toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Liban/Europe : une filière de djihadistes d’origine palestinienne très dangereux vers l’Europe


Liban/Europe : une filière de djihadistes d’origine palestinienne très dangereux vers l’Europe

Chassés d’un camp « palestinien », une vingtaine de terroristes se seraient infiltrés en Grèce, en Allemagne et en France.

On les surnomme les «reclus de Tamir». Une cinquantaine de dangereux djihadistes, confinés entre un barrage de l’armée libanaise et l’entrée du camp de réfugiés palestiniens d’Ein Héloué, situé en lisière de Saïda, à 30 km au sud de Beyrouth. Certains, comme Ahmad al-Doukhi, ont planifié des attentats contre la Force des Nations unies au Liban (Finul). D’autres sont responsables d’attaques contre l’armée libanaise. La majorité d’entre eux sont des réfugiés palestiniens ; les autres des activistes syriens, saoudiens, yéménites, et quelques Maghrébins venus profiter de l’impunité dont jouissent les camps palestiniens du Liban, où l’armée ne s’aventure pas.


Issus pour la plupart du Fatah al-Islam, mouvement inspiré d’al-Qaida, ces terroristes ont trouvé refuge à Ein Héloué après leur éviction du camp de Nahr al-Barid par l’armée libanaise en 2007. Depuis, ils refusent tout dialogue avec les représentants palestiniens, qui contrôlent le camp avec les services de renseignements de l’armée.

Contacts avec les réseaux dormants

Impossible d’approcher tous ces «wanted». Certains vivent cachés. D’autres ne se déplacent de leur maison à la mosquée qu’entourés d’impressionnantes mesures de sécurité. Face aux pressions, quelques-uns ont choisi l’exil en direction de l’Europe. «Depuis un an, une vingtaine ont fui en Grèce et en Bulgarie. Certains d’entre eux ont réussi ensuite à s’infiltrer en Allemagne, en France et aussi en Belgique», révèle au Figaro le colonel palestinien Mahmoud Issa, principal responsable de la sécurité à Ein Héloué. «Nous avons leurs noms, ajoute-t-il. Nous essayons de les suivre à la trace, en coordination avec les autorités des pays concernés. Mais ce n’est pas facile, ils ont parfois changé d’identité et modifié leur faciès.» Les services de sécurité français nous ont confirmé l’existence de cette nouvelle filière djihadiste vers l’Europe.

Dans une de leurs notes, classée «confidentiel défense», que nous avons pu consulter, les noms de trois djihadistes – Imad Karoum, Youssef Kayed et Ahmad Sidawi – étaient cités. Après avoir réussi à gagner la Syrie, puis la Turquie, ils auraient rejoint l’Europe en empruntant des filières d’immigration clandestine. Des passeurs en Syrie puis en Turquie les ont acheminés, sans passeport, jusqu’en Grèce et en Bulgarie, où ils se sont fait établir de faux papiers d’identité pour quelques centaines de dollars. Certains de ces djihadistes ont été appréhendés à Sofia. D’autres ont été expulsés par les services grecs et bulgares. «Mais pas tous», regrette le colonel Issa.

Loading...

«Ils représentent une menace pour votre sécurité», prévient-il. «S’ils ne sont pas allés en Irak ou en Afghanistan, comme d’autres auparavant d’Ein Héloué, c’est parce qu’on leur a demandé d’aller mener le combat en Europe.» «On?» Al-Qaida? D’autres sponsors régionaux? Le militaire se contente de sourire. Une chose, selon lui, est sûre: «Ces gens-là sont des instruments entre les mains de certaines puissances. Ils n’ont pas de problèmes d’argent. Ils peuvent rester des mois dans leurs maisons à attendre des consignes.»

Tapis dans l’ombre

Si leur capacité opérationnelle est jugée faible, «le danger vient du fait qu’en Europe, ils vont nouer des contacts avec les réseaux dormants de la mouvance djihadiste globale», reconnaît un expert de la sécurité à Beyrouth. En 2005 déjà, un activiste français était parti se former dans un camp au nord de Beyrouth. L’année suivante, deux Libanais avaient été arrêtés en Allemagne, alors qu’ils s’apprêtaient à passer à l’action.

Comment de tels suspects ont-ils pu sortir d’un camp verrouillé par l’armée libanaise? L’histoire d’Abed Fidda est éclairante. Ce membre de Fatah al-Islam, recherché à Beyrouth, a été arrêté puis emprisonné par une faction djihadiste rivale, Osbat al-Ansar, au lendemain d’affrontements qui ont éclaté au printemps à Ein Héloué. Le colonel Issa exigeait sa remise aux autorités libanaises, alors que le chef du Fatah al-Islam menaçait de représailles Osbat al-Ansar si cet activiste était livré.

En dépit des injonctions du responsable palestinien, Osbat al-Ansar a décidé d’organiser discrètement la fuite d’Abed Fidda hors du camp. «Il a échappé à la vigilance de ses gardiens alors qu’il se rendait à la mosquée», se défend un leader du groupe. Où est-il aujourd’hui? En Afghanistan ou en Irak, où Osbat al-Ansar dispose de relais auprès d’al-Qaida? Ou bien tapi dans l’ombre en Europe? D’autres, soumis actuellement à de fortes pressions, pourraient à leur tour prendre la direction du Vieux Continent.


Photo : Des membres du Fatah al-Islam, mouvement inspiré d’al-Qaida, lisent le Coran dans le camp de Nahr al-Barid, au Liban, en mars 2007.

Aschkel.info

Learn Hebrew online








Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *