toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Afficher ou pas les vérités, le dilemme de Jérusalem


Afficher ou pas les vérités, le dilemme de Jérusalem

Résumé : Le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman ne mache pas ses mots en politique; il rencontre donc souvent des oppositions sur la scène intérieure et à l’étranger. Mais en dépit de son style pas vraiment diplomatique, ses points de vue sur des questions comme le « processus de paix » ou les relations entre Israël et la Turquie sont représentatives d’une grande majorité de l’opinion publique israélienne, et ses analyses sont souvent pertinentes.

Nous sommes inondés de réactions critiques suite aux déclarations tonitruantes du ministre des affaires étrangères israélien Avigdor Lieberman. On trouve qu’il porte atteinte à l’image internationale d’Israel. A l’évidence, le politiquement correct n’est pas sa principale préoccupation. Il faut reconnaître cependant que le style pas très diplomatique de Lieberman, parfois embarassant, est loin de se réduire à un petit parler-vrai. 

Dans une certaine mesure, Lieberman intervient sur le terrain de la politique intérieure, essayant de se poser comme le chef de la droite. Les questions qu’il a récemment soulevées, comme le serment d’allégeance, la loi sur les conversions, et le financement étranger des ONG relevant de la défense des droits de l’homme ont en effet un petit gout de populisme et semblent être des remèdes simplistes à des problèmes complexes.Et la brutalité de son discours a forcé à plusieurs reprises le premier ministre Binyamin Netanyahou, un représentant très typique de l’Etat juif, à publier des mises au point pour prendre ses distances avec l’enfant terrible de la politique israélienne.Netanyahou préfère avoir une image d’homme d’Etat et de responsable avisé. 

Mais voila, Lieberman dit souvent la vérité toute nue. Penchons-nous sur ses propos « provocateurs » et « irresponsables » concernant les Palestiniens et les Turcs. 

Loading...

Les chances de conclure un accord définitif dans un proche avenir avec les Palestiniens, disons dans les 12 à 36 mois, sont en effet nulles, comme Lieberman l’a affirmé. L’Autorité palestinienne n’est pas disposée à faire la moindre concession dans les négociations de paix sur Jérusalem ou sur les réfugiés.Elle refuse de reconnaître Israël comme Etat-nation juif. Lieberman a également raison de dire que l’Autorité palestinienne n’a aucune légitimité pour passer un accord avec Israël.Le régime corrompu d’Abu Mazen survit grace aux baïonnettes israéliennes qui assurent sa défense contre le Hamas. C’est ce que Lieberman a dit, et son analyse est correcte. 

D’ailleurs, son point de vue reflète l’opinion ordinaire d’une grande majorité d’Israéliens. Ils conviennent aussi qu’il n’y a pas de partenaire palestinien pour arriver à une paix pleine et entière. 

Alors, pourquoi est il si terrible de dire la vérité ? 

De même, l’analyse de Lieberman sur le comportement du gouvernement turc en place est tout à fait pertinente. Au cours des deux dernières années, sous l’éide du premier ministre Tayyip Erdogan, la Turquie n’a pas manqué une occasion d’engager un combat contre Israël, et Jérusalem n’y peut rien, sauf attendre des temps meilleurs. La Turquie conduite par Erdogan ne désire pas avoir de bonnes relations avec Israël, principalement parce que sous son impulsion ce pays s’éloigne de l’Occident et donne à sa politique étrangère une coloration de plus en plus islamique. Des sentiments antisémites alimentent également l’hostilité envers Israël. Les Israéliens approuvent le refus de Lieberman d’être le « punching ball de la Turquie ». Ainsi, il est perçu comme insensé de faire des excuses et de payer des compensations à ceux qui ont envoyé les terroristes d’IHH au secours du régime du Hamas à Gaza. 

A vrai dire, l’affirmation de Lieberman que c’est la Turquie qui doit des excuses à Israël semble plus logique. C’est probablement ce qui parait juste à la plupart des Israéliens, qui ont été les témoins du traitement brutal infligé aux commandos navals de leur armée sur le bateau turc aux mains de prétendus « activistes de la paix. » 

De même, la demande de Lieberman pour l’institution d’un serment de fidélité est bien en accord avec l’opinion de la majorité des Israéliens. Les dirigeants arabes israéliens haussent de plus en plus le ton et deviennent violents dans leur soutien à l’irrédentisme palestinien, tandis que les juifs israéliens veulent qu’ils restent sous contrôle. La plupart des Israéliens aussi sentent instinctivement que le rabbinat aux mains des ultra-orthodoxes est beaucoup trop étriqué et malveillant dans son attitude face aux Russes israéliens qui veulent se convertir au judaïsme. 

Learn Hebrew online

Un autre « bingo » pour Lieberman. 

L’attaque de Lieberman contre les O.N.G de gauche qualifiées de cinquième colonne, touche également une corde sensible chez beaucoup d’Israéliens qui en ont assez de voir Israël accusé de violations des droits de l’homme quand il fait usage de la force. Après tout, l’armée fait en permanence des efforts considérables pour aboutir à un comportement admirable. 

La vérité est souvent désagréable. En conséquence, la recherche apparemment noble et incessante d’une formule de paix qui n’existe pas est préférable pour beaucoup au constat de cette mauvaise nouvelle qu’il n’y a aucune chance d’en finir bientôt avec le conflit israélio-palestinien. Les concessions israéliennes incroyablement généreuses consenties par Ehoud Barak et Ehoud Olmert n’ont pas permis d’aboutir à la paix en raison de l’appétit insatiable des Palestiniens. 

Loading...

Néanmoins, il est difficile se débarasser des formules et des interprétations dont on ne veut pas démordre.Le blocage du « processus de paix » et ses conséquences sous-jacentes ne sont pas propices à des vues neuves sur cette impossibilité, 17 années durant, de combler les divergences entre les Israéliens et les Palestiniens. 

De même, réaliser que des initiatives diplomatiques ou des formules intelligentes ne peuvent pas stabiliser les relations avec la Turquie qui a choisi le parti de l’Islam radical n’encourage pas à un optimisme qui serait bien infondé. On ne retient pas l’éventualité qu’ignorer la réalité peut être plus dangereux que poursuivre des politiques peu réalistes. 

Lieberman ne manque pas de pertinence quand il souligne que le flux de fonds étrangers en direction des ONG israéliennes est une question sérieuse qui doit être traités au fond. C’est particulièrement indispensables parce que certaines de ces O.N.G. sont manifestement engagées dans un programme de diabolisation d’Israël caché derrière un discours sur les droits de l’homme. 

Le gouvernement israélien actuel comprend cette déprimante réalité, bien qu’une analyse froide exige probablement de s’accomoder de toutes ces falsifications pour ne pas déplaire au reste du monde.Après tout, dire la vérité pourrait confiner Israel dans un isolement encore plus grand. Mentir, c’est ce que le monde attend de Jérusalem, et au moins à court terme, ces mensonges servent sans doute le mieux les intérêts d’Israël. Mais à plus longue échéance cela peut s’avérer extrêmement coûteux. 

Lieberman n’en a rien à faire. Ill joue le rôle du petit garçon révèle l’imposture sur les habits neufs de l’empereur*. Mais contrairement au petit garçon naïf de cette fable célèbre, Lieberman est un politicien habile. En exposant la vérité dans toute sa nudité il ratisse des votes. Après tout, la vérité a un certain écho parmi les électeurs israéliens. 

C’est là le dilemme d’Israël.Qui défend la ligne diplomatique la plus pertinente et la plus avisée : Netanyahou ou Lieberman ?

Efraim Inbar est professeur de sciences politiques à l’université Bar-Ilan et directeur du Centre d’études stratégiques Begin-Sadate.

Note du traducteur:

L’auteur renvoie au conte d’Andersen : « Les habits neufs de l’empereur ». Dans son habit neuf l’empereur était nu et tout les monde faisait mine de ne pas le voir. C’est alors qu’un petit garçon s’écrie « Mais il n’a pas d’habit du tout ! « …

Article publié le 13 janvier 2011

Ashkel

Lundi 17 janvier 2011






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *