toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La laïcité est-elle compatible avec Israël ?


La laïcité est-elle compatible avec Israël ?

Après plusieurs semaines de polémiques, l'UMP et notamment son président Jean-François Copé, se sont félicités de l'organisation du débat sur la laïcité qui, ayant été minutieusement préparé à l'avance, n'a pas eu la moindre occasion de déraper. Interrogés par Guysen, l'écrivain Beno Gross et l'historien Simon Epstein ont expliqué les dangers d'un tel débat et pourquoi il ne pourrait jamais avoir lieu en Israël.

Après avoir divisé l'UMP, provoqué les foudres de la gauche et des responsables religieux de France, et finalement mobilisé les Français, le débat sur la laïcité a été organisé ce mardi 5 avril de manière très rigoureuse afin d'éviter toute dérapage. Face à cette polémique, l'écrivain Béno Gross et l'historien Simon Epstein ont répondu aux questions de Guysen et s'interrogent pour savoir si un tel débat pourrait avoir lieu en Israël.
 
Guysen : Que peut-on penser de ce débat sur la laïcité ?
 
Beno Gross : Mise à part le risque de stigmatisation des Musulmans et la manipulation électorale visant à récupérer les voix de l'extrême droite, le problème de fond est que l'Islam en France présente un vrai problème. C'est une religion qui a tendance à faire glisser le problème religieux de la sphère privée à la sphère publique. L'Islam veut se manifester de manière radicale, c'est une pensée différente de celle de la vie publique et de la démocratie. L'Islam ne peut pas envisager une laïcité comme elle est envisagée dans la République française. D'ailleurs, le Judaïsme non plus ne peut pas être d'accord avec cette laïcité. En France, le Judaïsme est une religion qui relève de la sphère privée. Les Juifs ont renoncé à former une communauté qui aurait un aspect national. En France, les Juifs ont finalement accepté que la religion reste de nature privée. Et c'est justement la laïcité qui a permis l'émancipation des Juifs dans la société occidentale. Au contraire, l'Islam en France est une religion prosélyte qui essaie de transformer la République.
 
Simon Epstein : Je suis perplexe devant certains aspects de ce débat. Toutefois, c'est un débat important pour les Français. La laïcité est perçue comme une valeur fondamentale de la démocratie et de l'identité française. Le débat sur la laïcité n'aurait certainement pas pu avoir lieu dans un autre pays.
 
Quelle place doit avoir la religion en France et en Israël ?
 
Beno Gross : En Occident, le mot religion signifie une confession, c'est-à-dire quelque chose qui relève de la vie privée. En France, on refuse donc l'aspect social. C'est justement sur ce point que le Judaïsme est proche de l'Islam. Pour ces deux cultes, la religion est une civilisation, une question de vivre qui touche l'aspect social et privé. En Israël et dans les pays arabes, la question de la religion est essentielle. Ce n'est pas seulement une question politique. L'attitude de fond qui différencie l'Islam et le Judaïsme, c'est le problème de la terre. Donc, la notion de la laïcité rassemble l'Islam et le Judaïsme. En France, la laïcité est devenue une religion laïque. En France, la laïcité, c'est le vivre ensemble, c'est permettre à des gens de différentes religions de vivre ensemble. Mais l'Islam et le Judaïsme ne peuvent pas transformer la laïcité en une doctrine.
 
Simon Epstein : La France a trouvé avec les Juifs, les Protestants et les Catholiques une façon d'harmoniser les religions les unes avec les autres, mais une façon d'harmoniser les religions avec l'Etat. Ce processus s'est opéré difficilement au début du XXème siècle, puis les conflits se sont apaisés. En Israël, il n'y a pas de séparation entre la religion et l'Etat. Dès la création de l'Etat d'Israël, tout ce qui concerne le droit matrimonial a été légué aux autorités religieuses. Aussi, la religion est très généreusement financée par l'Etat. Il ne faut pas non plus oublier l'existence de partis politiques religieux qui défendent les conceptions idéologiques religieux en Israël.
 
En se qualifiant d'Etat juif, Israël se définit-il finalement comme un Etat religieux ?
 
Beno Gross : Pas forcément. Ici, la religion a une densité qui dépasse la notion de confession. Le simple fait qu'Israël se trouve dans un pays qui appartient au Judaïsme, grâce à la Bible, démontre qu'être Juif, c'est une notion qui dépasse la notion de religion. C'est un degré d'existence. Israël ne peut pas être laïc. Ici, la laïcité signifie qu'il n'y a pas d'obligations religieuses de la part de la société.
 
Simon Epstein : Non, Israël n'est pas un Etat religieux. Toutefois, la religion occupe déjà une grande place au sein de la société, une place beaucoup trop grande même. Israël est la seule démocratie occidentale où il y a des partis politiques religieux qui ont de nombreuses prérogatives. On ne peut pas les comparer aux partis sociaux-démocrates européens. De ce fait, en Israël, de nombreuses lois sont d'inspirations religieuses. C'est de cette façon que l'on peut mesurer le poids de la religion dans cette démocratie. Sur ce point là, la France est l'extrême d'Israël. La religion est fondée sur une conception du monde établie il y a des milliers d'années. Donc elle ne convient pas au monde d'aujourd'hui. Il suffit de regarder la condition des femmes. Il y a donc un décalage entre la réalité d'aujourd'hui et les textes religieux. Aussi, au sein de la religion, il y a de nombreuses hiérarchies qui ont des intérêts précis et l'on retrouve cela avec les allocations injustifiées aux rabbinats, aux Yeshivot. On est allé trop loin en Israël. Le Judaïsme ne peut pas façonner la société d'aujourd'hui, il ne donne aucune réponse aux problèmes actuels. Le Judaïsme est une religion qui a joué un grand rôle dans l'histoire dub peuple juif mais il n'est pas adapté aux exigences d'une société moderne et démocratique.
 




Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap