eu lieu.

Dans les trois cas, la lutte a porté sur une question secondaire qui avait retenu l'attention de peu de gens – la construction israélienne dans les deux premiers cas et les lignes du cessez-le-feu du 4 juin 1967 comme base pour un accord sur des frontières définitives- jusqu'à ce que Obama ait fait de ces questions la une des journaux.

La recherche de bagarre d'Obama a mené dans tous les cas à un durcissement immédiat des positions à la fois de la part des Israéliens et des Palestiniens. Les Israéliens ont reculé, blessés, peu enclins à faire des concessions, tandis que les Palestiniens ont ajouté les demandes d'Obama, Jérusalemet les frontières de 1967, à leur liste précédente de demandes d'Israël.

Quand Obama a réalisé son erreur – à savoir que les gouvernements israéliens font des concessions plus facilement lorsque les relations avec Washington sont fortes et que les Palestiniens ont besoin d'être sous pression, pas traités avec indulgence- il est revenu en rampant vers le Premier ministre israélien, faisant mine d'être ami comme si rien ne s'était passé. Cela s'est produit deux fois déjà, en septembre 2009et juillet 2010. Dana Milbank du Washington Post a utilisé un langage choisi pour décrire le dernier épisode, décrivant un Obama « mis en déroute et humilié » dans une Maison-Blanche où flotte « le drapeau blanc de la capitulation. »

Je prédis qu'un Obama « mis en déroute et humilié » va regretter son combat mal choisi sur les frontières de 1967 et, s'il suit son emploi du temps d'avant, devrait revenir en rampant vers le Premier ministre dans environ quatre mois, c'est-à-dire septembre 2011.

En conclusion : Comme quelqu'un opposé à des négociations israélo-arabes tandis que la guerre est en cours et à la présidence d'Obama, je trouve un réconfort dans son hachis de diplomatie et de politique. De cette façon, Israël est moins susceptible de faire davantage de "concessions douloureuses" contre-productives et, avec un tas d'anciens partisans d'Obamaqui vont l'abandonner, Obama a nui à ses chances de réélection. (24 mai 2011)

Mise à jour du 25 mai 2011: dans ce qu'Alexander Bolton de The Hill appelle un «rare reproche fait au président», une foule de Démocrates du Sénatrejettent le gambit* [*ouverture du jeu d'échec] d'Obama des frontières de 1967. Voici une déclaration typique, émanant du chef de la majorité du Sénat Harry Reid (Démocrate du Nevada) : « L'endroit où la négociation doit se passer doit être la table des négociations – et nulle part ailleurs. Ces négociations ne se produiront pas – et leurs conditions ne seront pas mises – disséminées dans des discours. , ou dans les rues, ou dans les médias. Personne ne devrait définir des paramètres prématurés à propos des frontières. »

Mise à jour bis du 25 mai 2011: j'ai interrogé mon collègue Steven J. Rosen : pourquoi Barack Obama à plusieurs reprises faisait-il des allers-retours entre deux politiques – en découdre avec Israël, se rattraper ensuite ? Voici sa réponse :

Obama balance entre deux conceptions avancées par deux séries de conseillers. Tom Donilon et Dennis Ross lui disent d'instaurer la confiance avec Israël et de travailler avec son premier ministre.

Hillary Clinton et George Mitchell plaident pour une certaine distanciation publique pour faire pression sur Israël, flatter les Arabes, et garder les Européens de leur côté. Obama coupe la poire en deux.

Source : Daniel Pipes, Version originale anglaise: Obama vs Netanyahu, Round Three, Adaptation française : Anne-Marie Delcambre de Champvert 

 





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap