toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Deux cent jours pour sauver le Proche-Orient, par Faramarz DADRAS


Deux cent jours pour sauver le Proche-Orient, par Faramarz DADRAS

Israël et l'Egypte, ont deux cent jours devant eux pour sauver la sécurité et la paix au Proche Orient, un combat contre les démons – Cela nécessite une grande sagesse des deux parties concernées. 

Les hauts commandants de l'armée égyptienne résistent à l'immense pression exercée par l’administration Obama, qui tente d'écarter du pouvoir le plus vite possible, le président Hosni Moubarak, l’ami de longue date des Etats-Unis .  

Il reste seulement deux cents jours jusqu’en Septembre prochain, la date des prochaines élections présidentielles en Egypte, les Egyptiens ne veulent pas détruire la réputation du héros de la guerre d’octobre, victime de l'apaisement entre des Etats-Unis et les Frères musulmans. Les Américains ignorent la fierté de l’armée Egyptienne, Ils (les frères Musulmans) attendent impatiemment que l’armée égyptienne exécute l’ordre d'Obama pour renverser Hosni Moubarak, sous peine d’une suspension de l’aide militaire des  États-Unis  aux égyptiens, Ce qui serait une grave erreur. 

Israël,  pièce maîtresse du Proche-Orient, tente de calmer l’ardeur des Etats- Unis et certains pays d’Europe, afin d’empêcher le départ prématuré d'Hosni Moubarak. Israël veut un départ ordonné et planifié de Moubarak, ce serait la meilleure façon pour sortir l’Égypte de ce chaos. Personne n’a intérêt à ce bouleversement sauf le régime Islamique d’Iran et les fondamentalistes Islamiques, notamment  les Frères musulmans. Dans le cas contraire la négociation de paix entre Israël et les Palestiniens échouera d'une part, mais  le monde devra aussi, qui ferai se préparer à une nouvelle guerre,  le rêve du régime Islamique d’Iran depuis longtemp

La semaine dernière, Israël a envoyé un message confidentiel à ses partenaires Européens et Américains les mettant  en garde contre le risque de la chute du régime qui ferait basculer l'Egypte dans les mains de l’extrémisme Islamique. Ce message était un signe d’espoir et  d'encouragement pour l’armée ?gyptienne, afin de ne pas céder devant la pression des Américains afin renverser Moubarak.

Les généraux ?gyptiens disent que Moubarak est en fait hors du jeu et signe seulement les décrets prévus par la constitution du pays. Il est déjà envisagé que Moubarak se retire en juin prochain pour cause de maladie et parte  en voyage trois moi avant la prochaine élection présidentielle, le relais serait assuré par le vice président, le général Omar Suleyman.

Le week-end dernier lors de la 47e Conférence sur la sécurité qui a eu lieu à Munich, les pays occidentaux ont planché sur la meilleure façon d'accompagner une transition ordonnée en Egypte. La chancelière  allemande, Angela Merkel a choisi d'évoquer sa propre expérience de la révolution démocratique en RDA il y a vingt ans, mettant en garde contre la précipitation. Angela Merkel, était en Israël la semaine dernière.

Le discours de Madame Merkel, a lieu un jour après le sermon de l'Ayatollah Khamenei le guide suprême de la République Islamique, discours prononcé pendant la prière du vendredi à Téhéran. Khamenei dans son sermon en langue arabe a appelé  à l’insurrection des musulmans et à la révolution Islamique en Egypte. Ce discours provocateur et menaçant de l’ayatollah Khamenei, a incité des réactions négatives de la part des Frères musulmans et des Etats-Unis, et ce un jour avant ouverture de la conférence sur la sécurité à Munich. Les propos démesurés de l’Ayatollah Khamenei ont resserré les rangs  des pays occidentaux  pour une transition ordonnée et sans précipitation en Egypte.

L'Ayatollah Khamenei, lisait un discours déjà écrit en langue arabe, Khamenei, comme la plupart des membres du clergé Iranien, a de peu de connaissances de la langue arabe. Par exemple lors d’un voyage en Syrie en qualité de Président de la République Islamique, Khamenei a été contraint de s’adresser à un interprète, pour remercier de quelques mots son hôte, le président Syrien Hafez Al Assad.

Khamenei et d'autres mollahs iraniens motivés par la cupidité veulent mettre la pagaille dans les pays Arabes de la région, toujours sous la tension, ils ne cachent pas leur hypocrisie et leur opportunisme face à la situation actuelle, et profitent  des événements pour tenter d'instaurer une révolution Islamique qui pourtant à déjà échoué en Iran depuis plus de trente ans.

Les vraies préoccupations  de la population de ces pays musulmans, sont : le pain, la liberté et l'emploi, elle n'est sont pas intéressés par l'expérience amère du peuple iranien, qui souffre depuis des années d'une dictature religieuse. Le monde entier n’a pas oublié les répressions sanglantes contre les Iraniens par la tyrannie des Ayatollahs.

La consternation de la majorité des musulmans face  au système moyen-âgeux  en Iran, incite les Frères musulmans à prendre de la distance avec le régime Iranien dans la limite des discours officiels , afin de montrer la face acceptable d’un groupe Islamiste dans le monde, même astuce déjà employé par l'Ayatollah Khomeiny  il y a 32 ans à Paris, mais il ne faut pas se tromper car dès son arrivée en Iran, Khomeiny n’a pas respecté ses promesses, plus tard  il justifiera  ses actes par le célèbre mot de " Taqya " (dissimulation), masquer ses convictions.

Qui pouvait croire qu’un vieux clérical comme Khomeiny, pratiquerait la «tromperie».

Le dimanche 6 février, Kamal Al Halbavi, un haut responsable des Frères musulmans, et ancien porte-parole de ce mouvement, dans une interview en langue persane de la BBC  a salué chaleureusement l’Ayatollah Khamenei le guide Iranien. Kamal Al Halbavi a ajouté « Je remercie vivement, l’Imam Khamenei et tous ceux qui soutiennent la révolution » Kamal Al Halbavi, glorifie les actions de Mahmoud Ahmadinejad, le président Iranien et ajoute « exceptées certaines de ses paroles, c' est une personne courageuse et libre dans ses propos » fin de citation.

Les propos d’Al Halbavi sont contraires à la déclaration officielle des Frères musulmans du vendredi 4 février, c’est la Taqya (dissimulation) de la vérité sur leurs vraies convictions, la conquête du monde et la destruction d’Israël.

l'Imam Dja'far As-Sadiq (702-767) : "Neuf dixièmes de la religion sont de la Taqya (dissimulation), c'est pourquoi celui qui ne dissimule pas n'a pas de religion". (Al-Kafi 9/10); et aussi: "La Dissimulation de protection est ma croyance et la pratique de mes ancêtres". (Al-Kâfî", 2/174, H. 12; "Mokhtaçar Baçâ'er al-Darajât", p. 101; "Al-Mahâsen", 1/397, H. 890) .

C'est ce qui est en train de se passer a notre époque.

En outre, l'ayatollah Khomeiny, a emprunté l'idée de la révolution Islamique d' " Hassan el banna " (1906-1949) fondateur de la Jamaat des Frères musulmans, El banna l'avait quand à lui aussi emprunté précédemment à un  iranien nommé " Jamal-al-Din Asadabadi " (1838-1897) fondateur du " mouvement de l'éveil islamique ".

Asadabadi appelé aussi du nom de "Jamal al-Din Afghani," et " Seyed Mohammad ibn Safdar Al-Husseini " désigné comme le premier penseur de l'intégrisme islamique et de l'Alliance musulmane.

Khomeiny a réussi presque un siècle après Assadabadi, à instaurer la théorie révolutionnaire de son maître spirituel " Hassan el banna ", mais depuis le début, sa révolution a échoué et reste comme une tumeur maligne et dangereuse pour les Iraniens. Un proverbe persan dit: « Qui souffle le vent, soulève la tempête».

Depuis longues années des Frères musulmans, ont annoncé l'abandon de la lutte armée, un astuce connue pour détourner les attentions du monde sur le vrai visage des Islamistes, et ce afin de bénéficier de l'appui des pays occidentaux, et de leur participation dans le processus de démocratisation des États Musulmans.

Des Etats-Unis qui pourtant sont immergés dans les marais d'Irak et d'Afghanistan, et qui envisagent de soutenir les Frères musulmans, l'alternative du groupe terroriste "Al Qaïda".

Obama espère le soutien des Républicains pour le  grand projet  des frères musulmans pour le monde arabo-musulman. Manque d’analyse approfondie des Américains sur la question du monde arabo-musulman, c’est un risque permanent d’évaluations erronées dans la plupart des situations imprévues comme l’Égypte.

 

 

Par Faramarz DADRAS

 

Chercheur et expert du renseignement

 

Ancien officier du service renseignement de la garde impériale de l’armée d’Iran, chercheur et expert du renseignement, fondateur et le directeur du site Internet de www.farhangiran.com en langue persane, auteur et traducteur des nombreux articles et études sur la question Iranienne et consultant d’auprès les medias.

Intervenant pour les sites  © 2011 aschkel.info 

 Sur le site du Ministère israélien des affaires étrangères en langue persane

http://www.hamdami.com/MFAFA

 

Aschkel.info

 

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap