toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le FATAH’ ou « Ouverture » en Arabe… : toujours « Non, Non, Non, Non, Non, Non, Non et Non ! » Par Khaled Abou Toameh, journaliste palestinien


Le FATAH’ ou « Ouverture » en Arabe… : toujours  « Non, Non, Non, Non, Non, Non, Non et Non ! »  Par Khaled Abou Toameh, journaliste palestinien

Le groupe du Fatah’ soutenu par l’Occident vient de conclure sa 5ème Convention à Ramallah, avec une série de déclarations qui empêchent en fait le président Mahmoud Abbas de parvenir à un quelconque accord avec Israël comportant des compromis.

Le Conseil Révolutionnaire du Fatah’ incluant une centaine d’officiels du parti Fatah’ a dit NON à toute proposition ou idée qui aurait pu ouvrir la voie à un quelconque règlement entre Israël et les Palestiniens.

NON à la reconnaissance d’Israël comme un état Juif.

NON à une solution qui installerait un état Palestinien avec des frontières provisoires

NON à un échange de territoires entre Israël et les Palestiniens

NON à la reprise des négociations, sans qu’Israël ne gèle la construction dans les implantations et à Jérusalem est

NON à une entente entre Israël et les Etats-Unis sur l’avenir du processus de paix

NON à la livraison d’armes américaines à Israël

NON à la reconnaissance de l’importance de sens pour les Juifs du Mur Occidental

NON à la nouvelle loi israélienne demandant un référendum avant tout retrait de Jérusalem ou du Golan.


Avec une telle position, on voit mal comment on peut avancer dans les pourparlers de paix, si jamais ils reprennent. En fait, ce que le Fatah’ est en train de clamer, c’est qu’Israël doit accepter les demandes palestiniennes à 100%, s’il recherche la paix.

C’est le seul OUI que peut offrir le Fatah’!

Cette déclaration ne surprend guère, car c’était l’attitude constante de ce groupe, même au début d’Oslo en 1993, et le Fatah’ a toujours été cohérent dans la définition de sa politique (1) et ses positions n’ont pas changé d’un iota en 2 décennies.


Mais le problème n’est pas le Fatah’, le problème c’est l’ignorance permanente et continue des positions du Fatah’ par les gouvernements de l’Occident. Les médias internationaux sont également à blâmer, car ils ont ignoré ou minimisé les déclarations de ceux qu’on appelait « modérés de Cisjordanie ». Même s’il le voulait, à la lumière de cette déclaration du Fatah’, Abbas ne peut faire aucune concession.

Et le message envoyé à tous les Palestiniens, c’est que personne n’a mandat pour parvenir à un accord avec Israël qui ne satisfasse toutes les exigences énoncées. C’est la raison pour laquelle le communiqué a été publié en arabe dans les médias contrôlés par le Fatah’, afin d’être sûr que chaque mot du message soit lu et bien compris.

Abbas a soutenu cette déclaration bien sûr, jurant qu’il ne ferait aucun compromis sur aucun des droits Palestiniens. Il serait condamné comme un traitre s’il osait faire une quelconque concession sur tous les sujets sensibles, comme le statut de Jérusalem ou le « droit au retour » des réfugiés. C’est pour la même raison que son prédécesseur, Yasser Arafat, a toujours refusé d’accepter, moins de 100% de ses exigences à Camp David en 2000. Abbas sait que la rue arabe et islamique n’est pas encore prête à accepter une solution incluant des concessions significatives à Israël.


Les Palestiniens ont 2 pouvoirs qui veulent les 100%: le Fatah’ qui dit exiger 100% des territoires conquis en 1967, et le H’amas qui exige 100% de toute la Palestine mandataire, y compris le territoire d’Israël !

C’est triste à dire, il n’y a pas de 3ème groupe prêt au compromis et le communiqué final résonne comme un cri de guerre plutôt qu’une déclaration politique, d’autant qu’il se termine par cette phrase « la Révolution jusqu’à la victoire, jusqu’à la victoire, jusqu’à la victoire ! »

Dans cette partie du monde, il est très important d’écouter ce que disent les gens dans leur propre langue – et pas seulement le texte en anglais destiné aux gouvernements occidentaux et aux journalistes.

Traduit par Albert Soued, http://soued.chez.com pour www.nuitdorient.com
Note de la Traduction

(1) Ce qui n’est pas le cas des gouvernements d’Israël, très ambigus ou versatiles quant à leurs objectifs. Et c’est le cas de groupuscules utopistes qui ne cessaient de clamer « la paix maintenant », alors que des Palestiniens éliminaient par attentat-texte suicide des milliers d’Israéliens pendant plus de 5 ans.

Texte envoyé par Albert Soued, que je remercie!

Jerusalem Post – 30/11/10

http://www.hudson-ny.org/1697/fatah-message


Fatah: The Message Remains No and No and No


by Khaled Abu Toameh,

November 30, 2010

http://www.hudson-ny.org/1697/fatah-message


The Western-backed ruling Fatah faction in the West Bank has just concluded its fifth convention in Ramallah with a series of statements that will make it virtually impossible for Palestinian President Mahmoud Abbas to reach a deal with Israel that includes any compromises.

A statement issued by the Fatah Revolutionary Council, which consists of more than 100 Fatah officials, said no to almost every proposal or idea that could have paved the way for some kind of a settlement between Israel and the Palestinians.

No to recognizing Israel as a Jewish state; no to any solution that calls for the establishment of a Palestinian state with temporary borders; no to the idea of a land swap between Israel and the Palestinians; no to any resuming peace talks with Israel unless construction in settlements and east Jerusalem is halted; no to understandings between Israel and the US regarding the future of the peace process; no to supplying Israel with US weapons; no to recognizing the Western Wall’s significance to Jews and no to a new Israeli law that requires a referendum before any withdrawal from Jerusalem and the Golan Heights.

With a position like this, it is hard to see how any progress could be achieved when and if the peace talks ever resume. What Fatah is actually saying is that Israel must accept 100% of our demands if it wants peace. This is the only « yes » that Fatah had to offer.

The Fatah statement should not come as a surprise to anyone: this has in fact always been the faction’s position, especially since the beginning of the peace process with Israel. Fatah has actually been consistent in its policy and its positions have not changed over the past two decades.

The problem is not Fatah as much as it is the Western governments that continue to ignore what Fatah is — and always has been — saying. The international media is also to be blamed for ignoring or downplaying such statements made by the « moderate » Fatah in the West Bank.

Abbas could not make any concessions to Israel in light of the Fatah declaration even if he wanted to.

The message that Fatah has once again sent to all Palestinians is that no one has a mandate to reach a deal with Israel that does not meet all their demands. This is why the Fatah communiqué was published in Arabic in Fatah-controlled media outlets – to make sure that Palestinians read every word and understand the message.

Of course Abbas, who attended the Fatah gathering, has endorsed the statement, vowing that he would not make any compromises on any of the Palestinians’ rights.

Abbas is well aware of the fact that he would be condemned as a traitor if he dared to make any concessions to Israel on core issues such as the status of Jerusalem and the « right of return for Palestinian refugees. »

It is for this reason that Abbas’s predecessor, Yasser Arafat, refused to accept anything less than 100% of his demands at the Camp David summit in 2000.

Abbas knows that the Arab and Islamic street is still not prepared to accept a solution that would include making significant concessions to Israel.

The Palestinians are ruled by two powers that want 100%: Fatah says it wants 100% of the territories captured by Israel in 1967; Hamas wants 100% of all the land, including Israel proper.

Sadly, there still is no third Palestinian party that is willing to stand in the middle.

The communiqué sounds more like a battle cry than a political statement, particularly given the fact that it ends with the declaration: « Revolution until victory, victory, victory! »

In this part of the world, it is important to listen to what people say in their own language — not only what they say in English to US and European governments and journalists.








Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap