toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Sarkozy: le Liban « est la victime collatérale » du blocage israélo-palestinien


Sarkozy: le Liban « est la victime collatérale » du blocage israélo-palestinien

PARIS – Nicolas Sarkozy a estimé lundi que le Liban était "la victime collatérale" du blocage des négociations israélo-palestiniennes. Le président français a rejeté "toute instrumentalisation du Liban au service d'intérêts extérieurs" et appelé la Syrie à respecter l'indépendance de son voisin.

"Avec une crise entre Israéliens et Palestiniens qui n'avance pas, on a de nouveau une crise au Liban et ça va continuer" car "le Liban est la victime collatérale de ce blocage", a jugé le chef de l'Etat, qui donnait une conférence de presse de début d'année à l'Elysée.

Dans ce contexte, "la France s'est rapprochée de la Syrie parce que la France considère qu'il est indispensable de mettre la Syrie dans les discussions pour sortir d'un certain nombre d'objections", a-t-il expliqué pour justifier le dialogue avec l'ancienne puissance tutélaire du pays du Cèdre.

"La France se sert de cette amitié pour dire à la Syrie que le Liban est indépendant et doit le rester, et que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL, NDLR) doit aller jusqu'au bout de son travail", a-t-il insisté, martelant que "les Libanais ont le droit à l'indépendance de leur pays (… et que) c'est aux Libanais de choisir leur gouvernement".

Le gouvernement libanais d'union nationale soutenu par les pays occidentaux s'est effondré le 12 janvier à la suite du départ des ministres et alliés du Hezbollah, qui exigeaient du Premier ministre Saad Hariri qu'il rejette d'avance les conclusions du TSL au sujet de l'assassinat de son père, l'ex-Premier ministre Rafic Hariri, en 2005.

L'éventuelle inculpation de membres du mouvement chiite soutenu par l'Iran et la Syrie fait craindre une nouvelle flambée de violence. En 2008, des combats entre chiites et sunnites avaient fait 81 morts et ramené le Liban au bord du conflit, près de 20 ans après la fin de la guerre civile (1975-90).

Lundi, alors que le président Michel Sleimane entamait deux jours de consultations pour désigner un nouveau Premier ministre, Saad Hariri a prévenu que sa formation ne participerait pas à un gouvernement dirigé par un candidat soutenu par le Hezbollah. Un peu plus tôt, l'homme d'affaires et député proche de la Syrie Najib Mikati avait annoncé sa candidature soutenue par le mouvement chiite.

"La crise sert les extrémistes, ça permet de détourner l'attention de dossiers comme l'armement nucléaire de l'Iran", a encore commenté Nicolas Sarkozy, qui souhaite "préserver la miraculeuse diversité du Liban".

Il a ajouté qu'il n'avait "pas renoncé" à la création d'un groupe de contact destiné à surmonter la crise libanaise. Ce groupe comprendrait notamment, outre la France, l'Arabie saoudite, le Qatar, la Syrie, l'Egypte, les Etats-Unis et, pour le Liban, le président ainsi que les chefs du Parlement et du gouvernement. AP

st/cov/nc

 

 

 






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Sarkozy: le Liban « est la victime collatérale » du blocage israélo-palestinien

    1. Gad

      Aveuglement, quand tu nous tiens!

      Qu’est-ce que viennent faire Israéliens et même Palestiniens dans la tentative de débouché sur la Méditerranée de l’Iran panchi’ite et bientôt atomique?

      Qu’en est-il du projet de Grande Syrie que renforce la France, qui existe depuis des lustres, à l’origine de la guerre civile de 1975, lancée par le PSNS, jusque dans ses actuelles conséquences? Et quel rapport peu glorieux avec l’avancement d’une discussion qui n’avance pas, du fait des refus obtus d’un corrompu sans légitimité démocratique, dans l’aspiration à la souveraineté des Libanais? Ils veulent la paix chez eux, c’est déjà pas mal et un gros dossier pour s’occuper, sans passe-droit!

      Au pays des faux-fuyants, les myopes sont rois, avant qu’on se farcisse les filles de borgnes! Drôle de perspective peu cavalière!

    2. DJMIS

      Je suis choqué de l’attitude de Monsieur Sarkosy.

      En t’en que Français et chrétiens, il aurait été plus adéquate de renforcer les liens amicaux entre Israel et la France, depuis 20 ans il y a en France une politique qui me dégoute.

      Ils promettent en permanence monts et merveilles mais toujours Israel est mit de coté par le gouvernement Français, il n’y a pas un pour rattraper l’autre.

      Par contre pour vendre armes au liban ca ils savent le faire alors que nous savons tous que si le hezbollah prends le pouvoir ce sont eux qui contrôleront ces armes.

      Je voudrais comme beaucoup de Francais voir Israel et la France main dans la main, avoir une coopération militaire, aider l’état hébreux si ils en ont besoins.

      Suis tellement en colère et dégouter de l’image pitoyable de la France dans le monde à cause des conflits d’interets et d’orgueil que je n’en dirais pas plus car je deviendrais vulgaire en parlant des politiques francais qu’ils soient de droite ou de gauche.

      VIVE ISRAEL VIVE LA NOUVELLE FRANCE

    3. hann burt

      Les régimes dominant le Proche-Orient craquent de partout. Le pseudo  » Printemps arabe »n’a pas tenu ses promesses et peu à peu le groupe de pays de ce bloc se fissure et se meurtrit. On doit reconnaître son flop. Pire, l’Occident borné et piloté par une femme incompétente jusqu’à la moëlle, Mme Aschton que personne n’ose dénoncer pour son amateurisme, excepté Israël, poursuit son aveuglement et tente par de stupides subterfuges, comme l’analyse de Sarkosy de fournir des arguments de bout de bois. Toutes les démarches entreprises par cette dernière, et l’on sait ce que ça coûte au contribuable ces allers et retours inachevés et inefficaces. Mieux ne pas trop se mêler et garder cet argent, voire l’investir dans autre chose. L’Europe est orgueilleuse et n’a plus les moyens de jouer dans la cour des grands: USA,Chine et Russie, qui de leur coté ne trainent pas les pieds et défendent leurs intérêts immédiats d’abord. L’ONU, pressenti pour sauver le monde est plongée dans une catalepsie dramatique. Le « Printemps Arabe » est son plus bel mélodrame. Il y a tant de tueries et de morts dans tous ces pays islamiques que personne ne sait plus calculer. A cela s’ajoute des centaines de milliers de réfugiés que l’ONU est incapable de gérer. Un monde déboussolé auquel l’Europe et ses médias ne pigent que dalle. Ah, oui, pour donner des leçons de science politique, les conférenciers européens ouvrent grandement leur bec.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap