toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Iran ouvre trois fronts dans la guerre secrète contre Israël


L’Iran ouvre trois fronts dans la guerre secrète contre Israël

Lundi soir 10 janvier, Téhéran a lancé une offensive à grande échelle dans sa guerre du renseignement contre Israël, sur trois fronts :

Le Ministre du renseignement Haydar Selahi a annoncé, qu’après une année complète d’efforts, son agence avait réussi à infiltrer les rangs du Mossad, l’agence centrale d’espionnage d’Israël et capturé un réseau d’agents iraniens impliqués dans l’assassinat de l’expert nucléaire iranien Massoud Ali Mohammadi en janvier de l’année dernière. Dans une déclaration séparée, le nouveau Ministre des Affaires étrangères de l’Iran, Ali Akbar Salehi, a prétendu avoir des « preuves formelles » que l’ancien adjoint au Ministre de la Défense, Alireza Asgari, qui était en charge des relations nucléaires et de renseignement avec la Syrie, avait été kidnappé par des agents israéliens à son hôtel à Istanbul, peu après son arrivée de Damas, le 9 décembre 2006.

Téhéran avait exigé que l’incident fasse l’objet d’une enquête par un organisme international.

Loading...

La troisième phase fait étalage d’un antisémitisme flagrant : l’Agence de presse Fars, qui est détenue par les Gardiens de la révolution –CGRI, a offert une nouvelle version de l’accusation de crime rituel fréquemment divulguée par le passé, afin de justifier la persécution des communautés juives. Elle a diffusé un « reportage » prétendant expliquer que les Juifs sont connus pour ajouter le sang d’enfants musulmans, lorsqu’ils cuisent les « oreilles d’Haman », une pâtisserie traditionnellement préparée lors du carnaval de Pourim, qui aura lieu, cette année, le 20 mars.

Cette accusation, ajoutée à la supposée “mise en évidence” du “véritable holocauste”, le massacre des Iraniens [par Mordechaï sous Xerxès I : lCl]  ainsi qu’aux accusations d’espionnage, est susceptible de générer une vague d’antisémitisme systématique contre les 20 000 Juifs qui sont les derniers survivants de cette vieille communauté de plus de 3000 ans.

Nos sources iraniennes rapportent que, durant les dernières semaines, les Juifs d’Iran, craignant pour leur vie, ont adapté ou ébrasé les symboles en forme d’étoile de David à l’extérieur des synagogues et des institutions juives. Dimanche, ils ont recouvert à la hâte les tombes d’Esther et Mordechaï à Hamedan, après avoir assisté aux rassemblements d’étudiants iraniens exigeant de leur gouvernement qu’il cesse de protéger ces tombes comme des monuments sacrés et qu’il leur permette de les démolir.

Lundi soir, un jeune iranien, qu’on a présenté comme Majid Jamali, a été exhibé lors des programmes TV iraniens, revendiquant être un « agent du Mossad » et avoir reçu un entraînement spécial, dans des installations « près de Tel Aviv, sur la route de Jérusalem », à l’usage d’explosifs pour piéger les voitures  d’experts du programme nucléaire iranien.

Son apparition coïncide avec le premier anniversaire du meurtre du Dr Massoud Ali Mohammadi. Les autorités de Téhéran avaient cruellement besoin de faire la démonstration de quelque progrès dans l’enquête qui piétine au sujet de sa mort. D’où la sortie de ce « show » Jamali.

DEBKAfile rappelle que les responsables iraniens ont invariablement montré du doigt Israël, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres puissances de rang mondial, comme responsables de la mort du scientifique. Les cercles de l’opposition iranienne et des gens proches de ses dirigeants, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi ont une autre théorie sur la question : ils sont convaincus que Mohammadi a été tué par des affidées du régime, parce qu’il soutenait la résistance anti-gouvernementale. Une semaine avant son exécution, le scientifique assistait à un rassemblement des partisans de l’opposition, le Mouvement Vert. Et, bien qu’il soit un expert-phare du programme nucléaire iranien, dans les jours qui ont suivi son assassinat, Téhéran a nié qu’il ait pu être associé de quelque façon que ce soit à ce programme.

Learn Hebrew online

Lundi soir, on a produit le jeune Jamali doté de la toute dernière version de la séquence mise en scène à Téhéran, taillée sur mesure pour cette guerre psychologique contre Israël, selon laquelle, il aurait pris part à ce meurtre au nom du Mossad qui l’avait embauché en tant qu’agent. En réalité, a-t-il prétendu, il était membre des Gardiens de la Révolution et employé dans l’une de ses divisions top-secrètes que le Mossad israélien est parvenu à infiltrer.

Les sources iraniennes ont encore renforcé ses déclarations en confiant qu’elles disposaient de photos de Jamali un fusil à la main, parmi ses camarades du CGRI.

Les sources iraniennes de DEBKAfile qui ont observé ces « aveux » sur commande en langue farsi, les ont décrits comme un bric-à-brac amateur plein d’oublis. La plupart des informations qu’il dit révéler au sujet de la prétendue « capture d’espions sionistes » n’a été qu’une redite des déclarations faites par les responsables de la sécurité de Téhéran, la semaine même du meurtre de Mohammadi. Le compte-rendu de ses expériences en tant « qu’agent du Mossad » ne sonnent absolument pas juste. Aucune organisation d’espionnage n’opère selon la façon qu’il a décrite ; cela irait même à l’encontre de la plus élémentaire logique professionnelle.

Loading...

Qui plus est, si jamais il avait été impliqué dans ce meurtre, lui-même et ses complices ne seraient sûrement pas restés attendre sur place qu’on les arrête, mais au contraire, auraient pris leurs jambes à leur cou pour fuir le pays aussi vite qu’ils le pouvaient. Le fait est qu’il se trouvait encore en Iran. Une autre erreur faite sans la moindre précaution dans cette légende concoctée par les services de renseignement iraniens afin de le faire passer pour un « espion israélien » réside dans la façon dont il décrit son arrivée à l’aéroport Ben-Gourion, en disant qu’il a dû passer par le contrôle des passeports.

Il est difficile de concevoir que le Mossad envoie l’un de ses atouts secrets, pour qu’il doive se soumettre à la procédure de contrôle des passeports au beau milieu d’une file d’attente de touristes.

DEBKAfile Reportage exclusif 10 janvier, 2011

Adapté par : Marc Brzustowski

Pour © 2010 lessakele et © 2010 aschkel.info





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *