toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un boycott qui cache un objectif inavouable par Victor Perez


Un boycott qui cache un objectif inavouable par Victor Perez

Les membres du bureau de JCall, mais pas seulement, ont fièrement paraphé, en réponse à leurs détracteurs, le deux novembre dernier un texte paru dans le quotidien Le Monde s’indignant d’un boycott à l’encontre d’Israël. Un boycott illégal qui évoque de tristes souvenirs et le début d’un temps difficile pour les Juifs d’Europe. Un texte qui, bien sûr, a suscité une réponse de la part de ceux qui se situent systématiquement dans l’opposition à ce pays quoi qu’il fasse.
Le quotidien Le Monde, jamais en retard d’un débat immonde, a donc publié un autre écrit intitulé « Boycotter Israël, c’est lutter pour une paix juste ». Tout un programme ! Il est vain ici de répondre du tact au tact à un texte signé par les éternels pourfendeurs de l’état juif tels que sont les Besancenot, Aounit, Alima Boumédiène-Thiery, Monseigneur Jacques Gaillot ou les ‘’Juifs’’ tels Michel Warschawski, Eyal Sivan, et Yael Lerer. Tous connus, plus ou moins, pour leurs positions politiques nauséeuses de gauche.

Cependant, il nous faut bien nous arrêter sur un passage de ce texte qui résume assez bien le conflit d’opinion entre ces tristes individus et ceux attachés à la réalité. Le mensonge est devenu leur première nature.

« En violant chaque jour le droit international, en commettant des actes criminels comme les bombardements massifs sur Gaza en 2008-2009 ou l’assaut sanglant contre la Flottille de la liberté, en poursuivant le blocus de Gaza, la construction de colonies et l’arrachage des oliviers, Israël ne peut susciter qu’un rejet de plus en plus fort ».
Chacun appréciera donc, de savoir que l’état d’Israël ‘’viole’’ le droit international. Il n’est pas innocent que les signataires restent vagues dans cette accusation et soulève la question de droit. Un droit qui a assuré en 1917 puis 1947 le peuple juif de son droit à l’autodétermination sur la terre de ses ancêtres et non pas ailleurs sur la planète. Pour qui parle de droit, il est étonnant de voir ce droit là, à la base du conflit, ignoré.

Les lecteurs de ce point de vue inique apprécieront également de savoir qu’il y eu des « bombardements massifs » sur la bande de Gaza. Des ‘’bombardements’’ ayant causé le trépas vers l’au-delà de sept cents terroristes (chiffre reconnu aujourd’hui par le Hamas lui-même) sur un total de 1100 morts gazaouis en l’espace de trois semaines. Ce qui dément indubitablement le qualificatif de massif. Mais quand on aime (Israël surtout) on  ne compte pas ! N’est-ce pas ?
Le troisième point de ce paragraphe est « l’assaut sanglant contre la flottille de la liberté ». Chacun, au vu des images diffusées, a pu s’apercevoir que cela s’avérait plutôt être un accueil sanglant envers ceux qui sont venus, avec des paint-ball inoffensifs, prendre possession de navires effectuant un acte de guerre contre Israël afin de porter la ‘’liberté’’ au Hamas et lui permettre d’importer librement quelques munitions pour pouvoir tuer, sans compter, du juif.
« la construction de colonies » sert ici à coller aux Israéliens l’image du colonisateur. Une image pourtant démentie plusieurs fois par les destructions de l’implantation Yamit dans le Sinaï, celles du Goush Katif de la bande de gaza et le retrait décidé récemment du nord du village de Ghajar. Un ‘’colonisateur’’ qui ferait bien pale image auprès des modèles de sociétés que défendent ces piètres signataires.

Le dernier point, « l’arrachage des oliviers » fait bien rire lorsque l’on sait que l’état juif, de plus en plus délégitimé par ce genre d’individus, commence l’année civile avec moins d’arbres qu’il ne la termine. Un pays où une fête religieuse célèbre la plantation d’arbres et où l’écologie n’est pas un mouvement politique mais une éducation à la nature.
En fait, ce petit paragraphe résume assez bien, à lui tout seul, la mentalité de ceux qui s’acharnent contre Israël. Seuls les mensonges, les contre-vérités, les omissions volontaires ‘’autorisent’’ leur guerre contre l’état juif et non pas la recherche de la justice comme proclamé dans leur satire. Au final, ce boycott ne sert pas la paix mais tente de léser le peuple juif dans la défense de sa patrie.

Mais de la part d’extrémistes, fallait-il attendre autre chose ?

Victor Perez

Victor Perez

Victor Perez





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Un boycott qui cache un objectif inavouable par Victor Perez

    1. Gaspar

      Je ne suis pas d’accord. J’aimerai argumenter, et j’ai des arguments, mais je voudrais vérifier que mes commentaires ne seront pas censurés du fait des opinions qu’ils véhiculeront.

      J’attend donc la validation de ce commentaire pour donner mes arguments.

    2. Gaspar

      Citons l’article:

      « En violant chaque jour le droit international, en commettant des actes criminels comme les bombardements massifs sur Gaza en 2008-2009 ou l’assaut sanglant contre la Flottille de la liberté, en poursuivant le blocus de Gaza, la construction de colonies et l’arrachage des oliviers, Israël ne peut susciter qu’un rejet de plus en plus fort ».
      Chacun appréciera donc, de savoir que l’état d’Israël ‘’viole’’ le droit international. Il n’est pas innocent que les signataires restent vagues dans cette accusation et soulève la question de droit. Un droit qui a assuré en 1917 puis 1947 le peuple juif de son droit à l’autodétermination sur la terre de ses ancêtres et non pas ailleurs sur la planète. Pour qui parle de droit, il est étonnant de voir ce droit là, à la base du conflit, ignoré.

      De fait, l’état d’Israël ‘’viole’’ le droit international (est-il nécessaire de rappeler que l’occupation de gaza. Ici l’argument avancé par le chroniqueur est que le droit n’a pas été respecté en 1917 et en 1947. C’est tout a fait vrai. Mais cela justifie-t-il le viol de ce droit? Un génocide en justifie-t-il un autre? La base du droit est de punir, mais de punir dans de juste mesure. Et la punition du viol de 1947 ou de 1917 a été rendue. Nuremberg ça vous dit quelque chose?

    3. Gaspar

      Un état libre oui, un état souverain oui, mais un état agressif envers des voisins déjà a terre, non.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap