toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Hessel: une indignation entre antisionsime et antisémitisme à mots couverts


Hessel: une indignation entre antisionsime et antisémitisme à mots couverts

– Entretien avec Stéphane Hessel, Mohamed Bensalah (Quotidien d’Oran, 19 janvier) – Hessel réaffirme que « la Palestine est l’une des situations qui me préoccupe le plus », plus que le Darfour et la Somalie reconnaît-il explicitement… Et il ne se lasse pas de le répéter : « La Palestine, la bande de Gaza, la Cisjordanie, sont ma principale indignation ».

Pour lui, l’erreur des négociateurs en 1947 est d’avoir« sous-estimé l’intelligence sournoise des gouvernants israéliens », rien de moins – mais l’intelligence sournoise n’est-elle pas la caractéristique typique du jui… pardon, du « sioniste » ? Selon Hessel, « l’impunité d’Israël est un drame, une catastrophe, elle a duré beaucoup trop longtemps ».

Il révèle néanmoins qu’il est loin d’être dénué d’humour : « Le rapport Goldstone est parfaitement objectif ».
http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5148197
« […] Le succès d’édition du petit fascicule (un million d’exemplaires vendus) a valu à Stéphane Hessel, toutes les animosités du monde. La paranoïa du CRIF, à l’encontre de la moindre allusion contre Israël fait que plus personne n’ose critiquer les exactions de ses dirigeants au risque d’être taxé d’antisémite, ce qui constitue un comble pour Stéphane Hessel […].

Loading...

Pour avoir osé manifester son indignation contre les bombardements barbares de la population palestinienne, pour avoir dénoncé l’insupportable et inhumain blocus imposé aux Gazaouis, pour avoir manifesté sa réprobation, lors de l’assaut sanglant de la flottille humanitaire internationale, pour s’être, enfin, révolté contre l’incarcération arbitraire du franco-Palestinien Salah Amouri, Stéphane Hessel est constamment pris à parti par la meute menaçante, à la solde des nouveaux fascistes qui usent de formules incendiaires, de diatribes virulentes et même de menaces pour terroriser tous ceux qui osent dénoncer les exactions des autorités d’Israël. Stéphane Hessel, l’homme dont les coups de colère et les coups de gueule contre les dirigeants d’Israël sont bien connus, persiste et signe : « Israël a commis un acte indiscutablement contraire au droit international ». Il faut être soit naïf soit pervers pour penser que de lourdes menaces pèsent sur le pays le plus puissant de la région. […] »

– Le Quotidien d’Oran : Le monde d’aujourd’hui semble de plus en plus instable, de plus en plus insupportable. Comment l’homme de paix au parcours impressionnant, appréhende-t-il l’avenir ? Dans Indignez-vous ! vous lancez un appel. Pensez-vous qu’il sera entendu ?

– Stephane Hessel : Je dis : cherchez un peu, vous allez trouver. La pire des attitudes est l’indifférence, dire « je n’y peux rien, je me débrouille ». […] Tout reste à faire. Nous n’avons toujours pas, pour une bonne partie du monde, ni l’application des droits civils et politiques, ni celle des droits économiques, sociaux et culturels. Cela conduit à des situations graves comme au Darfour, en Somalie ou en Palestine qui est l’une des situations qui me préoccupe le plus.

– Q.O. : A ce propos, vous étiez en poste à l’ONU au moment de l’élaboration du plan de partage de la Palestine et de son adoption en 1948. Comment voyez-vous les choses, soixante ans plus tard ?

– S.H. : Je n’étais pas dans l’équipe qui s’occupait du plan de partage. […] J’avais trouvé, à l’époque, qu’on avait réussi une négociation remarquable, qu’on avait réussi à mettre tout le monde d’accord ! Aujourd’hui, je me dis que nous avons sous-estimé l’intelligence sournoise des gouvernants israéliens qui étaient des sionistes convaincus qui s’étaient dit : « on commence avec 55 % et on ira jusqu’à 100 %. » La victoire israélienne lors de la guerre des Six Jours les a rendus ivres de gloire. Là, j’ai commencé à penser que la politique israélienne était contraire aux droits de l’Homme. Il fallait appliquer les conventions de Genève, il fallait imposer le retrait derrière les lignes de 1967.

– Q.O. : Vous avez signé un appel contre les frappes israéliennes au Liban, en août 2006 et vous avez qualifié de crime de guerre et même de crime contre l’Humanité, l’offensive israélienne dans la bande de Gaza. Cela vous a valu pas mal d’ennuis. Aujourd’hui, vous subissez une répression féroce parce que vous soutenez le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) des produits israéliens des colonies. Votre indignation n’est-elle pas source de préoccupations permanente ?

Learn Hebrew online

– S.H. : Ma plus grande préoccupation est la situation au Proche-Orient. La Palestine, la bande de Gaza, la Cisjordanie, sont ma principale indignation. Il faut absolument lire le rapport Richard Goldstone de septembre 2009. Le juge sud-africain, juif, qui se dit même sioniste, accuse l’armée israélienne d’avoir commis des « actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être, dans certaines circonstances, à des crimes contre l’humanité » pendant son opération « Plomb durci ». J’ai pu à Gaza, vaste prison à ciel ouvert pour un million et demi de Palestiniens, étudier de visu ce que ce rapport disait.

Je partage les conclusions du juge. Que des juifs puissent perpétuer eux-mêmes des crimes de guerre, c’est insupportable. L’impunité d’Israël est un drame, une catastrophe, elle a duré beaucoup trop longtemps. Le rapport Goldstone est parfaitement objectif.

On sait qu’il serait juridiquement nécessaire, moralement indispensable et politiquement très souhaitable de faire pression et de prendre des sanctions contre le gouvernement israélien. Mais qui aura aujourd’hui le courage de mettre un terme à cette impunité ?

Loading...

L’Europe porte une part de responsabilité en laissant faire un gouvernement israélien très violent. Ce ne sont pas les résolutions successives qui suffisent : il faut les mettre en œuvre. C’est là que l’attente vis-à-vis d’Obama est forte. Les choses sont lourdes à faire bouger. Il faut garder confiance ! L’Algérie est un grand pays et un pays de jeunes et ces derniers ont de grands défis à relever. Battez-vous pour cela !
– Q.O. : Aujourd’hui existe un Tribunal Russel sur la Palestine. Comment fonctionne-t-il ?
– S.H. : Selon les mêmes règles de rigueur absolue que celui qui a siégé sur le Vietnam, sous la présidence de Jean Paul Sartre, en 1967. Le TRP a à juger les violations du droit international dont est victime le peuple palestinien. […] Comme membre du comité de parrainage, nous avons, Boutros Boutros-Ghali, Ahmed Ben Bella, Henri Alleg, Noam Chomsky, Eric Cantona, Gisèle Halimi, Mohammed Harbi, Eric Rouleau, Jean Ziegler et beaucoup d’autres. »

Envoyé par Occam

Pour aschkel.info et lessakele





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *