toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Endiguer une bonne fois pour toutes le racisme en Israël – Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach


Endiguer une bonne fois pour toutes le racisme en Israël – Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

En cette fin d’année 2010, un phénomène tout à fait troublant se produit en Israël, à savoir l’apparition d’une forme de racisme à l’endroit des ressortissants non juifs de l‘Etat. L’immigration clandestine d’africains à la recherche d’une qualité de vie dont ils sont dépourvus dans leur pays d’origine, et la mixité des jeunes générations avec des personnes non juives, font craindre une transformation de la nature juive de l’Etat, et naître un réflexe identitaire pour contrer une menace de type existentiel.

Cette volonté de conserver le caractère juif d’Israël s’exprime à travers des manifestations ou des pétitions pour défendre l’honneur des femmes juives. Il en est par exemple ainsi de l’appel des femmes de rabbins, membres du groupe Lehava, qui ont publié une lettre appelant les femmes juives à ne pas s’associer ou travailler avec des arabes, et les invitant à changer d’activité professionnelle, le cas échéant, pour prévenir les dangers résultant d’une relation non maitrisée avec des personnes d’origine arabe. Lors d’une manifestation à Bat Yam, le 23 décembre 2010, il a même été entendu : « Nous ne permettrons pas aux Arabes de prendre nos filles ». De telles manifestations ne font pas l’objet d’une condamnation unanime de la part du gouvernement, à l’instar du Ministre de l’Intérieur, Eli Yishai, du parti ultra-orthodoxe sépharade Shass, qui a qualifié l’augmentation de résidents arabes comme étant une « menace pour l’identité juive ». Inversement, le maire de la ville, Shlomo Layani, a déclaré en « avoir honte ».

S’agissant des tentatives d’infiltrations de migrants africains sur le territoire, des manifestations sont organisées appelant à les expulser ( notamment à Tel Aviv) bien qu’Israël ait pris la mesure du problème avec la construction d’une barrière de sécurité le long de sa frontière avec l’Egypte pour bloquer les principales voies d’entrée des clandestins, ou encore le projet de création d‘un centre de rétention a proximité de cette frontière pour recevoir des milliers d’immigrés, (dont 35.000 sans permis de séjour ont réussi à s’installer en Israël depuis 2006). Ce problème concerne d’ailleurs l’ensemble des israéliens quelque soit leur origine : les bédouins ont décidé de s’associer aux mesures visant à enrayer le phénomène en procédant à un renforcement du contrôle des accès aux frontières. D’aucuns considèrent les mesures comme étant racistes mais le quotidien Yédiot Aharonot analyse la réaction différemment : « il s’agit de marquer l’opposition à l’arrivée de migrants comparable à ce que connaît l’Europe ».

Pourraient également être considérés comme participant du racisme, le manifeste appelant à ne pas louer ou vendre de biens immobiliers aux arabes et les manifestations à Jérusalem de militants de droite qui se disent solidaires de la démarche. Ce climat général qui prévaut en Israël se traduit en tout état de cause et tristement, par l’apparition de comportements violents comme le cas de jeunes juifs qui ont agressé violemment des personnes arabes, le 22 décembre 2010, à Jérusalem ( Les intéressés ont été interpellés par la police).

Afin d’apaiser les tensions, le Premier Ministre Benjamin Netanyahou a appelé la population, le 23 décembre, à une plus grande tolérance : « Nous sommes un Etat de droit, nous respectons toutes les personnes, quelles que soient leurs origines ». Pour sa part, la porte-parole de l’Association israélienne pour les droits civiques, Ronit Sela, considère cette montée xénophobe comme s’inscrivant dans un climat général de « délégitimation » de la minorité arabe et d’hostilité envers des non-juifs. Aussi, le quotidien Haaretz a alors suggéré au président Shimon Péres d’intervenir « pour éteindre les flammes de la haine et du racisme qui se propagent en Israël ».

Il est vrai que depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, les juifs font l’objet d’un rejet de la part des palestiniens qui en ont figé le principe dans les textes fondateurs, charte de l’Olp ou du Hamas. Le racisme, rempart du communautarisme palestinien, s’exprime depuis toujours au moyen de comportements violents pour rappeler le caractère insupportable de la présence juive dans cette partie du monde : tout dernièrement (et comme à l’accoutumée), jets de pierres sur des juifs ou des soldats de Tsahal dans les territoires de Cisjordanie, groupes de personnes arabes qui rouent de coups des soldats israéliens, tentative d‘assassinat d‘un soldat au moyen d‘une arme contondante, (30 décembre 2010 à Hébron), roquettes lancées sur le Sud d’Israël en provenance de la bande de Gaza (sur Ashkelon le 31 décembre 2010) . (Même si en réalité, le Shin Bet a relevé que le nombre d’attaques palestiniennes meurtrières avait été le plus bas depuis ces dernières années : 9 israéliens assassinés en 2010, contre 15 l’année précédente et 452 en 2002.

Désormais, le racisme palestinien prend également la forme de discriminations sur le terrain économique : pour conclure des partenariats avec l’Autorité palestinienne, des sociétés israéliennes doivent s’engager à boycotter les produits en provenance des implantations juives de Judée Samarie ou de Jérusalem Est (ce qui a fait bondir des députés de la Knesset qui envisagent de soumettre un texte interdisant ce genre de pratiques).

Ainsi donc et pour éviter que les juifs ne s’approprient ce type de comportement, et redoutent les risques d’une disparition, il suffit d’appliquer les conditions de mise en œuvre de la démocratie. La démocratie assure liberté et égalité aux ressortissants d’un Etat à condition qu‘ils soient animés, les uns à l’égard des autres, d’un sentiment de fraternité. La France elle-même s’est choisie pour devise « LIBERTE EGALITE FRATERNITE » et la Déclaration Universelle de Droits de l’Homme rappelle dans son article 1er l’obligation pour les individus d’agir dans cet esprit. A défaut, l’Etat encourt la menace d’une destruction, ou d’un recours au totalitarisme pour éviter l’anarchie. Par ailleurs, l’Etat d’Israël doit appliquer le principe d’une interdiction d’un maintien sur le territoire, de personnes non dotées d’un titre de séjour régulier.

Ainsi donc, et tant que l’Islam n’aura pas réglé son problème avec la mort et celui du respect d’autrui, l’Etat juif devra conserver le monopole des orientations politiques en réservant aux seules personnes juives l’exercice des fonctions électives. Par ailleurs, il devra figer le principe d‘une propriété collective juive de la terre d‘Israël.

Grâce à ce mécanisme institutionnel, les personnes qui viennent s’établir en Israël compte tenu des valeurs du Judaïsme, du mode de vie qui prévaut et de la qualité de l’environnement, pourront bénéficier de toutes les libertés dont-elles sont privées dans leur pays d’origine. Le système sera par ailleurs pérenne en raison de l’impossibilité de détruire Israël par le nombre. En effet, la démocratie ne doit pas devenir l’instrument de sa propre destruction. Dans le mécanisme démocratique, la Loi ne vient pas du Ciel pour s’imposer au plus grand nombre mais émane du plus grand nombre pour s’imposer à autrui, et ce, sans considération de sa justesse. L’Etat hébreu n’est donc pas obligé de disparaître pour être agréable à tous ceux qui le haïssent au motif qu’ils sont plus nombreux, d’autant que ce mode de détermination de la Loi ne fait pas partie de sa culture.

Dimanche 2 janvier 2011






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap