toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Les faux amis d’Israël, par Victor Perez


Les faux amis d’Israël, par Victor Perez

A la sortie de l’Elysée, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a indiqué que le Président français Nicolas Sarkozy avait rappelé, lors de leur entretien, son engagement pour la sécurité d’Israël mais également soutenu que ‘’ceux qui souhaitaient la paix devaient arrêter de vouloir détruire Israël mais aussi le reconnaître comme état du peuple juif’’.
 
Reconnaître Israël comme état-nation du peuple juif revient, en somme, à admettre la résolution 181 de l’Assemblée générale de l’Onu. A savoir, le partage du reste de la Palestine mandataire, à l’ouest du Jourdain, en deux états pour deux peuples.
 
Si cette reconnaissance ne pose aucun problème à la majorité des états, il n’en est pas de même pour l’OCI et les cinquante-sept pays membres musulmans qui la composent. Un refus qui dure depuis 1948 et que l’on ne voit nullement se terminer. L’astuce, que certaines puissances refusent de voir à ce jour, étant d’exiger -suite à la création de la ‘’Palestine’’ dans les « frontières de 1967 et ayant pour capitale Jérusalem » -un droit de retour pour les « réfugiés de 1948 et 1967 chez eux». Autrement dit, sur le territoire israélien.
 
Saëb Arékat, principal négociateur ‘’palestinien’’ les a estimé récemment à quelques sept millions. Chacun esquissera en conséquence ce que deviendra le droit du peuple juif à s’autodéterminer librement sur la terre ancestrale !
 
On le voit bien, le nœud du conflit n’est donc pas la «colonisation» mais l’existence d’un état juif sur quelques vingt-milles km². Un grain  de sable à l’échelle planétaire. Et cependant, aucune grande nation ne s’affiche solidairement et solennellement aux côtés de ce droit élémentaire. Bien qu’assuré par Benjamin Netanyahou, la reconnaissance d’Israël comme état du peuple juif par Nicolas Sarkozy n’est, à ce jour, nullement authentifiée par les services élyséens ni reprise par le Quai d’Orsay.

 Il n’y a pas lieu ici de douter de la parole du Premier ministre israélien, mais de comprendre que cette exigence israélienne gêne les ‘’amis’’ d’Israël. Une gêne économique, sécuritaire et politique qui ne saurait être acceptée au nom de cette ‘’amitié’’.
 
Il en est de même pour le Premier ministre anglais David Cameron, comme tous ses prédécesseurs, qui assure être garant de la sécurité d’Israël mais se refuse à exiger des ‘’Palestiniens’’ cette reconnaissance.
 
Si Barak Hussein Obama a, à plusieurs reprises, parlé de « l’état juif »  il n’a pas attesté que cette identification est le nœud du conflit. Il n’en reste pas moins qu’il s’oppose à toute reconnaissance unilatérale d’un état de ‘’Palestine’’. Rejoint, en cela, par Angela Merkel, la Chancelière Allemande.
 
En septembre, l’Assemblée générale se réunira pour voter une énième résolution sans force de loi reconnaissant la ‘’Palestine’’. Le seul intérêt de celle-ci sera alors de noter quels ‘’amis’’ de l’état juif s’y sont joins et surtout sa teneur sur les frontières et Jérusalem.
 
Gageons qu’ils seront très peu à s’abstenir voire à s’y opposer.
 
Il sera alors temps de voir quelle posture sera la leur lorsque les ‘’Palestiniens’’ exigeront de la planète, par exemple, que ‘’leur territoire’’ devienne judenrein tel qu’Hitler l’avait espéré.

Victor Perez

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap