toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Obama décidé à accepter les Frères Musulmans, par Hillel Fendel


Obama décidé à accepter les Frères Musulmans, par Hillel Fendel

Pour la 1ère fois un gouvernement américain accepte la participation d'une organisation islamique dans un gouvernement, les frères Musulmans d'Egypte. Lundi, le porte parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs a précisé que le nouveau gouvernement qui serait formé devrait inclure "tous les acteurs non-laïcs importants". On comprend qu'il s'agit des Frères Musulmans, la plus importante organisation islamique en Egypte dont l'objectif suprême est un califat musulman mondial.

Cette organisation s'oppose au traité de paix avec Israël, en vigueur depuis 30 ans. Gibbs a précisé que les Frères Musulmans devaient rejeter la violence et accepter la démocratie, pour que les Etats-Unis puissent les accepter. Cette mise en garde verbale ne remet pas en question la nouvelle approche de l'Administration américaine, opposée à celle définie par G W Bush qui, bien qu'encourageant M Moubarak à la réforme, n'a jamais admis un rôle quelconque pour les islamistes.

Aujourd'hui, le nouveau chef de cabinet de la Maison Blanche, William Daley a légèrement modéré cette position, disant que les Etats-Unis espéraient en Egypte "un gouvernement fort, stable et laïc", tout en ajoutant que "le renforcement des Frères Musulmans était l'espoir d'une partie du peuple, et la crainte d'une autre partie et que la situation était hors du contrôle de son pays".

Loading...

La nouvelle donne américaine suscitée par Obama ne surprend guère, mais inquiète plus d'un. "La Maison Blanche semble abandonner Hosni Moubarak, un allié depuis 3 décennies et clé de la stabilité au Moyen Orient, se retournant comme le vent", écrit David Horowitz du Centre de la Liberté. "Et pire que cela, elle semble ouverte à ce que les Frères Musulmans puissent jouer un rôle clé dans un gouvernement de la "réforme", aussi longtemps que cette organisation renonce à la violence et soutient la démocratie. Si la Maison Blanche d'Obama croit sérieusement que cela est possible, elle est encore plus incompétente que je ne le pensais".

L'organisation des Frères Musulmans qui compte 600 000 membres en Egypte n'est pas sur la liste officielle américaine du terrorisme, comme le Hamas ou le Hezbollah, mais l'administration américaine n'a jamais eu de contact avec elle, du fait des problèmes liés, selon Gibbs, à son non engagement à suivre la loi, la non-violence et la démocratie. En effet, les objectifs fondamentaux de cette organisation sont le rétablissement d'un Califat ou empire islamique, la conquête du monde, pacifiquement ou non, le jihad et le martyr. Elle a des succursales sous diverses couvertures dans le monde entier, notamment en France, au Royaume Uni et aux Etats-Unis.

Un ex-ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis, Dr Dore Gold parle de la crainte qu'un personnage comme M el Baradei puisse servir de couverture pour les Frères Musulmans qui prendront en otage la révolution égyptienne, après un laps de temps où ils feront croire qu'ils sont devenus modérés. Il note que depuis leur fondation il y a 80 ans, ils se sont distingués dans le terrorisme politique, assassinant un 1er ministre Nokrashi Pasha en 1948, essayant de tuer le président Nasser quelques années plus tard, etc…(1)

Un ex-Ministre de l'Education du Koweit, Dr Ahmad al Rabii', écrit le 25/1/05 dans Al Shark al Awsat (le Moyen Orient) que les groupes terroristes les plus éminents sont issus de la sphère des Frères Musulmans. Même le président honoraire du Conseil des Relations Extérieures, Leslie Gelb, dit que l'arrivée au pouvoir de ces gens-là serait une calamité pour la sécurité américaine… Ils soutiennent le Hamas, et d'autres organisations terroristes, ils agissent en écho des dictateurs Iraniens, ils seront les maîtres incontrôlables du Canal de Suez, s'opposeront au traité de paix égypto-israélien, généralement considéré comme le fondement de la paix au Moyen Orient. Ils mettront en péril nos efforts contre le terrorisme dans le monde entier…. Un plus grand problème, c'est que nos experts, nos spécialistes et nos professeurs fassent croire au public américain qu'on peut maintenant leur faire confiance.

Par Hillel Fendel IsraelNationalNews.com – 2/2/11

Traduit par Albert Soued,  http://soued.chez.com  pour www.nuitdorient.com

Learn Hebrew online

 

 

Note dewww.nuitdorient.com

(1) Les Frères Musulmans sont à l'origine de nombreux attentats au Caire, notamment dirigés contre des citoyens égyptiens juifs, dans les années 40, et contre des coptes depuis.

 

—————————————————————————

Loading...

Obama Stands by Muslim Brotherhood Endorsement

By Hillel Fendel

IsraelNationalNews.com – 2/2/11

 

For the first time, a U.S. government supports granting a government role to an extremist Islamic organization: the Muslim Brotherhood in Egypt.

On Monday, White House spokesman Robert Gibbs said Egypt's new government will have to include a "whole host of important non-secular actors." Most prominent among these is clearly the Muslim Brotherhood – which has made Islamic world domination one of its ultimate goals. It also opposes Egypt's 30-year-old peace treaty with Israel.

Gibbs said the Muslim Brotherhood must reject violence and recognize democratic goals for the U.S. to be comfortable with it assuming a role in the new government. This caveat does not significantly alter the new American approach, which is very different than that of the previous Administration, in which George W. Bush pushed Mubarak for democratic reforms but never publicly accepted a role for Islamists.

Today, new White House chief of staff William Daley moderated the position very slightly, saying the U.S. hopes for a "strong, stable and secular Egyptian government." Noting that the strengthening of the Muslim Brotherhood is "some people's expectation [and] some people's fear," Daley acknowledged that the situation in Egypt is largely out of American control.

Obama's new position, while not totally surprising, is worrisome to many. "The White House appears to be leaving Hosni Mubarak, an ally for three decades and lynchpin of Mideast stability, twisting slowly in the wind," writes David Horowitz of the Freedom Center. "And worse, it appears to be open to allowing the Muslim Brotherhood to play a key role in a 'reformed' Egyptian government, as long as the organization renounces violence and supports democracy. If the Obama White House really believes this is possible, it is even more hopelessly incompetent than we imagined!"

Egypt's Muslim Brotherhood, with 600,000 members, is not on official U.S. terrorism lists, as are Hamas and Hizbullah, but the American government has had no contact with it because of what Gibbs said were "questions over its commitment to the rule of law, democracy and nonviolence."

It stands for the re-establishment of the Islamic Empire (Caliphate), the takeover, spiritually or otherwise, of the entire world, and jihad and martyrdom. It has front organizations in the UK, France, and the United States.

 

A former Israeli Ambassador to the United Nations, Dr. Dore Gold, writes of a fear that the Muslim Brotherhood, widely seen as having become moderate over the years, will "exploit a figure like [Mohammed] ElBaradei in order to hijack the Egyptian revolution at a later stage." Gold noted that ever since the Brotherhood was founded over 80 years ago, it has engaged in political terrorism, assassinating Prime Minister Mahmoud al-Nuqrashi Pasha in 1948, trying to kill President Abdul Nasser several years later, and more.

"A former Kuwaiti Minister of Education, Dr. Ahmad Al-Rab'i, argued in Al-Sharq al-Awsat on July 25, 2005 that the founders of most modern terrorist groups in the Middle East emerged from 'the mantle' of the Muslim Brotherhood," Gold writes. 

Even Leslie Gelb, president emeritus of the Council on Foreign Relations, says that the prospect of the Muslim Brotherhood's rise to power "would be calamitous for U.S. security… The [Brotherhood] supports Hamas and other terrorist groups, makes friendly noises to Iranian dictators and torturers, would be uncertain landlords of the critical Suez Canal, and opposes the Egyptian-Israeli agreement of 1979, widely regarded as the foundation of peace in the Mideast. Above all, the [Brotherhood] would endanger counter terrorism efforts in the region and worldwide… The real danger is that our experts, pundits and professors will talk the Arab and American worlds into believing we can all trust the [Brotherhood]…"

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *