toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La décomposition du Proche-Orient – par Guy Millière


La décomposition du Proche-Orient – par Guy Millière

 

Nul ne peut dire encore quand la chute s’arrêtera. Mais ce qu’on peut d’ores et déjà dire est que, lorsqu’on regardera le monde arabe dans quelques mois, on verra non pas une avancée vers la démocratisation, mais une avancée vers l’islamisation. 

 

Ces régimes ne ressembleront pas aux rêves d’al Qaïda, bien sûr. Des gens politiquement corrects les diront, pour cette raison, « post-islamiques », mais ce sera inexact : ces régimes prendront pour modèle l’AKP telle qu’elle agit aujourd’hui en Turquie. 

 

Le grand gagnant sera le régime iranien, qui a ajouté à la Syrie, son alliée depuis trois décennies, deux nouvelles recrues, la Turquie, et le Liban, désormais tenu par le Hezbollah. Le passage de vaisseaux de guerre iraniens par la mer rouge, le port de Djeddah en Arabie Saoudite et le canal de Suez montre que les nouveaux dirigeants de l’Égypte, mais aussi ceux d’Arabie Saoudite, savent dans quel sens souffle le vent. 

 

La déstabilisation du Bahrein est orchestrée par l’Iran, tout comme celle du Yemen. Dans le premier cas, il s’agit de contrôler le détroit d’Ormuz. Dans le second, ce qui est en jeu est la prise en main, tout aussi stratégique, du Bab el-Mandeb. La Somalie, de l’autre côté du Bab el-Mandeb, est aux mains de pirates et de membres d’al Qaïda. Djibouti fait l’objet d’attaques. La décomposition de la Libye est elle-même l’œuvre d’islamistes, et l’abominable Kadhafi risque fort de laisser la place à une situation de chaos où des groupes armés islamiques feront régner leur loi, tandis que le tribalisme reprendra le dessus. La Jordanie elle-même est loin d’être stable. 

 

Le grand perdant sera Israël, qui se retrouvera plus isolé que jamais, contraint de surveiller sa frontière du côté du Sinaï, et qui découvrira un peu tard que céder des terres contre un morceau de papier n’a pas plus de valeur qu’un simple morceau de papier. 

 

L’autre grand perdant sera les États-Unis qui, trente ans après avoir perdu l’Iran, sont en passe de perdre toute influence au Proche-Orient.

 

Ceux qui, par anti-israélisme ou par anti-américanisme, sentiments forts en Europe, se réjouiraient trop vite, doivent voir que l’Europe elle-même est en train de subir les contrecoups. 

 

Si le détroit d’Ormuz et le Bab el-Mandeb tombent aux mains de régimes hostiles, c’est tout le commerce avec l’Asie qui sera affecté, mais aussi les prix de l’énergie. Toute velléité de retour à une croissance, même faible, s’évanouira. Se produiront aussi des afflux d’immigrants venus du monde musulman qui grossiront les masses d’immigrants déjà existantes. 

 

L’Europe sera encore plus islamique, plus pauvre, plus naufragée. Le monde musulman n’ayant en lui aucun des éléments de capital culturel propices au développement économique et à la liberté individuelle, s’effondrera doucement, avec des accès de violence destructrice. 

 

La situation est d’ores et déjà observée avec attention en Russie, où Poutine voit tous les avantages à court terme qui vont résulter pour lui : la Russie étant exportatrice de matières premières énergétiques, elle a intérêt, comme l’Iran, à ce que les prix montent. La situation est également observée avec attention en Chine où les dirigeants voient eux aussi les avantages à court terme à en retirer. 

 

Ceux qui voyaient en Obama un artisan de la paix universelle vont peut-être se réveiller, mais j’en doute : chez ces gens-là, on prend indéfectiblement les vessies pour des lanternes. Quant à ceux qui savaient que, lorsqu’un Président des États-Unis manifeste de la faiblesse et de l’indécision, le contexte mondial est plus propice aux guerres, aux explosions et à l’avancée des tyrannies, ils voient se réaliser ce qu’ils craignaient. Ceux qui savaient qu’Obama est un homme d’extrême-gauche très ouvert à l’islam attendaient de lui le pire. Le pire est en train de s’accomplir. 

 

Au train où vont les choses, Obama pourrait bien réussir en un seul mandat à rendre le monde moins sûr pour la liberté, tout en ruinant durablement les États-Unis.  

 

J’en viens à penser qu’Obama restera dans l’histoire.  

 

Et qu’on ne me dise pas que j’incite à l’anti-américanisme. J’aime les États-Unis et la liberté. C’est pourquoi je déplore en Obama le premier Président anti-américain des États-Unis et le premier ennemi avéré de la liberté à être entré à la Maison blanche.

 

Guy Millière

drzz .info

03/03/11







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “La décomposition du Proche-Orient – par Guy Millière

    1. Pierre NOËL

      C’est ce que je pense pour une partie, et vos arguments m’éclairent pour l’autre partie…

      Cela fait froid dans le dos, il ne reste plus qu’à convaincre l’Amérique que l’attitude d’Obama est une menace pour la paix du monde!

      Erdogan est un Anaconda islamiste au services des barbus, il agit sounoisement. Mais nos diplomates ainsi que nos politiciens ne comprennent pas que notre Europe bascule doucement mais sûrement dans l’slam.

      La finance islamique se met en place -doucettement- et dans quelques mois nous auront des banques islamiques en plus des mosquées…

      Le conflit mondial est visible, le Pakistan bascule vers l’islamisation TOTALE avec -cerise sur le gâteau- la bombe nucléaire…

      Que feront la Russie, la Chine et l’Inde face à éventuel conflit avec les pays pétroliers, L’Indonésie est aussi en train de ruer contre les modèles de démocratie et de liberté.

      Ce ne sera pas un conflit mondial tel que nos anciens l’ont connu mais une multitude de conflits, car les conséquences de la hausse du pétrole et du gaz (hausse des prix) nous obligerons à une réaction.

      Comment et avec qui? Souhaitons que l’Amérique et l’Europe se ressaisissent avec les élections à moins que cela dégénère d’ici là.

      Pendant ce temps, le fou d’Iran gagne du temps…Ca aussi c’est contre nous.

      C’est combien un loyer en Israël, au bord de mer avec deux chambres SB et cuisine plus séjour et garage? (f4 ou 5)

    2. Pierre NOËL

      Excusez-moi « obligerons à une réaction… pour le pétrole, et là ou les menaces nucléaires seront constatées. »

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap