toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Sud-Soudan, nouvel allié d’Israël


Le Sud-Soudan, nouvel allié d’Israël

Jean-Bernard Lagrange – mercredi 9 février 2011 

Alors que la région sud du Soudan s'apprête à accéder à l'indépendance, la région, riche en pétrole, a signalé qu'elle voulait tisser d'importants liens avec Jérusalem.

Les responsables et les analystes israéliens commencent à mesurer les conséquences d'une sécession du Sud-Soudan, après le décompte final lundi 7 février 2011 des suffrages pour le référendum devant décider de l'avenir politique de la région. 98% des électeurs ont en effet voté en faveur d'une partition avec la région nord qui a appliqué pendant plusieurs décennies une discrimination systématique à l'égard des habitants du sud.

Le docteur Irit Back, un expert de l'Afrique de l'Est à l'université de Tel-Aviv a affirmé que la probabilité pour que l'État naissant établisse des liens avec Israël était ''très bonne''.

Selon elle, le Sud-Soudan pourrait servir d'allié non arabe en marge du Moyen-Orient à Israël. Ce serait une sorte de retour à la ''doctrine de la périphérie'' de David Ben Gourion selon laquelle il faut cultiver des liens avec les États non arabes comme la Turquie et l'Iran sous l'ère du Shah.

 En octobre 2010, le ministre de l'information du Sud-Soudan, Barnaba Marial Benjamin, a ainsi déclaré que la région, une fois indépendante, ''établirait des relations avec d'autres pays du monde et ne sera l'ennemi d'aucun''.

 ''Il y a des relations diplomatiques entre certains États arabes et Israël, alors pourquoi pas nous ?'', avait déclaré le même mois le Président de la région Salva Kiir Mayardit. ''Israël est seulement l'ennemi de la Palestine, pas du Sud (Soudan)'', a-t-il ajouté.

Cependant, au mois de décembre 2010, le quotidien arabe Asharq Al-Awsat, avait annoncé que M. Kiir était revenu sur ses précédentes déclarations.

Lors d'une réunion à huis clos avec le Secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, M. Kiir aurait nié tout lien de son administration avec Israël et dit que son gouvernement ''comprenait que c'était un sujet sensible'' parmi les États arabes. Il répondait ainsi aux allégations faites en 2009 par l'envoyé de la Ligue arabe à Khartoum selon lesquelles Israël, ainsi que des lobbies américains pro-israéliens, intervenaient dans les affaires du Soudan pour aider le Sud à faire sécession.

Depuis son incorporation au sein de l'Empire britannique à la fin du  XIXème siècle,  le Soudan a subi des lignes de partition ethniques, linguistiques et religieuses. Le Nord compte une majorité de Musulmans et de Nubie tandis que les Chrétiens et les animistes dominent le Sud.

Ces divisions ont provoqué deux guerres civiles de 1955 à 1972 et de 1983 à 2005 qui ont fait au total deux millions de morts et obligé quatre millions de personnes à se déplacer.

Le récent référendum sur la sécession provient d'un accord convenu au moment où la paix a été signée en 2005.

Israël et les rebelles du Sud-Soudan ont déjà établi une période de coopération dans les années 1960 et 1970. En 1967 après que les insurgés soudanais aient tout fait pour empêcher l'armée du pays d'entrer en conflit contre Israël, l'État hébreu les a récompensés en saisissant les armes arabes pour leur campagne contre le gouvernement central à Khartoum.

Aujourd'hui la question centrale concerne le sort des milliers de migrants Soudanais en Israël. Un rapport publié le mois dernier par l'Autorité de la population et de l'immigration a révélé qu'un quart des 33.000 migrants illégaux du pays provenait du Soudan et la grande majorité d'entre eux viennent de la région sud.

Des experts ont cependant averti qu'Israël devait être prudent concernant l'expulsion des migrants tant que l'avenir de la région du Sud-Soudan n'était pas fixé.

La cour pénale internationale a émis un mandat d'arrêt contre l'actuel Président soudanais, Omar el-Béchir, pour crime de guerre au Darfour. La communauté internationale s'inquiète cependant que les résultats du référendum ne replongent le pays dans une guerre civile.   

Source : G.I.N avec Agences http://www.guysen.com/article_Le-Sud-Soudan-nouvel-allie-d-Israel_15034.html 

Mots-clef : Afrique, Sud-Soudan, Israël 





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap