toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La guerre par procuration de l’Occident contre les Juifs, par Caroline Glick


La guerre par procuration de l’Occident contre les Juifs, par Caroline Glick

En concentrant l’attention sur Israël, des admirateurs européens et américains ignorent la guerre islamique contre Israël et le jihad mondial.

Ce fut un moment étonnant de clarté morale. Alors que les réfugiés du Sud Vietnam se hissaient sur des bateaux de fortune en mer de Chine pour échapper aux communistes victorieux, la Gauche américaine, qui avait orchestré la défaite des USA par une longue campagne de propagande et de fallacieux appels à la paix, restait silencieuse.

Alors que Pol Pot, le dictateur « progressiste » torturait et assassinait un tiers de son peuple au Cambodge, les activistes de Gauche de la « paix » aux USA et en Europe, qui n’avaient jamais considéré une opération militaire des USA comme justifiée, détournaient les yeux.

Le silence des semblables de Susan Sontag, de Jane Fonda, de Noam Chomsky et de leurs compagnons de route vinrent à l’esprit la semaine dernière quand les media occidentaux et les élites intellectuelles détournèrent les yeux quand le sheikh Youssouf Qaradawi, le guide spirituel longtemps exilé des « Frères Musulmans », parla devant une foule de millions de personnes sur le square Tahrir du Caire.

Qaradawi, qui a vécu en exil au Qatar pendant le règne de Moubarak, est devenu un jihadiste international superstar grâce au potentat non élu du Qatar Hamad bin Khalifa Al-Thani qui lui offrit son spectacle d’endoctrinement au jihad sur Al Jazeera. A partir de sa tribune improvisée et télévisée partout, Qaradawi prêche régulièrement le jihad international et le génocide de la communauté juive à des millions d’admirateurs dans le monde entier.

Deux choses importantes sont survenues pendant l’apparition de Qaradawi au Caire. D’abord, ses gardes-chiourme refusèrent d’autoriser Wael Ghonim, le révolutionnaire d’Internet égyptien sur Google à se joindre au clerc sur l’estrade. Pour tous ceux qui ont bien voulu le noter, le message de Qaradawi en éconduisant Ghonim était indiscutable. En ce qui concerne les jihadistes, Ghonim et ses compagnons activistes d’Internet sont les équivalents de nos jours des idiots utiles de Lénine.

Ils ont accompli leur besogne en convaincant les libéraux occidentaux crédules que le renversement de Moubarak n’était que douceur et lumière.

Et désormais on n’a plus besoin d’eux.
 
Le second message était l’appel de Qaradawi à la destruction d’Israël. Avec des millions de fanatiques adorateurs hurlant « Amen » et « Allahu Akhbar », Qaradawi appela à la conquête musulmane de Jerusalem – c'est-à-dire à la destruction d’Israël. Comme première étape, il exigea que l’armée égyptienne ouvre la frontière égyptienne avec Gaza.

Dans la tradition lamentable des enseignants de l’époque du Vietnam, la Gauche internationale d’aujourd’hui n’a rien à déclarer sur le discours génocidaire de Qaradawi. Dans la critique du ‘New York Times’ sur le retour triomphal de Qaradawi en Egypte par exemple, le clerc incitant au meurtre était qualifié de champion de la démocratie et du pluralisme.

Des auteurs gauchistes comme Peter Beinart ont passé la meilleure partie du mois écoulé à blanchir et à minimiser la signification des ‘Frères Musulmans’.

Ces mêmes ‘Frères Musulmans’ qui furent fondés en 1928 et obtinrent leur premier encouragement de la part des nazis – qui financèrent leurs pogromes antisémites au Caire et à Alexandrie en 1939 – ne sont pas considérés comme sujet de préoccupation. James Clapper, directeur national du Renseignement du président des USA Barack Obama, a assuré le Congrès que les ‘Frères Musulmans’ sont surtout laïcs. Ce sont ces mêmes ‘Frères Musulmans’ dont le slogan est : « Allah est notre objectif ; le prophète est notre chef ; le coran est notre loi ; le jihad est notre voie ; mourir dans la voie d’Allah est notre but ».

 
La même Gauche – qui se fait le champion de Qaradawi comme un libéral – est absolument catégorique pour dire que les révolutions qui font actuellement rage à travers le monde musulman ne sont qu’une simple attraction par rapport au principal drame de la région. Les révolutions en Tunisie, Egypte, Libye, Bahrein, Yémen, Jordanie, Oman, Maroc et en Arabie saoudite ne sont rien. Et les manifestations anti-régimes en Iran n’ont aucune signification stratégique quoiqu’il arrive en occident, mortellement menacé par la mollahcratie.

Qui se soucie que les Arabes soient dirigés par des tyrans, des démocrates, des jihadistes ou des fascistes ? La seule chose qui importe est que la « Palestine soit libérée de l’occupation » sioniste.

 
Qui peut être excité par l’avenir de l’économie mondiale dépendante du pétrole, quand des Juifs résident encore dans des communautés juives en Judée et en Samarie et des quartiers juifs de Jérusalem ? L’indifférence essentielle de la Gauche à la détresse de centaines de millions d’Arabes et sa signification pour l’Occident a été révélée dans une analyse des informations par Brendan O’Neill dans le journal ‘The Australian’ du 16 février.

O’Neill a noté que bien que les manifestants du Caire étaient plutôt silencieux sur la question des Palestiniens, les manifestations anti-Moubarak à travers l’Occident étaient caractérisées essentiellement par des slogans anti-Israël et des cris de « Libérez, libérez la Palestine ! ». O’Neill concluait que ces messages contrastés « révèlent quelque chose d’important sur la question de la Palestine… Elle est devenue moins importante pour les Arabes, mais de la plus haute importance symbolique pour les radicaux occidentaux, exactement au même moment ».

Vraiment, c’est important pour la Gauche occidentale et les jihadistes : c’est pourquoi les Palestiniens seuls sont devenus une question saillante en Egypte après que les ‘Frères Musulmans’ aient commencé de prendre le contrôle du mouvement d’opposition avec le sermon de Qaradawi du 18 février.

Dans une étude révolutionnaire sur la guerre de propagande contre Israël intitulée « Le Grand Mensonge et la Guerre des Media contre Israël : de l’Inversion de la Vérité à l’Inversion de la Réalité », publiée dans ‘Jewish Political Studies Review’ en mars 2007, Joel Fishman a montré que la guerre de propagande des ‘Frères Musulmans’ contre Israël, comme la guerre de propagande de la Gauche contre Israël, reposait lourdement sur la propagande nazie contre les Juifs. Le partenariat précoce entre les ‘Frères Musulmans’ et les nazis, rassemblés par le chef arabe et agent nazi Hadj Amin el Husseini, importa l’antisémitisme européen dans le monde arabe. Au début des années 1950, des criminels de guerre nazis ont émigré en Egypte. Là, ils recréèrent la plus grande part de la propagande antisémite de Josef Goebbels pour Gamal Abdel Nasser.

Fishman a aussi documenté comment, à la suite de la Seconde Guerre Mondiale, et en particulier après la victoire d’Israël pendant la Guerre des Six Jours, les Soviétiques ont adapté la propagande antijuive nazie pour diaboliser Israël en tant que nouveau Juif collectif, et ensuite pour diaboliser le Juif collectif en tant que nouvelle Allemagne nazie.

Deux sources ont nourri la machine de propagande antijuive / antisioniste : les anciens propagandistes nazis en Egypte ; et les anciens propagandistes nazis employés par le régime communiste d’Allemagne de l’Est. Selon Fishman, les messages développés par ces propagandistes ex-nazis étaient le fondement de la campagne soviétique pour délégitimer Israël, qui commença vraiment après 1967. L’appel aux armes fut publié d’abord dans un éditorial de la ‘Pravda’ en octobre 1967. Là, le sionisme, le mouvement de libération national juif fut vilipendé comme dédié au ‘génocide, au racisme, à la traîtrise, à l’agression et à l’annexion… toutes caractéristiques attribuées aux fascistes ».

Avec à la fois les soviétiques et les Arabes vomissant le même message inversé, il n’a pas fallu longtemps pour qu’il fasse rage en Europe. En Europe, la propagande inspirée des nazis dans laquelle la réalité était inversée, et Israël – la vraie victime de l’agression génocidaire et impérialiste arabe – est devenu l’agresseur génocidaire, impérialiste – a vu son adoption facilitée par l’adhésion de la France au camp arabe après son retrait d’Algérie et son départ effectif de l’OTAN.

En 1975, avec l’adoption par l’Assemblée Générale de l’ONU de la résolution 3379 à parrainage soviéto-arabe, définissant le Sionisme comme un racisme, la majorité des gouvernements européens se sont alignés sur la guerre de propagande soviéto-arabe.

A leur tour, ils ont consacré la génération suivante à porter leur message à l’Amérique.
Aujourd’hui, ce message est devenu la somme totale de la politique de l’Europe au Moyen-Orient. Depuis leur financement mondial massif d’ONG anti-Israël, jusqu’à leur financement de films antisionistes, de pièces, d’expositions d’art et de cursus éducatifs à travers le monde, et leur financement de l’Autorité Palestinienne, les Européens ont placé leur argent là où sont leurs bouches et leurs cerveaux bien lavés.

Depuis le plan de la Norvège de déplacer l’ambassade d’Israël en dehors d’Oslo parce que les mesures de sécurité ennuient ses voisins ; en passant par le refus des autorités européennes de fournir une protection policière à leurs communautés juives menacées ; jusqu’aux initiatives comme la tentative actuelle du Parlement hollandais d’interdire l’abattage rituel pour la consommation de viande cachère, tout cela montre clairement que la haine d’Israël court sans discontinuer vers une agression invétérée contre les Juifs.

 
De même, comme la récente attaque du journal ‘Guardian’ contre l’AP du fait de la volonté de ses dirigeants de passer des compromis mineurs avec Israël dans le cadre du traité de paix le démontre, les forces majoritaires en Grande Bretagne et en Europe prennent désormais ouvertement le parti du Hamas et des ‘Frères Musulmans dans leur guerre d’annihilation contre l’Etat juif.

C’est cette campagne obsessionnelle contre Israël qui explique l’insistance du prétendu Quartette du Moyen-Orient pour placer comme objet le plus urgent sur l’agenda international de contraindre Israël à céder du territoire et des droits à l’AP.

Alors que l’UE ne peut pas trouver de politique cohérente concernant la Libye au moment où Mouammar Khaddafi massacre ses propres citoyens et met le feu à ces champs de pétrole, les dirigeants de l’Europe sont unis dans leur ferme conviction que le soi-disant « processus de paix » doit être revigoré.

De même, le gouvernement Obama demeure incapable de lever le petit doigt pour empêcher un vassal iranien de s’emparer de Bahreïn, ou bien un consortium de terroristes d’al Qaïda de contrôler le Yémen. Obama refuse de prendre la moindre mesure pour aider le Peuple libyen à renverser Khaddafi. De même pour l’Iran, Obama maintient son refus constant de prendre des mesures pour aider le Peuple iranien à renverser leur régime soutenant le terrorisme et favorisant la prolifération nucléaire. Mais dans le même temps, le président et ses conseillers se sont totalement engagés à contraindre Israël à empêcher les Juifs de construire des maisons en Judée, en Samarie et à Jerusalem, et à s’assurer que chacun sache que les Juifs n’ont pas de droit légitime sur notre capitale et notre patrie historique.

 
De même pour la Gauche elle-même, comme Rosh Radosh l’a rapporté sur ‘Pajamas’ cette semaine, l’assistance de la réunion annuelle de l’organisation post-sioniste ‘J Street’ a pu à peine rallier quelques applaudissements polis en faveur du député de Kadima à la Knesset très légèrement sioniste qui intervenait à la conférence. Mais ils ont déchaîné un tonnerre d’applaudissements quand des orateurs arabes et juifs antisionistes ont clamé que tout progrès dans la région était lié à l’arrêt de la soi-disant « occupation » par Israël.

Et cela nous ramène à 1975, aux ‘Boat People’ de la Mer de Chine, aux champs de meurtres au Cambodge, et à la Gauche qui ne pouvait moins s’en soucier. On pourrait arguer que les Bill Ayres, Howard Zinns et Jean Sol Partre* (sic, selon Boris Vian, NdT) dans le monde peuvent être pardonnés pour leur décision d’avoir pris le parti des Soviétiques et de leurs vassaux du Tiers Monde contre les USA et l’alliance occidentale. Après tout, ils n’y avaient rien de personnel en jeu.

 
Les  Soviétiques ne menaçaient pas leur liberté. Et que devaient-ils à la population « anti-progressiste », « réactionnaire » d’Asie du Sud Est d’accord avec l’Amérique sur le caractère maléfique du communisme, et souhaitait être libre ? Mais la situation est différente aujourd’hui. En menant sa guerre contre Israël à travers ses substituts palestiniens, l’Occident se menace lui-même. La propagande nazie recyclée par les soviétiques qui a réduit en esclavage les Peuples d’Europe et une bonne part de l’élite intellectuelle d’Amérique ne les a pas seulement transformés en participants volontaires à la nouvelle guerre contre les Juifs. Elle les a transformés en instruments de leur propre destruction.

En concentrant totalement leur attention sur Israël et ses crimes imaginaires, les Européens et leurs admirateurs américains ignorent le fait que la guerre islamique contre Israël est elle-même une guerre par procuration du jihad mondial.
Cette guerre, nourrie par la même propagande nazie, mais redéfinie à travers le prisme de la haine islamique antijuive et de l’impérialisme totalitaire, ne considère pas la destruction d’Israël comme son but ultime. Les jihadistes, que l’Occident ignore et blanchit avec tant de bonheur, ont fait savoir de façon parfaitement claire que la destruction d’Israël n’est que la première escarmouche de leur Grande Guerre. Leur dernier objectif est la conquête de ce qu’il reste de la civilisation occidentale.

 
[email protected]
Jerusalem Post 28/02/2011 jpost.com

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

.aschkel.info

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La guerre par procuration de l’Occident contre les Juifs, par Caroline Glick

    1. Pierre NOËL

      En parlant comme un religieux, il faut constater que ce sont nos frères chrétiens de gauche, qui nous torpillent avec comme potes, les frères musulmans!

      Deux fronts pour l’avenir…

      Un chef d’entreprise Franco-Marocain vient d’indiquer sur france 24 que les fonds islamiques progressaient et qu’en 2012 ou 2013 « nous auront des banques islamiques dans NOTRE pays La France » (sic)
      Bravo, c’est la fin ou la guerre civile?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap