toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La chance de l’Egypte


La chance de l’Egypte

Si les évènements en Egypte ont tourné aussi bien que l'on pouvait espérer, les perspectives d'avenir restent incertaines. La phase intéressante est terminée, maintenant arrivent les soucis.

Commençons par trois bonnes nouvelles: Hosni Moubarak, l'homme fort de l'Egypte qui paraissait être sur le point de provoquer une catastrophe a, heureusement, démissionné. Les islamistes, qui pousseraient l'Egypte dans la direction de l'Iran, ont eu un petit rôle dans les événements récents et sont loin du pouvoir. Et l'armée, qui a gouverné l'Egypte dans les coulisses depuis 1952, est l'institution la mieux équipée pour adapter le gouvernement aux exigences des manifestants.

Maintenant, abordons les problèmes. L'armée elle-même représente le problème mineur. En charge depuis six décennies, elle a fait un beau gâchis. Tarek Osman, un écrivain égyptien, démontre de façon éloquente dans son nouveau livre, L'Egypte au bord du gouffre: De Nasser à Moubarak (Yale University Press) comment la position de l'Égypte avait décliné de façon abrupte. Quelle que soit la référence choisie, du niveau de vie au pouvoir d'influence, l'Egypte se situe aujourd'hui derrière son prédécesseur monarchique. Osman compare le monde du Caire des années 1950 à la «ville surpeuplée, typique du tiers-monde" d'aujourd'hui. Il se désespère aussi devant la façon dont le pays « qui était un modèle de tranquillité … s'est transformé en une des terres les plus fertiles du Moyen-Orient pour générer des agressions. »

Les Frères musulmans représentent le plus gros problème. Fondée en 1928, l'organisation islamiste la plus importante dans le monde, a longtemps évité la confrontation avec le gouvernement et répugne à révéler son ambition de mettre en œuvre une révolution islamique en Egypte. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a exprimé clairement qu'il espérait cela quand il a affirmé qu'en raison de l'évolution de l'Égypte, «un nouveau Moyen-Orient est en train d'émerger, sans le régime sioniste et l'ingérence des États-Unis." Dans une évaluation pleine d'amertume, Moubarak lui-même s'est concentré sur ce même danger: « Nous voyons la démocratie que les États-Unis ont poussée en Iran et à Gaza avec le Hamas, et c'est le destin du Moyen-Orient … extrémisme et Islam radical. »

Pour sa part, l'administration américaine faisant preuve de naïveté n'a pas exprimé de telles préoccupations. Barack Obama a minimisé la menace des Frères musulmans, les qualifiant seulement comme « une faction en Egypte », tandis que son directeur du Service National de renseignement, James Clapper, fait dans la réalité l'éloge de la confrérie comme « un groupe très hétérogène, essentiellement laïque, qui a évité la violence" et poursuit "une amélioration de l'ordre politique en Egypte. » Cette absurdité indique une politique américaine en profond désarroi. En juin 2009, au cours d'une révolution non concrétisée contre un régime hostile en Iran, l'administration Obama n'a pas soufflé mot, espérant ainsi gagner la bonne volonté de Téhéran. Mais avec Moubarak, un dictateur ami subissant des attaques, elle a en réalité adopté l'impatient « programme de liberté » de GeorgeW.Bushet soutenu l'opposition. Mr. Obama encourage apparemment les manifestants de la rue seulement quand ils sont contre notre côté.

La pression américaine, graduelle et continue, tout en reconnaissant que le processus de démocratisation implique une vaste transformation de la société et nécessite non pas des mois mais des décennies, est nécessaire pour inaugurer le système.

Quel avenir pour l'Egypte, et les Frères musulmans prendront-ils la relève?

Quelque chose de remarquable, d'imprévisible et de sans précédent a eu lieu ces dernières semaines dans les rues égyptiennes. Un mouvement de masse sans chef a galvanisé un grand nombre de citoyens ordinaires, comme en Tunisie quelques jours plus tôt. Il n'y a pas eu de haine contre les étrangers, ni de boucs émissaires pris parmi les Egyptiens des minorités, ni adhésion à une idéologie radicale ; mais plutôt, ce fut l'exigence de reddition de comptes, de liberté et de prospérité. Les rapports qui me parviennent du Caire proposent un virage historique vers le patriotisme, l'insertion , la laïcité, et la responsabilité personnelle.

Pour confirmation, considérons deux sondages d'opinion: Une étude réalisée en 2008 par Lisa Blaydes et Drew Linzer a trouvé que 60 pour cent des Egyptiens défendaient des opinions islamistes. Mais un sondage Pechter du Moyen-Orient la semaine dernière a trouvé que seulement 15 pour cent des Cairotes et Alexandrins « approuvent » les Frères musulmans et environ 1 pour cent soutiendraient un président de l'Egypte qui serait frère musulman. Un autre indicateur de ce changement radical: la confrérie, en retrait, a mis en sourdine ses ambitions politiques, avec Yusuf al-Qaradawi allant jusqu'à déclarer que préserver la liberté des Egyptiens avait plus d'importance que mettre en œuvre la loi islamique.

Personne ne peut dire – car c'est trop tôt – d'où vient cette révolution dans les attitudes, ni où elle conduit, mais c'est l'heureuse réalité d'aujourd'hui. Le leadership militaire porte désormais la lourde responsabilité de conduire cela à terme. Trois hommes en particulier méritent d'être observés de près, le vice-président Omar Suleiman, le ministre de la Défense, Mohammed Hussein Tantawi, et le chef d'état-major Sami Hafez Enan. Nous verrons bientôt si le commandement militaire a appris et mûri, et s'il se rend compte que continuer à poursuivre ses intérêts égoïstes conduira à plus de décadence encore. 

danielpipes.org





Psychosociologue, consultant sur les questions de conflits, crises, violences et débriefing dans tous les secteurs où ces problèmes se posent.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap