toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Lettre au Président de la République Française, Nicolas Sarkozy, relative à l’Affaire Al-Dura


Lettre au Président de la République Française, Nicolas Sarkozy, relative à l’Affaire Al-Dura

Europe Israël s'associe à Marc Brzustowski pour interpeler Monsieur le Président de la République Nicolas Sarkozy afin que la vérité sur l'affaire Al-Dura soit enfin rétablie publiquement.

 

Monsieur le Président de la République Nicolas Sarkozy, ses services,
 
Lors de son allocution, au cours du diner annuel du CRIF, le mercredi 9 février 2011, le Président du Conseil Représentatif a souhaité vous interpeller au sujet d’une affaire relative à l’information, à la déontologie et à l’équité dans le traitement du conflit proche-oriental. Monsieur Richard Prasquier a requis que tous les éléments du débat, expertises et contre-expertises, concernant l’Affaire dite “Mohammed Al-Dura” soient enfin mis sur la table, afin que l’opinion puisse juger en conscience un évènement qui est resté inscrit dans l’inconscient collectif comme une scène inaugurale, devenue mythique, de la Seconde Intifada (2000- 2004).
Cette mythologie ensanglante l’Orient jusqu’en Asie Centrale, puisque le Cheikh Mohammed, assassin du journaliste américain Daniel Pearl, s’est réclamé d’al Dura, au moment d’abattre le couperet sur la nuque de l’envoyé de presse, au seul motif de ses origines.
 
De même, quelques jours après l’incident du carrefour de Netzarim, deux soldats israéliens égarés dans Ramallah ont été torturés, violés, démembrés, et lynchés par la police palestinienne jetant leurs corps suppliciés à la foule qui se les arrachait, en traînant leurs dépouilles sanglantes derrière des véhicules par les rues en liesse. Lorsqu’on les interrogeait sur cette furie furieuse et collective, les Palestiniens disaient : “venger Mohammed al-Dura”. Les effets d’entraînement d’une information non vérifiée sont donc multiples et d’une gravité sans nom, conduisant à des crimes contre l’humanité.
 
Il y a donc lieu de s’interroger sur les responsabilités diverses, l’écho donné, et les précautions déontologiques prises ou non, lorsqu’on diffuse une accusation de meurtre sans preuve, à une grande heure d’écoute.
 
Un homme, Monsieur Philippe Karsenty, adjoint au Maire de Neuilly, membre de l’UMP, s’est lancé dans l’exploration des faits, a comparé les diverses versions et a gagné le procès que lui intentait Charles Enderlin, l’an dernier, devant la XVIIè Chambre. Le Juge a noté que bien des éléments ne penchaient pas en faveur du journaliste et, quoi qu’il en soit, l’a débouté de sa plainte en diffamation.
Ce que juge la Justice française doit avoir un minimum de légitimité aux yeux des instances de presse, seraient-elles d’Etat. Il leur incombe donc, en droit, de faire valoir leurs arguments et de faire connaître les éléments dont ils disposent à 20h, le soir-même, pour accuser un pays ami de la France, son état, son armée et son peuple, de se lancer au “tir au pigeon” durant 45 minutes contre un enfant.
 
Or, l’un de vos conseillers audiovisuels, Monsieur Camille Pascal, devenu secrétaire général de France-Télévisions, couvre cette affaire d’un voile de candeur depuis 6 ans. Plutôt que d’écouter les arguments à charge ou à défense, Monsieur Camille Pascal n’hésite alors pas à jouer d’intimidation, en traitant le requérant “d’agent des services secrets israéliens”. Manque de chance pour un tel dirigeant de presse audiovisuelle, adepte de la plus totale impartialité (!), on en jugera, l’enregistrement de cette altercation téléphonique à forte tonalité diffamatoire et, encore une fois, sans preuve, est désormais disponible sur internet à qui se demande à quel jeu joue ce conseiller en communication.
 
En voici l’extrait :
 

Par chance – certains diront avec malice que cela confirme les accusations de Camille Pascal – j’ai enregistré cette conversation téléphonique dont je vous invite à écouter l’extrait communiqué en fichier joint (cliquez sur la phrase ci-dessous).

  

Camille Pascal Services secrets israéliens 5 mai 2005 Camille Pascal Services secrets israéliens 5 mai 2005

 

 

Il y a un peu plus d’un siècle, on accusait le capitaine Dreyfus d’appartenir aux services secrets allemands, l’ennemi de l’époque.

 

Souhaitant, avec le Président Richard Prasquier, qu’enfin tous les éléments de preuve, argumentaires soient connus d’un public de concitoyens adultes et capables de se faire librement une opinion, il est difficile de qualifier les propos tenus par Monsieur Camille Pascal.

Il est certain qu’il n’est pas, de par l’expression de ce parti-pris reposant sur un vilain préjugé, digne, en aucune façon d’en traiter. Il va sans dire qu’une telle défiance au plus haut niveau, à l’encontre de tout homme de vérité (même s’il se trompait, au moins aurait-il cherché à savoir, ce qui est le propre de la liberté d’information et de l’exercice de sa citoyenneté, n’en déplaise à Monsieur Camille Pascal), reviendrait à affirmer, au nom de l’état français, que tout citoyen français juif se posant des questions est d’abord et avant tout un espion au service d’une puissance vécue comme hostile (et non le pays ami à qui vous déclarez votre affection et le devoir d’équilibre et de réciprocité). 

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes souhaits les plus vifs, de voir la France incarner les valeurs d’équité et de justice, dans tous les domaines, sans restrictions et sans passe-droits,

 

Très respectueusement,

 

Marc Brzustowski

 

source lessakele

 

To: [email protected]





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Lettre au Président de la République Française, Nicolas Sarkozy, relative à l’Affaire Al-Dura

    1. Georges K

      Comment ce Karsenty peut-il ne retenir du discours de Sarko que ce qu’il n’a pas dit alors que pour le premiere fois dans l’Histoire un President parle des racines juives de la France

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap