toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Archéologie: Il y a 2000 ans, les Juifs donnaient à Jérusalem le même nom qu’aujourd’hui


Archéologie: Il y a 2000 ans, les Juifs donnaient à Jérusalem le même nom qu’aujourd’hui

Découverte d’une pierre de la période du Second Temple comportant une inscription avec l’orthographe complète de Jérusalem 

L’inscription sur cette pierre, rare et unique qui a été retrouvée l’hiver dernier, date de la période du Second Temple (Ier siècle de notre ère) et mentionne Jérusalem pour la première fois en utilisant l’orthographe hébraïque telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Une passionnante découverte à propos de Jérusalem a été présentée pour la première fois ce mardi 9 octobre 2018 ; lors d’une conférence de presse conjointe de l’Autorité des antiquités d’Israël et du Musée d’Israël : une inscription sur pierre unique, datant de la période du Second Temple (Ier siècle de notre ère), mentionne Jérusalem, écrite en lettres hébraïques, et utilisant l’orthographe telle que nous la connaissons aujourd’hui.

L’inscription a été retrouvée l’hiver dernier près du Centre international de conventions de Jérusalem, lors d’une fouille dirigée par Danit Levy de l’IAA, avant la construction d’une nouvelle route. Au cours des fouilles, les fondations d’une structure romaine, soutenue par des colonnes, ont été mises à nu. La découverte la plus importante a été un tambour de colonne en pierre, réutilisé dans la structure romaine, sur lequel l’inscription araméenne apparaît, écrite en lettres hébraïques typiques de la période du Second Temple autour du règne d’Hérode le Grand.

L’inscription se lit comme suit :

« Hananiah fils de Dodalos de Jérusalem »

Le Professeur Ido Bruno, directeur du Musée d’Israël, a déclaré: « En tant que résident de Jérusalem, je suis extrêmement heureux de lire cette inscription, écrite il y a 2 000 ans, en particulier lorsque je pense que cette inscription sera accessible à tout enfant  en capacité de lire. » La coopération importante et intéressante entre l’IAA et le Musée d’Israël, mise en lumière dans le traitement et l’affichage de nouvelles découvertes, offre au public l’occasion de découvrir d’importantes découvertes de tout le pays et d’apprendre sur les anciennes cultures qui se sont développées en Israël au fil des générations « .

Le Docteur Yuval Baruch, archéologue en charge de la région de Jérusalem au sein de l’Autorité des Antiquités d’Israël, et le Professeur Ronny Reich de l’Université de Haïfa, qui ont lu et étudié l’inscription, notent que « les inscriptions datant de la période du premier et du second Temple de Jérusalem sont assez rares. Mais ce qui rend cette découverte encore plus unique est l’orthographe complète du nom tel que nous le connaissons aujourd’hui, alors qu’elle apparaît généralement dans sa version abrégée. Cette orthographe n’était  connue que dans un autre cas, sur une pièce de monnaie datant de la Grande Révolte contre les Romains (66-70 de notre ère). L’orthographe inhabituelle est également  mentionnée dans la Bible, où Jérusalem apparaît 660 fois, avec seulement 5 mentions – d’une date relativement tardive – dans son orthographe complète (Jérémie 26:18, Esther 2: 6, 2 Chroniques 25: 1, 2 Chroniques 32: 9 et 2 Chroniques 25: 1). « 

Selon Dudy Mevorach, conservateur en chef du département d’archéologie au Musée d’Israël, « le contexte archéologique de l’inscription ne nous permet pas de déterminer où elle a été exposée à l’origine ni qui était Hananiah, fils de Dodalos. Mais il est probable qu’il s’agissait d’un artiste -potier, fils d’un artiste-potier, ayant adopté un nom de la mythologie grecque inspiré de Dédale, le célèbre artiste. Il est intéressant qu’il ait décidé d’ajouter son origine, située à proximité de Jérusalem à son nom de famille. »

Dans la zone du Centre international de conventions de Jérusalem (Binyanei Ha’Uma), où cette pièce unique a été découverte, des fouilles ont été menées pendant de nombreuses années – plus récemment par Danit Levy et M. Ron Beeri, de l’Autorité des Antiquités d’Israël, qui a  progressivement mis à nu de vastes portions d’un quartier de potiers, qui construisaient des vases pour Jérusalem pendant une période de plus de 300 ans, couvrant la période hasmonéenne jusqu’à la fin de l’époque romaine. Selon Danit Levy : « Il s’agit du plus grand site de production de poteries anciennes de la région de Jérusalem ».

Dans la dernière partie de la période du Second Temple, en particulier sous le règne d’Hérode, la production était axée sur la fabrication de récipients de cuisson. Les installations de production ont été trouvées réparties sur l’ensemble du site, organisées en unités de fabrication comprenant des fours, des bassins pour la préparation de l’argile, des citernes d’eau en plâtre, des bains rituels et des espaces de travail pour le séchage et le stockage des vases. Parallèlement à la zone de production de la poterie, un petit village s’est développé, dont l’économie était basée sur la production de poterie. Les pots étaient vendus en grande quantité à la population de Jérusalem et de ses environs, ainsi qu’à ceux qui arrivaient à ses portes, en particulier aux pèlerins arrivant dans la ville. Après la destruction de Jérusalem en 70 de notre ère, l’atelier du potier a repris ses activités à petite échelle, jusqu’au début du IIe siècle de notre ère, lorsque la 10e légion romaine a établi son atelier sur le site, pour la production en série de matériaux de construction en céramique – des tuiles, des briques et des tuyaux, ainsi que de la vaisselle, des ustensiles de cuisine et des récipients de stockage, caractéristiques de l’armée romaine. Les fours des légionnaires et leurs produits sont exposés au centre international de conventions de Jérusalem et au Musée d’Israël.

Outre cette inscription unique, deux pièces supplémentaires seront exposées au Musée d’Israël à partir du 10 octobre.

La première est une inscription en mosaïque grecque du VIème siècle de notre siècle, exposée près de la porte de Damas, commémorant la construction d’un bâtiment public à Jérusalem à l’époque byzantine – probablement une auberge de jeunesse – par l’empereur Justinien et un abbé du nom de Constantine. Tous deux sont mentionnés dans une autre inscription commémorant la construction de la grande église de Nea,  mise à nu lors des fouilles du quartier juif dans les années 1970 et déjà exposée au Musée d’Israël. Les deux témoignent du développement de la ville par l’empire il y a quelque 1500 ans, dans le cadre du pèlerinage de masse des chrétiens en Terre sainte au cours de cette période.

Outre les découvertes susmentionnées, une couverture de cercueil du 1er siècle de notre ère, portant une inscription en hébreu indiquant « le fils du grand prêtre » sera exposée. La couverture a été trouvée dans un domaine de village au nord de la ville et témoigne de la grande stature et de la richesse des familles sacerdotales de la période du Second Temple.

L’étude de l’inscription unique sera présentée ce Jeudi 11 octobre 2018, dans la soirée au Musée d’Israël, à l’ouverture de la conférence « Nouvelles études sur l’archéologie de Jérusalem et de sa région » à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

The unique inscription from Jerusalem as it was found in the excavation.

Source Ambassade d’Israël







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Archéologie: Il y a 2000 ans, les Juifs donnaient à Jérusalem le même nom qu’aujourd’hui

    1. Moka

      Pour les négationnistes ,il arrivera un temps ou tous mensonges viendront à la lumière et que la vérité sur Jérusalem rayonnera .Dieu ne tardera pas à accomplir sa Parole.Ils peuvent mentir,falsifier,cacher les preuves de la judaite de Jérusalem mais quand Éternel reviendra sur Ses terres les négationnistes seront obligés de reconnaître qu’ ils avaient tous tord.L horloge tourne et bientôt la supercherie islamique prendra fin.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *