toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Egypte : paroles de femmes face à l’excision


Egypte : paroles de femmes face à l’excision

(Du Caire) Officiellement interdite depuis dix ans, l »excision reste largement répandue sur les bords de Nil. Le mois dernier, une fillette de 13 ans est décédée dans un petit village du delta au cours de son » opération » . L'histoire choque une opinion égyptienne déjà ébranlée, deux mois plus tôt, par le décès d'une autre adolescente dans les mêmes circonstances.

Longtemps accusé de laxisme dans sa lutte contre cette pratique ancestrale, le ministre de la Santé se dit depuis déterminé à l'éradiquer » définitivement » et promet une loi en novembre. La semaine dernière, quatre médecins égyptiens et une sage-femme ont été mis en examen, pour avoir pratiqué l'excision dans le sud du pays.

96% des femmes mariés sont excisées

Mais la tâche est grande. Selon une étude réalisée en 2005, 96 % des femmes mariées seraient excisées, bien qu'aucune religion ne recommande cette pratique. C'est l'un des taux les plus élevés parmi les 28 pays africains qui, de la Somalie au Sénégal, pratiquent différentes formes de mutilation génitale.

Om Safin a 53 ans. Elle est femme de ménage à Manshiet Nasr, un quartier populaire du Caire. Elle a été excisée un soir d'été, quand elle avait 11 ans. Parure de fête et tatouage au henné : elle s'y était préparée » comme pour aller au bal » . » Je ne savais pas ce qui m« attendait, mais j'étais toute excitée. »

Malgré le choc, trente ans après, elle choisit de faire exciser ses deux filles. » On dit partout que les filles non excisées sont impures, sautent sur les hommes et ne trouvent pas de mari. Une mère digne de ce nom ne peut pas vouloir cela pour ses filles » , explique-t-elle. Aujourd'hui, elle regrette.

 » Une question de vie ou de mort »

Depuis cinq ans, Nadia Kamel dirige le programme de lutte contre l'excision du Croissant rouge égyptien, mené avec l »Unicef. Selon elle, il faut cesser de condamner ces mères : » Pour les familles c'est une question de sécurité. L'excision représente la possibilité d'un mariage donc d'un futur heureux. C'est presque une question de vie ou de mort. »

Assises en rond au milieu du jardin de l'organisation, Samiah, Om Mana et les autres frémissent. Premières bénéficiaires du programme de Nadia Kamel, elles veulent » raconter » , avides de partager un traumatisme trop longtemps enfoui. D'abord, elles citent plus volontiers le cas de la voisine. Celle qui » a dû se faire exciser après son mariage pour satisfaire son mari » , ou l'autre que » l'excision a rendu infertile » .

Puis surgissent les cas personnels. » J'ai été recousue dans la poussière. Il m'arrive d'en cauchemarder encore, raconte Samiah. A cause de cela, je n'ai jamais pu avoir de rapports normaux avec mon mari » . Ici, toutes les femmes en sont convaincues : elles épargneront leurs filles. Mais cela implique de lutter contre un environnement souvent hostile.

 » Mon mari ne comprend pas mon choix, et me promet les pires déboires avec ma fille aînée » , poursuit Samiah. » C'est la même chose avec ma mère » , poursuit Om Mana. Et lorsque les pressions n'émanent pas de l'entourage, elles viennent des exciseuses elles-mêmes. Egalement accoucheuses, et infirmières des premiers soins, elles jouissent d'une très grande influence dans les familles, et sont promptes à rappeler l'importance de la » Taara » (purification en arabe), ce mot honni par les ONG.

Une pratique médicale juteuse

 » C'est le même terme qui est employé pour désigner les ablutions d'avant-prière » , s'indigne Amal Abdel Hadi, du New Women's Research Center. Pionnière de la lutte contre l'excision en Egypte, Amal Abdel Hadi se réjouit de la volonté affichée du ministre de la Santé, mais reste prudente. Elle a encore trop présentes à l'esprit les » ambiguïtés » de la dernière loi de 1996 qui interdisait l« excision clandestine tout en l'autorisant dans les hôpitaux » si le service de gynécologie y voyait des raisons médicales » .

 » Lorsque l'on sait qu'à 150 livres l'opération (20 euros), un médecin peut tripler son salaire en pratiquant à l'excision, on perçoit mieux la complaisance du texte, accuse Amal Abdel Hadi. Non seulement cette loi n'a pas empêché les pratiques clandestines de se poursuivre, mais cela a en plus contribué à faire avancer l'idée qu'il y avait de bonnes raisons de mutiler le sexe de la femme, pour peu que cela soit fait dans un hôpital. Un jour, une femme m'a même raconté que sa fille avait été excisée de peur que son clitoris ne devienne gros comme une souris. Au fond, l'excision c'est avant tout la peur de la sexualité féminine » , conclue-t-elle.

Physiquement parlant, estime la sexologue Heba Qotb, » une femme excisée peut pourtant avoir du plaisir, mais l'opération intervient à l'âge de la puberté (entre 8 et 12 ans) et cause un traumatisme tel que la plupart des femmes nient leur sexualité par la suite » . On appelle cela » l'excision mentale » .

 

par Stéphanie Floray , Rue 89

19/09/2007 

NDLR : cet article date de 2007 mais  la situation ne s'estt pas améliorée

Merci à anne-Marie pour les liens suivants

En Egypte, l'excision tue

La pratique de l'excision recule

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Egypte : paroles de femmes face à l’excision

    1. Daniele - Europe-Israel.org Post author

      La pratique de l’excision recule

      par Julie Lerat

      Article publié le 14/07/2009 Dernière mise à jour le 14/07/2009 à 15:36 TU
      Pour la première fois, les chiffres de l’excision sont en baisse en Egypte. D’après la dernière étude du ministère de la Santé, publiée le mois dernier, le nombre de femmes excisées ayant entre 15 et 49 ans est de 91%, contre 97% il y a 5 ans. Plus encourageant, le chiffre est de 80% seulement pour les 15-19 ans. Le résultat de près de 15 ans de lutte contre cette pratique millénaire.

      http://www.rfi.fr/actufr/articles/115/article_82697.asp

      80% SEULEMENT

    2. 3marie

      Je suis née au Cameroun, et Je suis d’origine bamiléké .

      Chez les bamiléké, les excisions sont ciblées et sont pratiquées sur certaines bébés filles seulement, parce qu’elles portent en elles l’Esprit ou Magnétisme. Ces excisions ciblées se font dans le plus grand secret, et cela quelques mois seulement après les naissances de ces bébés filles ( des vierges Marie), afin qu’en grandissant, ces filles ignorent totalement qu’une partie d’elles a été volée par des entités négatives lions qui sont sous les traits des membres de leurs familles, et qui pratiquent ces actes ignobles pour leur voler leurs réserves d’âmes ou énergies sexuelles.

      Pour comprendre ce que cache réellement les excisions des clitoris, il faut prendre conscience de la présence des démons et démones au sein même des familles.

      Certaines femmes comme cela a été mon cas personnel, ont subi l’excision de leurs clitoris, en étant tout bébé; ce qui signifie que ceux et celles qui dans sa famille ont pratiqué cet acte ignoble sur elles, ne leur tiennent pas au courant de ce qu’ils ont fait. Ces bébés filles en grandissant ignorent totalement qu’une partie de leur corps et d’elle a été volée par certains membres de leurs familles, et qui ne sont en vérité que des démons et démones ou source d’énergie négative incarnées sous les traits humains.

      Le but pour ces entités énergétiques négative lion au sein des familles, est de voler les énergies sexuelles ou âmes dont les réserves sont contenues dans les clitoris de certaines de ces femmes excisées contre leur volonté, et pour certaines d’entre elles, ces vols se passent dès des le berceau; c’est à dire quelques mois après leurs naissances, afin qu’elles ne doutent de rien.

      Ces excisions ne cachent pas les privations du plaisirs sur lesquels bon nombre se focalise, mais cachent des vérités terrifiantes sur ce qui se passe sur un plan immatériel, parce que les énergies sexuelles volées dans les clitoris coupés, sont immatérielles et invisible par l’œil, les radios, les scanners mêmes les plus puissants.

      Certains se demanderont pourquoi voler des énergies sexuelles ou âmes des autres ?
      Je leur dirais que les énergies sexuelles portent des lois physiques, et que le plan matériel ou visible, n’est que la manifestation de ce qui se passe dans l’invisible ou plan immatériel par celui que vous appelé jésus, Allah, dieu ou diable son jumeau déchu ( énergie positive ou lumineuse lion, et son jumeau qui est l’énergie négative lion ou diable), qui vivent par certains de leurs multiples dans les corps de certains humains, et par d’autres de leurs multiples ou irradiations, vivent hors des corps de ces mêmes êtres humains. Ces entités appelées énergie lion jumeaux = dieu et diable viennent par les biais des naissances après des rapports sexuels qui leur permettent de s’incarner, en prenant les attributs masculins et féminins pour naître sous les traits des garçons et filles, et de passer ainsi inaperçus au sein des familles partout dans le monde, en se confondant tout simplement à ceux et celles en qui ils sont sortis.

      NB Certains de ces entités lions jumeaux sont sur des forums de discussions, afin de connaître ce que disent ceux et celles qu’ils manipulent et endorment depuis 33 millénaires.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap