toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le ministère de la Défense en effervescence


Le ministère de la Défense en effervescence

Des diplomates du gouvernement de Jérusalem estiment que la chute du gouvernement libanais mercredi risque d’entraîner une aggravation de la situation entre le Liban et Israël dès les prochains jours. Yossi Lévy, l’un des responsables du ministère de la Défense, a déclaré: «En principe, ce problème ne concerne que le Liban. C’est une affaire intérieure qui ne devrait pas nous intéresser. Cependant, nous sommes très attentifs à tout changement ou développement possible.» Il a précisé: «Jérusalem a fait passer un message très clair à son voisin, par voie diplomatique indirecte. Nous avons transmis au Liban que son intérêt au niveau régional est de préserver la trêve et de ne pas se laisser entraîner par des provocations ou par des décisions intempestives.»

Onze ministres libanais, membres du Hezbollah ou associés à celui-ci, ont annoncé leur départ du gouvernement libanais, ce qui implique deux conséquences. La première consiste en la chute irrémédiable du gouvernement d’union nationale, et la seconde en l’impossibilité de parvenir à une solution de la crise politique et de la tension croissante qui touchent ce pays. Jeudi, le Hezbollah devrait être désigné comme responsable de l’attentat qui a coûté la vie au précédent dirigeant libanais, Rafiq Hariri, touché par l’explosion d’une voiture piégée en février 2005, et père du présent Premier ministre libanais, Sa’ad Hariri, hôte du président américain Obama.

Le Hezbollah voulait empêcher la vérité d’être dévoilée, concernant le meurtre du précédent dirigeant libanais. Le mouvement chiite voulait influer sur la commission d’enquête chargée d’établir les faits et de désigner les responsables du crime. Il voulait imposer sa propre version des faits. Au moment même où s’est tenue la conférence de presse qui réunissait Obama et Hariri, le ministre libanais de l’Energie, Gibran Bassil, a décidé à son tour de convoquer la presse à Beyrouth pour annoncer le départ de la coalition des ministres représentant le mouvement terroristes ou affiliés à lui. La constitution libanaise stipule en effet que si plus du tiers des ministres abandonnent leur poste, le gouvernement passe alors au statut de «gouvernement transitoire». Or, le camp de Hariri contenait seulement 19 ministres, contre 10 du Hezbollah. L’un des ministres proches d’Hariri, Saïd Hussein, a annoncé lui aussi sa démission, peu après la conférence de presse organisée à Beyrouth ce mercredi.

Loading...

[Mercredi 12/01/2011 20:18]

par Yéochoua Sultan

Israel7







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *