toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’explosion d’une bombe en plein centre de Jérusalem résultait du travail de professionnels du terrorisme


L’explosion d’une bombe en plein centre de Jérusalem résultait du travail de  professionnels du terrorisme

La bombe qui a explosé mercredi 23 mars après-midi près de l’arrêt de bus du n°74, en face de Binyanei Har Homa à l’entrée principale du nord de Jérusalem a été déclenchée par un dispositif de contrôle. Elle a tué une touriste et blessé entre 30 et 40 passants et passagers, plusieurs gravement, sans compter au moins 20 victimes en état de choc qui ont ensuite bénéficié de soins médicaux.

 

Les sources anti-terroristes de Debkafile rapportent que l’attentat a été exécuté de manière professionnelle par une équipe de trois à cinq individus disposant d’un soutien local de la part de Palestiniens de Jérusalem-Est. Alors que les autorités ont cherché à rassurer la ville en expliquant qu’il s’agissait d’un acte isolé, les experts du renseignement et du terrorisme sont certains que c’est une organisation terroriste qui a entraîné activement les poseurs de bombe et qu’ils pourraient récidiver.

 

L’engin d’1  à 2 kg dispose dans une valise a été déclenché à l’un des carrefours les plus populeux de Jérusalem, où les taxis attendent pour convoyer les arrivées en dehors de la ville et où deux bus prennent en charge les passagers. Le site de l’attaque a dû être repéré préalablement, avec le déclencheur de la bombe attendant dans un véhicule près à démarrer à proximité, afin de déclencher le dispositif explosif au moment où l’un des bus prenait son départ et se mettre en route vers la Jérusalem arabe ou la Bande occidentale avant l’arrivée de la police. Cette méthode est typique de la période de guerre par la terreur palestinienne des années 2003-2006. La police a dressé des barrages sur l’autoroute de Tel Aviv avant de réaliser trop tard que les artificiers avaient pris la direction de l’Est.

 

Le matin même, deux missiles Grad fournis par l’Iran ont été tirés depuis Gaza et ont frappé Beersheva, une ville de 200 000 habitants, blessant cinq personnes et endommageant une maison, suivis par sept obus de mortier explosant dans la région des fermes d’Eshkol, plus près de la frontière, une zone (de 200 000 résidents) encore secouée par les 50 obus de mortier lancés en un seul tir de barrage samedi dernier. On a découvert que certains étaient porteurs de phosphore de façon  à accentuer les risques de brûlures par effet inflammatoire.

 

Durant la nuit, deux missiles Grad ont pris pour cible les ports importants des villes d’Ashkelon (170 000 habitants) et d’Ashdod (200 000 habitants).

 

Dans la nuit de mercredi, après avoir subi les tirs de 20 missiles perfectionnés et obus de mortier durant la journée, les trois-quarts des un million d’habitants se sont vus conseillés de rester près des abris à l’épreuve des bombes et des pièces sécurisées.

 

 

Des incidents terroristes sont advenus également Durant les dernières semaines dans d’autres endroits. Plus tôt ce mois-ci, deux Palestiniens ont assassiné cinq membres d’une famille israélienne durant leur sommeil à Itamar dans la Bande Occidentale. Ces assassins n’ont pas encore été capturés. Un engin explosif a été neutralisé à temps, camouflé dans un sac poubelle, dans une grande rue très fréquentée de Jérusalem.

 

Beersheva et Ashdod ont fait fermer toutes les écoles jusqu’à la fin de la semaine. Leurs dirigeants exigent une action pour mettre un terme aux agressions constantes contre leur population, soutenus par plusieurs cabinets ministériels qui poussent dans le sens d’une campagne d’envergure contre le Hamas.

 

Des cercles de plus en plus étendus de mécontentement sont dirigés contre l’attitude tempérée de sang-froid apparent du Ministre de la Défense, Ehud Barak ( : « le Hamas ne souhaite pas plus une véritable escalade que nous ne le souhaitons nous-mêmes ») et son influence sur le Premier Ministre Benyamin Netanyahou, qui a repoussé la date de son séjour à Moscou de quelques heures pour consultations au sujet de l’attentat à la bombe de Jérusalem.

Learn Hebrew online

 

L’attentat a rappelé aux Yérosolomitains les années de terreur palestinienne meurtrière qui a emporté des centaines de civils, dans les bus, les cafés, les rues, les écoles, les marches, les grands magasins et lors d’évènements festifs, dans tous les recoins de la ville. Les deux dernières années ont été relativement calmes et comme délivrées de ce genre d’attentats. Le dernier outrage majeur palestinien dans Jérusalem a été le massacre au séminaire de la Yeshiva du Mercaz Harav, le 6 mars 2008. Plus tard, les Palestiniens ont tenté d’utiliser des tractopelles servant à la réfection des voies de circulation.

 

DEBKAfile Reportage spécial 23 mars 2011, 9:58 PM (GMT+02:00)

 

 Adapté par Marc Brzustowski Aschkel.info

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info

http://www.debka.com/article/20793/







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “L’explosion d’une bombe en plein centre de Jérusalem résultait du travail de professionnels du terrorisme

    1. J.Danon

      Au lieu de faire de la déco verbale pour rassurer,le gouvernement ferait mieux de prendre pretexte de ce terrorisme à Jerusalem pour coller des responsabilités même factices aux arabes ayant des biens immobiliers et les leur saisir pour collaboration avec des terroristes et construire des immeubles pour les Juifs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *