toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« De nouveaux dangers pour Israël »


« De nouveaux dangers pour Israël »

Ancien collaborateur du général Moshe Dayan et député travailliste, Michel Bar-Zohar est historien. Biographe de Ben Gourion et de Shimon Peres, il enseigne à l’université d’Atlanta, aux États-Unis. Extraits.

Quel est le degré d’inquiétude en Israël face aux mouvements de révolte dans les pays arabes voisins ?

Il est indéniable. Nous avons compris que les résultats ne seront pas du tout ce à quoi s’attendent les Occidentaux. Il suffit de regarder ce qui se passe aujourd’hui en Égypte, trois mois après la liesse de la place Tahrir, pour comprendre que la révolution est en train de manger ses enfants. Le ministre de l’Énergie a été arrêté pour avoir vendu du gaz à Israël. Les appels contre notre pays et contre les États-Unis sont de plus en plus nombreux et violents. Ce qui me fait dire que les islamistes sont déjà en train de donner le ton.

En quoi la chute de Moubarak est-elle particulièrement dommageable pour Israël ?

Le Raïs était un ami d’Israël. Un ami pragmatique, certes, mais quelqu’un sur lequel on pouvait compter. Pour la première fois depuis trente ans, Israël va devoir se montrer beaucoup plus vigilant avec ce « nouveau » voisin. La frontière du Sud ne sera plus aussi tranquille. C’est donc encore une frontière qui va poser problème. Nous voyons une nouvelle situation contre laquelle Israël va devoir faire face. De nouveaux dangers que le pays avait sans doute un peu oubliés ces dernières années, grâce à cet accord de paix avec l’Égypte. Une porte a été ouverte et il va être difficile de la fermer.

Que vous inspire l’enthousiasme occidental face à ces révolutions arabes ?

L’Occident n’est pas idiot mais il n’a toujours rien compris au monde arabe. Il a sa propre lecture de l’Histoire dans cette partie du monde. Il y a beaucoup de bonne volonté. Mais tout cela ne répond pas aux réalités du Moyen-Orient. Le monde occidental a été émerveillé par ces jeunes de la place Tahrir en Égypte, mais il faut comprendre que ces jeunes ne sont plus là. Ce sont les islamistes qui ont repris la main. Je reste confondu devant la naïveté et l’idéalisme dont fait preuve le président américain Barack Obama. J’en arrive à le trouver très touchant. Mais depuis que tout a commencé, les Américains en sont encore à se demander quoi faire. Prenez le cas de la Syrie. Jusqu’à vendredi matin, Obama n’avait pas dit un mot. En réalité, cela fait trois semaines que l’administration américaine dit tout et son contraire.

(Retrouvez l'intégralité de cet entretien dansLe Journal du Dimanche)

Source :  Le Journal du Dimanche





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap