toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le spectre d´un affrontement des superpuissances déclenché par le Pakistan


Le spectre d´un affrontement des superpuissances déclenché par le Pakistan

Introduction

La guerre menée par les Etats-Unis contre les Talibans, Al-Qaïda et d´autres groupes terroristes en Afghanistan a dégénéré pour se transformer en conflit de plus en plus ouvert avec l´ISI (Inter-Services Intelligence) pakistanais, et menace à présent de prendre la forme d´un conflit déclaré contre le Pakistan. Les signes avant coureurs d´un tel conflit sont d´ores et déjà perceptibles. Dans l´expectative d´un conflit à grande échelle avec l´Amérique, le Pakistan tente de donner une importance accrue à la Chine, ce qui risque d´opposer les superpuissances dans un affrontement incluant les Etats-Unis, Chine, la Russie, les puissances de l´OTAN et d´autres acteurs régionaux. (1)

Contexte historique

Cette région a déjà été, au XIX et XXème siècles, le terrain de confrontations militaires entre superpuissances. Le premier conflit entre superpuissances pour une ascendance stratégique en Asie centrale, connu sous le nom de "Grand jeu" (géostratégique), a opposé l´Empire britannique et la Russie tsariste au XIXème siècle. Il s´est atténué au début du XXème siècle pour prendre fin avec la Deuxième guerre mondiale, où les deux rivaux ont entrepris de collaborer contre les puissances de l´Axe.

La Deuxième guerre mondiale a débouché sur la Guerre froide et une impasse militaire entre les Etats-Unis et l´URSS. Cette impasse a dégénéré en un conflit armé. Ce conflit entre superpuissances s´est terminé par une défaite militaire des communistes en 1989, quand les troupes soviétiques ont été contraintes de se retirer d´Afghanistan.

 

Le Pakistan et les Etats-Unis vers l´épreuve de force

La détérioration des relations entre les Etats-Unis et le gouvernement pakistanais, dirigé par l´ISI, est en voie de prendre la forme d´un conflit avéré.

En fait, le conflit a déjà éclaté, aussi bien sur le terrain qu´au sein des renseignements, comment l´indiquent les données suivantes :

 

Au niveau militaire : le Pakistan est directement impliqué en Afghanistan

1)    L´aviation pakistanaise procède à des bombardements en Afghanistan

Début février, l´aviation pakistanaise a bombardé des postes de police à la frontière afghane et des habitations de civils dans le district de Gushta de la province de Nangharhar à l´Est, et de la province de Khost, selon un rapport du site en pachto taand.com. (2) Selon ce même rapport, les attaques ont été planifiées pour envoyer un avertissement au président afghan Hamid Karzaï avant sa visite en Inde prévue pour la première semaine de février.

2)    Les Talibans éliminent les responsables locaux afghans

Les Talibans ont entrepris de prendre pour cibles les gouverneurs en Afghanistan. Plusieurs attentats suicides ont également eu lieu au cœur de Kaboul. (3)

3)    L´ISI crée des sanctuaires militaires dans la région tribale du Pakistan

L´armée pakistanaise a entrepris de créer un nouveau sanctuaire militaire pour le réseau Haqqani à l´Agence de Kurram, district tribal pakistanais. (4)

4)    Le Pakistan appuie la Shura des Talibans

L´ISI accueille et conseille la Shura des Talibans. (5)

 

L´ISI sabote les efforts des renseignements américains

En réaction aux poursuites engagées dans un tribunal de New York par les proches de citoyens américains tués lors des attentats de Bombay de 2008, l´ISI a lancé une série de contre-attaques contre les officiers américains au Pakistan : (6)

1)    L´ISI impose le départ du chef de la CIA à Pakista

Jonathan Banks, le chef de la CIA au Pakistan, a été forcé de quitter le pays après les révélations provenant de l´ISI. (7)

2)    L´ISI force les Etats-Unis à rappeler de Peshawar la diplomate Elizabeth Rudd

Une autre diplomate américaine, Elizabeth Rudd, qui travaillait au consulat des Etats-Unis à Peshawar, a été obligée de quitter le Pakistan, en raison de menaces des Talibans fin novembre. (8)

3)    Le Pakistan a arrêté le responsable américain Raymond Davis, accusé d´avoir assassiné des espions américains

Raymond Davis, employé par de consulat américain à Lahore, a été arrêté pour le meurtre de deux Pakistanais. Les dirigeants pakistanais ont déclaré que ces deux Pakistanais étaient des citoyens innocents. Toutefois, un rapport paru dans un quotidien pakistanais révèle qu´ils appartenaient tous deux aux services de renseignements pakistanais. (9)

 

Le spectre d´un conflit des superpuissances

Dans l´expectative d´un conflit entre superpuissances, le Pakistan   renforce sa coopération militaire avec la Chine, comme l´indiquent les faits suivants :

1) Le Pakistan a invité l´armée chinoise à être stationnée sur son territoire

Le Pakistan a invité près de 11.000 soldats chinois au Gilgit-Baltistan, région traditionnellement  considérée comme appartenant au Jammu et Cachemire.

Le Pakistan a d´abord réfuté les rapports de médias faisant état du stationnement de troupes chinoises au Gilgit-Baltistan, mais a admis plus tard leur présence, affirmant qu´ils étaient là pour aider les Pakistanais frappés par les inondations. (10)

2) Le Pakistan invite une délégation chinoise de hauts gradés militaires à visiter la frontière pakistano-afghane

Les zones tribales pakistanaises, sanctuaires des talibans et d´autres militants le long de la frontière afghane, n´ont présenté aucun intérêt stratégique pour l´armée chinoise par le passé. Toutefois, une délégation de l´armée chinoise a visité le Landikotal Army Garrison de l´Agence de Khyberen octobre dernier. L´équipe chinoise, reçue par le colonel Asad Qureshi, était composée de cinq hauts gradés, et dirigée par le Directeur général de l´Armée populaire de libération, le général en chef Hu Yan. (11)

3) Le Pakistan sollicite instamment la participation de la Chine en Afghanistan

En avril 2010, lors d´une réunion avec le vice ministre chinois des Affaires étrangères Wang Guangya dans la capitale du Bhoutan, Thimphou, le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani a appelé la Chine à jouer un rôle plus important en Afghanistan. (12)

4) Le Pakistan signe avec la Chine des contrats pour la construction des navires destinés à la Marine pakistanaise

Le Pakistan a signé un contrat avec la Chine pour la construction de navires de guerre pakistanais qui transporteront des missiles et des armes lourdes. (13)

5) L´aviation pakistanaise se fournit en avionique auprès de la Chine

Le Pakistan Air Force (PAF) a signé un accord d´achat avec la Chine, pour l´acquisition de produits avioniques et de missiles, afin d´équiper ses chasseurs à réaction Thunder 250 JF-17. Le Pakistan se perçoit comme aligné contre l´Occident dans un affrontement entre superpuissances.

La tête de la PAF, le maréchal en chef de l´air Rao Qamar Suleman, a déclaré : ´´La PAF n´a pas l´ambition d´installer des armes et des dispositifs occidentaux sur ses avions pour le moment´´. (14)

6) Le Pakistan établit des liens maritimes avec la Chine

La Chine a également développé des intérêts militaires dans le port pakistanais de Gwadar, de construction chinoise, sur la côte du sud-ouest du Pakistan. Le port de construction chinoise Gwadar vise à contrer la supériorité navale de l´Inde dans l´océan Indien.

7) Le Pakistan acquiert des réacteurs nucléaires auprès de la Chine

Ignorant les inquiétudes des Américains et des Indiens face à la prolifération nucléaire du Pakistan, le Pakistan a signé un accord avec la Chine pour la construction de deux réacteurs nucléaires au Pakistan. (15)

Le 10 février, un rapport des médias a relevé que le Pakistan faisait également construire une quatrième installation nucléaire à Khushab dans la province du Pendjab pour produire du plutonium. (16) Le même jour, le Pakistan a effectué un tir d´essai du Hatf-VII, un missile de croisière capable de transporter des ogives nucléaires. (17)

En décembre 2010, une réunion de l´Autorité de commandement national, qui s´est tenue sous la présidence du Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani, a réaffirmé les droits du Pakistan en tant qu´´´Etat nucléarisé.´´ (18)

La Russie, allié des Etats-Unis dans l´éventualité d´un affrontement entre superpuissances

Le 5 février, le vice premier ministre russe Sergueï Ivanov a déclaré, lors d´une conférence internationale sur la sécurité à Munich, que la Russie ne souhaitait pas que les troupes internationales quittent l´Afghanistan. (19)

Dans une guerre opposant le Pakistan et la Chine d´une part, et l´Occident de l´autre, la Russie se placerait du côté de l´Occident. (20) En effet, avec ´´la bénédiction des Etats-Unis´´, la Russie assiste déjà les troupes internationales en Afghanistan, comme en témoignent les faits suivants : (21)

1) La Russie soutient la police afghane

La Russie a commencé à apporter des renforts aux forces de police afghanes en fournissant des armes et de munitions. (22)

2) La Russie aide l´OTAN en Afghanistan

L´année dernière, une équipe militaire russe de lutte contre les stupéfiants a entrepris d´aider les troupes de l´OTAN en effectuant des opérations conjointes de lutte contre les stupéfiants dans l´est de l´Afghanistan, le long de la frontière avec le Pakistan. (23)

Le Pakistan perçoit la Russie comme un ennemi de plus en Afghanistan

L´année dernière, le Pakistan a rejeté, pour la deuxième fois en cinq ans, une demande de la Russie d´entrevue avec Akhlaq Ahmed Akhlas, un terroriste russe d´Al-Qaïda emprisonné au Pakistan. (24) En novembre, la Russie annulait la visite prévue d´une délégation russe à Islamabad. (25)

Le quotidien pakistanais en ourdou Roznama Nawa-i-Waqt a averti dans un rapport qu´´´un autre ennemi du Pakistan´´- à savoir la Russie – a été ajouté à la liste des pays ayant une influence en Afghanistan et que la présence de troupes russes en Afghanistan contribuerait au renforcement des effectifs anti-pakistanais en Afghanistan. (26)

Conclusion

Les relations entre les États-Unis et la Chine sont tendues en raison de la course aux armes lancée par l´armée chinoise en 2007. (27) Le Pakistan introduit, au sein de ces relations sino-américaines déjà difficiles, une composante militaire susceptible de déclencher un affrontement entre superpuissances.

MEMRI Middle East Media Research Institute Enquête et analyse n° 665

Par Tufail Ahmad et Y. Carmon*

* Tufail Ahmad est directeur du projet d´études des médias d´Asie du Sud au MEMRI (www.memri.org/sasp ) ; Y. Carmon est Président du MEMRI.

 

Notes:

[1] Selon un rapport du Daily Times (Lahore) paru le 13 janvier 2011, le Premier ministre pakistanais Yousuf Raza Gilani a mis en garde le vice-président américain Joe Biden, lors d´une réunion à Islamabad, contre un "nouveau Grand jeu " dans la région.
[2] www.taand.com (Afghanistan), 4 février 2011.

[3] Selon un rapport publié dans le journal Tribune Express le 8 février 2011, un "responsable de la sécurité" pakistanais non identifié – probablement un membre de l´ISI – a prévenu qu´une nouvelle génération de kamikazes talibans était prête à se battre contre les troupes américaines et celles de l´OTAN.

[4] Pour une analyse du rôle de l´armée pakistanaise dans la création d´un sanctuaire d´activistes dans l´Agence de Kurram, voir l´Enquête et analyse n°641 de MEMRI ( octobre 2010) : http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/4700.htm .

[5] Selon un rapport de 23 janvier 2011 paru dans le magazine indien The Week, le mollah Abdul Salam Zaeef, ancien ambassadeur taliban à Islamabad, note que la Shura de Quetta (conseil exécutif des talibans basé dans la ville pakistanaise de Quetta) "donne des instructions et des conseils" au mollah Mohammad Omar, l´émir des talibans et d´Al-Qaïda.

[6] Cela est dû au fait que le tribunal de New York a convoqué en justice le lieutenant-général en chef de l´ISI Shuja Pasha, ainsi que Hafiz Muhammad Saeed, Zakiur Rehman Lakhvi, Nadeem Taj, Azam Cheema, Sajid Majid, le commandant Iqbal, le commandant Samir Ali, qui sont pour certains des officiers de l´armée et des militants. Les conséquences juridiques de l´affaire devant le tribunal de New York sont graves : l´armée pakistanaise redoute que cela pourrait conduire à déclarer l´ISI organisation terroriste. Selon un rapport du Daily Times, paru le 13 janvier 2011, le fondateur de Lashkar-e-Taiba, Hafiz Muhammad Saeed, est également inquiet et a exhorté la Haute Cour de Lahore à enjoindre au gouvernement pakistanais de le défendre devant le tribunal de New York. Un rapport du 30 décembre 2010, paru sur le site du journal Dawn, signale que le gouvernement pakistanais a décidé de "contester fermement le procès intenté à l´ISI, ses directeurs généraux passés et présents".

[7] Selon un rapport du quotidien en ourdou Roznama Ummat, paru le 2 décembre 2010, Karim Khan, un résident du Waziristân du Nord, a porté plainte contre Jonathan Banks, réclamant 500 millions de dollars pour les meurtres d´innocents au cours d´attaques de drones américains. La plainte n´a pas été déposée au Nord-Waziristan, mais à Islamabad, entraînant des conséquences juridiques pour Jonathan Banks, basé à l´ambassade des États-Unis. Shahzad Akbar, avocat de Karim, a également averti que Jonathan Banks pourrait être inclus à la Liste des sorties contrôlées, et se verrait donc interdit de sortie du territoire pakistanais. Des plaintes similaires pourraient être déposée contre les agents de la CIA et le secrétaire américain de la Défense Robert Gates.

[8] Un rapport en ourdou, paru dans le quotidien Roznama Ummat le 20 décembre 2010, rapporte qu´elle n´est pas partie en raison des menaces des talibans, mais parce que "les institutions [de renseignement] pakistanaises exerçaient de fortes pressions et que le gouvernement des États-Unis avait été obligé de la rappeler".

[9] Un rapport paru dans le quotidien The Express Tribune quotidien le 7 février 2011 cite un responsable de la sécurité pakistanaise anonyme affirmant que la réticence du gouvernement pakistanais à libérer Raymond Davis, bénéficiant de l´immunité diplomatique, est due au fait que les victimes étaient des "agents du renseignement" pakistanais. Le responsable pakistanais a déclaré que la "position ferme" du gouvernement face à la controverse était due aux tentatives de certains éléments à Washington d´impliquer l´agence d´espionnage du pays, l´ISI, dans les attentats de Bombay de novembre 2008". Selon le rapport, le responsable a ajouté que l´ISI "est très en colère face à la décision d´un tribunal américain de convoquer de hauts responsables de l´ISI en rapport avec les attentats de Bombay."

[10] Selon un rapport du site du journal Dawn, daté du 31 août 2010, Abdul Basit, porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères, a critiqué la journaliste Selig S. Harrison, qui a signalé la présence de troupes chinoises au Pakistan : "Harrison a un état d´esprit anti-pakistanais et a essayé de déformer les faits." Quelques jours plus tard, le Foreign Office pakistanais a "changé" de position, déclarant : "Le Pakistan n´a pas remis le contrôle de la zone Gilgit-Baltistan à l´armée chinoise. L´armée chinoise oeuvre dans des zones touchées par les inondations", rapporte le quotidien en ourdou Roznama Express, le 2 septembre 2010.

[11] The News (Pakistan, 29 octobre 2010) évalue l´importance de la visite de la délégation militaire chinoise : "La délégation est restée à Landikotal pendant plusieurs heures, avec une sécurité resserrée. Toutes les routes de liaison ainsi que la Porte de Torkham ont été fermées au public. L´approvisionnement de l´OTAN a été suspendu lors de la visite de la délégation à [proximité du] poste de contrôle de Michini".

[12] The News (Pakistan), 29 avril 2010.

[13] The News (Pakistan), 16 juillet 2010.

[14] www.nation.com (Pakistan), 18 novembre 2010.

[15] The Post (Pakistan), 24 juin 2010.

[16] www.tribune.com.pk (Pakistan), 10 février 2011.

[17] www.dawn.com (Pakistan), 10 février 2011.

[18] The Express Tribune (Pakistan), 15 décembre 2010.

[19] www.itar-tass.com (Russie), 5 février 2011.

[20] Selon un rapport du quotidien afghan Roznama Husht-e-Subh, daté du 14 novembre 2010, Andrey Avetsiyan, ambassadrice russe à Kaboul, s´est déclarée préoccupée, en novembre 2010, par l´expansion des talibans dans le nord de l´Afghanistan et la détérioration de la sécurité dans la région.

[21] Selon un article paru le 22 mai 2010 dans le quotidien londonien Al-Hayat, la Maison Blanche a invité la Russie à jouer un rôle dans la reconstruction de l´Afghanistan.

[22] Selon un rapport du 12 novembre 2010, mis en ligne sur le site russe rian.ru, la Russie a livré un total de 20 000 Kalachnikov et plus de 2,5 millions de munitions.

[23] www.tolonews.com (Afghanistan), 31 octobre 2010.

[24] The Express Tribune (Pakistan, 29 vovembre2010) : Akhlaq Ahmed Akhlas est un terroriste d´Al-Qaïda qui a été emprisonné au Pakistan en raison de sa participation à la tentative d´assassinat de décembre 2003 du président pakistanais, le général Pervez Musharraf.

[25] Le 29 novembre 2010, un rapport du Express Tribune (Pakistan) note : "La Russie a envoyé un signal diplomatique clair, mais délibérément étouffé, laissant entendre qu´elle est ulcérée par le refus du Pakistan de fournir un accès consulaire à [Akhlaq Ahmed Akhlas]".

[26] Roznama Nawa-i-Waqt (Pakistan), 9 novembre 2010.

[27] Un rapport du 2 février 2011, mis en ligne sur le site Internet du Daily Telegraph londonien, cite des documents de Wikileaks révélant que les Etats-Unis "ont menacé de prendre des mesures militaires contre la Chine" dans le cadre d´une course aux armes qualifiée de "guerre des étoiles" secrète, qui a débuté quand la Chine a démontré sa capacité militaire à abattre des satellites dans l´espace.

 

Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le site www.memri.org/french.

Le MEMRI détient les droits d´auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu´avec mention de la source.

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap