toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

… Vers le pays où coulent le pétrole et le gaz ! Par Pierre Benzaquen


… Vers le pays où coulent le pétrole et le gaz ! Par Pierre Benzaquen

Depuis plus de trois mille ans, nous nous posons la question de savoir ce que Dieu voulait dire à son peuple (élu) quand Il lui promettait une manne si douce faite de lait et de miel ! Il n’est pas besoin de paraphraser le verset 3 du chapitre 33 du livre de l’Exode pour se réconforter à l’idée d’y trouver un sens au-delà du sens… Alors certes, si le lait et le miel peuvent aussi bien nourrir le corps que l’esprit de ceux qui ont choisi cette élection responsable, il n’en demeure pas moins vrai que ces marcheurs du désert se sont longtemps demandé pourquoi la nuée leur avait montré le chemin du Nord plutôt que celui du Sud. La Péninsule voisine était pourtant à portée de pas, et aucune panneau n’affichait clairement le « pays que Je t’indiquerai »…

Alors Israël s’est fait une raison, il a troqué un « brut » putatif pour une terre aride à faire fleurir dans la douleur et à la sueur de son front. Destin ? Allez savoir ! Mais la destinée est parfois capable de pieds de nez magistraux. Après avoir honoré leur part du pacte de l’Alliance, les enfants d’Israël ont dû gérer la guerre et l’exode, la vindicte et la rédemption. Et, aujourd’hui, 62 ans après l’ultime retour à sa terre, Israël est face à un nouveau défi. Ils ont alors creusé et, eux aussi, ils ont trouvé. La manne, pétrolière et gazière, était là depuis toujours. Elle attendait que le lait et le miel aient été cherchés, trouvés, goûtés et honorés. Elle attendait que le pays résistât à des voisins hostiles cinquante fois plus nombreux et six cent cinquante fois plus grands. Elle attendait que la démocratie et ses valeurs bibliques prévalent. Elle attendaitla contribution juive à la science, dans les arts, les universités, la littérature, la philanthropie, le commerce, la finance, l’industrie et la politique. Et puis elle attendait peut-être que ses voisins s’essoufflent, avec leurs réserves en berne, à ne pas savoir convertir leur pétrodollars en inventions tant éthiques qu’économiques.

Mais avant d’imaginer pouvoir faire partie des géants énergétiques, Israël a fait germer ses idées. Le pays s’est ainsi lancé dans le développement des sciences en général, avec un nombre considérable de brevets scientifiques et médicaux, et des  bioénergies en particulier. Il est aujourd’hui l’un des pionniers de la voiture électrique à travers le projet Better Place, avec tout un réseau de stations pour recharger ou échanger les batteries de ces véhicules.

Et puis la Providence, appelons-là comme ça, a détecté de fabuleux gisements de gaz et maintenant de pétrole, à partir de la 3ème plus grande réserve de schiste bitumineux du monde, après les Etats-Unis et la Chine ! Mais encore fallait-il trouver un remède à ce type d’extraction sale, anti-écologique et très couteuse, compte tenu des étapes particulièrement abrasives tant pour la nature que pour l’économie. Le Dr Youval Bartov, géologue en chef de l’Israël Energy Initiatives, précise que, puisque les sables bitumineux (mélange de sable, d’argile, d’un pétrole brut semi-solide et d’eau) sont dans le sol, mais à une faible profondeur, il faut[1]d’abord raser tout ce qui se trouve à la surface, forêts, végétation, agriculture, etc. Puis creuser, extraire, transporter, traiter par « lavages » successifs les minéraux, isoler le bitume d’où sera extrait le pétrole. On le voit, le processus est long, coûteux, sale et peu respectueux de l’environnement. Mais le Pr Bartov affirme que des chercheurs israéliens ont mis parallèlement au point une nouvelle technologie pour traiter ces sables, et dégager le pétrole du schiste, tout en améliorant la qualité des hydrocarbures produits. Et « cerise sur le gâteau », ces opérations seraient faites sous terre, comme dans une mine classique, sans avoir à détruire l’équilibre écologique en surface. Cette technique qui utilise l’eau présente dans le bitumineux pour laver la roche, permettra en même temps au final de produire de l’eau au lieu d’en consommer.

Quand ces inventions verront le jour, probablement dans les deux ou trois ans à venir, le Conseil Mondial à l’Energie précise qu’Israël pourraient alors extraire l’équivalent de 4 milliards de barils de pétrole, c'est-à-dire l’équivalent de cinq années de la production libyenne. Mais ces chiffres, pourtant exceptionnellement importants, sont actuellement l’objet d’une réévaluation qui démontre que les réserve israéliennes seraient en réalité équivalentes à 250 milliards de barils… Sachant que les réserves prouvées de l’Arabie Saoudite sont de 260 milliards de barils !

Il faut ajouter à cette valse de milliards, les gisements de gaz sous-marins au large des côtes israéliennes qui recèleraient, selon l’US Geological Administration, pas moins de trois mille milliards de mètres cubes, dont la plupart dans les eaux territoriales d’Israël. Phénoménal ! Soit plus de 20 ans de consommation domestique, sans compter le champ dénommé Léviathan qui serait totalement consacré à l’exportation.

Ces chiffres impressionnants représentent donc un fait nouveau et une révolution considérable dans le paysage géopolitique de cette région. Il faudra donc s’attendre à un ballet diplomatique notable, une spéculation des marchés et une redistribution des enjeux économiques et politiques. En ces temps d’instabilité qui portent ici ou là le nom de printemps de jasmin, de révolution Tahrir, ou autres convulsions orientales, les grandes manœuvres autour des enjeux essentiels du monde sont en train de se redéfinir.

Quand on sait qu’un des sens en hébreu de la manneest « le questionnement », peut-être aurons-nous la sagesse de ne pas donner de « réponses » immédiates à toutes ces questions qui bousculent nos idées reçues, nos préjugés et nos certitudes. Le monde change plus vite que nos comportements, et les ressources arbitrent. Israël, ce minuscule pays, va devoir faire face à sa « mission » parmi les nations : « … Vous serez pour moi (…) un peuple saint ».

Alors, Ainsi soit-il !

 

[1] Selon une étude menée par Nathan Zerbib dans Israël Magazine de mai 2011.

Pierre Benzaquen Raison Garder

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap