toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Discours en français de Stephen Harper sur l’antisémitisme


Discours en français de Stephen Harper sur l’antisémitisme

Voici le discours, en français, du premier ministre du Canada, Stephen Harper, tenu le 1er novembre 2010. C’était un discours sur l’antisémitisme, prononcé devant des dizaines de personnalités politiques internationales.

Il y a deux semaines, j’ai visité l’Ukraine pour la première fois. Sur la place du massacre de Babyn Yar, je me suis rendu compte que je me tenais debout, dans un endroit ou le mal, dans sa forme la plus cruelle, la plus obscène et la plus grotesque, avait été déclenché. Et tandis qu’un mal de cette ampleur est indescriptible et inimaginable, il n’en est pas moins un fait réel, une réalité.

C’est un fait historique. Et c’est une réalité de notre nature qui fait que les humains peuvent choisir d’être inhumains. Tel est le paradoxe de la liberté. Ce super-pouvoir avec d’énormes responsabilités, de choisir entre le bien et le mal.

N’oublions pas que même pendant les heures les plus sombres de l’Holocauste, les hommes étaient libres de choisir le bien. Et certains l’ont fait. C’est la reconnaissance éternelle des Justes parmi les Nations. Et n’oublions pas que même aujourd’hui, il y a ceux qui voudraient choisir le mal et créer un nouvel holocauste. Ils le feront si rien n’est fait pour les arrêter. Le défi est aujourd’hui juste devant nous. En réponse à cette résurgence de l’ambivalence morale sur ces questions, nous devons parler clairement.

Les commémoration de la Shoah ne sont pas seulement un acte de reconnaissance historique. Elles doivent également être comprises et créer un engagement. Il faut comprendre que ces mêmes menaces existent aujourd’hui. Et s’engager à ce que la responsabilité de tous soit éveillée pour lutter contre ces menaces.

Aujourd’hui, dans de nombreuses régions du monde, les juifs sont de plus en plus soumis a des aces de vandalisme, à des menaces, aux insultes et aux mensonges d’un autre temps.

Permettez-moi d’attirer votre attention sur certaines tendances particulièrement inquiétantes.

L’antisémitisme a gagné sa place dans nos universités. Les étudiants juifs y sont attaqués. Et, à l’ombre d’une idéologie haineuse à vocation mondiale, celle qui vise la patrie juive comme un bouc émissaire, les juifs sont sauvagement attaqués partout dans le monde – comme à Mumbai en 2008.

Nous avons déjà vu tout cela par le passé. Et nous n’avons aucune excuse à la complaisance. En fait, nous avons le devoir de prendre des mesures. Et pour cela, nous devons commencer par balayer devant notre propre porte.

Au Canada, nous avons pris un certain nombre de mesures pour évaluer et combattre l’antisémitisme. Mais bien sûr nous devons aussi lutter contre l’antisémitisme au-delà de nos frontières. Nous devons reconnaître que, tandis que sa substance est aussi grossière qu’elle l’était par le passé, sa méthode de contagion est maintenant plus sophistiqué. Exploiter les disparates antisémites, les idéologies anti-américaines et anti-occidentales, l’antisémitisme moderne vise le peuple juif en ciblant la nation juive. L’antisémitisme moderne vise Israël, en tant que source d’injustice et de conflit dans le monde et utilise, de manière perverse, la langue des droits de l’homme pour le faire.

Nous devons sans relâche dénoncer ce nouvel antisémitisme tel qu’il est. Bien sûr, comme tout pays, Israël peut être soumis à la critique. Et comme tout pays libre, Israël se soumet à de telles critiques – c’est d’ailleurs un débat nécessaire pour la santé de la démocratie. Mais quand Israël, le seul pays au monde dont l’existence même est aujourd’hui menacée, est conspué de manière constante, critiqué et dénoncé, il me semble que nous sommes moralement obligé de prendre position. La Diabolisation, les Doubles standards, la Délégitimation, les 3 D, c’est une responsabilité que de leur tenir tête.

Et je sais, parce que j’ai des hématomes pour le prouver, qu’à l’Organisation des Nations Unies, ou dans toute autre instance internationale, la chose la plus facile à faire est simplement d’arriver sur l’estrade et de colporter cette fameuse rhétorique anti-israélienne, pour prétendre être honnête. Il y a beaucoup de choses à gagner en étant anti-israélien. Mais, aussi longtemps que je serais Premier ministre, que ce soit à l’ONU, à la Francophonie ou n’importe où ailleurs, le Canada sera dressera contre cela, quel qu’en soit le coût. Non seulement parce que c’est la bonne chose à faire, mais aussi  parce que l’histoire nous montre, et l’idéologie de la mafia anti-israélienne nous le dit aussi, que ceux qui menacent l’existence du peuple juif sont, à plus long terme, un menace pour nous tous.

Plus tôt, j’ai parlé du paradoxe de la liberté. C’est la liberté qui nous rend humains. Que cela nous mène à l’héroïsme ou à la dépravation dépend de comment nous utilisons cette liberté.

Nous sommes des citoyens libres, mais aussi les représentants élus des peuples libres. Nous avons le devoir solennel de défendre les plus vulnérables, pour vaincre l’agresseur, pour protéger et promouvoir la dignité humaine, à la maison et à l’étranger. Aucun de nous ne sait si nous aurions choisi de faire le bien, dans les circonstances extrêmes, comme ce fut le cas pour les Justes. Mais nous le savons aujourd’hui, il y a ceux qui choisissent de faire le mal, si nous leurs laissons les mains libres. Ainsi, nous devons utiliser notre liberté maintenant, pour les combattre eux et leur antisémitisme, tous les jours.

Notre travail ensemble est un signe d’espoir, tout comme l’existence et la survie de la patrie juive est un signe d’espoir. Et c’est dans ces moments que l’histoire ne doit pas servir à avertir, mais à inspirer. Comme je l’ai dit lord du 60e anniversaire de sa fondation, l’État d’Israël est apparu comme une lumière, dans un monde émergent de l’obscurité profonde. Contre toute attente, la lumière ne s’est pas éteinte. Elle illumine vivement, soutenue par les principes universels qu’ont adoptés toutes les nations civilisées – la liberté, la démocratie, la justice.

En travaillant plus étroitement ensemble, dans notre famille des nations civilisées, nous affirmons et renforçons ces principes. Et nous déclarons notre foi dans l’avenir de l’humanité, dans la puissance du bien sur le mal.

Discours adapté en français par JSSNews.

Europe Israël toolbar

Europe stands with Israel, Groupe Européen de soutien à Israël





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap