toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Victor Orban devant le Parlement Européen « Le peuple hongrois a décidé que la Hongrie ne deviendrait pas un pays de migrants »


Victor Orban devant le Parlement Européen « Le peuple hongrois a décidé que la Hongrie ne deviendrait pas un pays de migrants »

A la veille du vote des parlementaires européens sur le déclenchement de la procédure de l’article 7 du traité de l’UE, qui entraînerait des sanctions contre la Hongrie, Orban s’est adressé aux eurodéputés pour les dissuader de faire un tel choix.

Le 11 septembre, le dirigeant hongrois Viktor Orban s’est rendu au Parlement européen de Strasbourg, pour dissuader les eurodéputés de voter le déclenchement de l’article 7 du traité de l’UE, celui-ci entraînant la mise en place d’une procédure contre un pays pour prévenir «une violation grave et persistante par un Etat membre des valeurs [européennes]».

Le peuple hongrois a décidé que [la Hongrie] ne deviendrait pas un pays de migrants.

Fustigeant les menaces qui pèsent sur son pays, Viktor Orban a expliqué que, selon lui, ledit rapport «bafou[ait] l’honneur de la Hongrie et du peuple hongrois», insistant par ailleurs sur le pouvoir souverain de ce dernier : «Les décisions hongroises sont prises par les électeurs.» En outre, le dirigeant hongrois a estimé que sa nation était sur le point d’être condamnée parce que «le peuple hongrois a[vait] décidé que [la Hongrie] ne deviendrait pas un pays de migrants».

Ce 12 septembre, les Parlementaires européens sont en effet invités à sanctionner la Hongrie sur proposition d’un rapport présenté par l’eurodéputée néerlandaise Judith Sargentini (Gauche verte), le document s’appliquant à mettre en avant «un risque clair de violation grave par la Hongrie des valeurs sur lesquelles l’Union est fondée». Parmi les 12 points reprochés à Budapest dans le document, on retrouve le «fonctionnement du système constitutionnel et électoral», l’état des «droits économiques et sociaux» ou encore l’état des «droits fondamentaux des migrants» dans le pays.

Capture d'écran de la présentation du rapport visant à sanctionner la Hongrie

Capture d’écran de la présentation du rapport visant à sanctionner la Hongrie

Dans son allocution devant les députés européens, le dirigeant hongrois s’est montré déterminé à tenir tête aux «forces pro-immigration» expliquant qu’il n’accepterait pas qu’elles fassent «un chantage» et qu’elles calomnient la Hongrie «sur la base de fausses accusations».

De son côté, la rapporteuse du document, Judith Sargentini, avait harangué ses semblables de la sorte : «Laisserez-vous un gouvernement bafouer sans conséquences les valeurs sur lesquelles cette Union [européenne] s’est construite ? Ou ferez-vous en sorte que les valeurs de cette Union soient plus que de simples mots écrits sur un bout de papier ?»

Procédure de l’article 7 : une première au Parlement

En décembre 2017 déjà, la Commission européenne avait décidé de déclencher de façon inédite la fameuse procédure de l’article 7 à l’encontre de la Pologne qui encourrait ainsi de lourdes sanctions en raison de certaines réformes judiciaires de Varsovie controverséesau sein de l’Union européenne.

Mais, comme l’explique l’agence AFP, c’est la première fois que le Parlement européen fait usage de son droit de lancer la procédure.

Quant au vote qui doit en résulter, s’il s’annonce serré, il exacerbe la discorde des parlementaires au sein de certains groupes. A l’image de cette division, la première formation politique représentée au Parlement européen, le Parti populaire européen (PPE), regroupe en son sein le parti hongrois anti-immigration de Viktor Orban (Fidesz) mais aussi celui d’Angela Merkel (CDU), la chancelière allemande étant de son côté à l’origine d’une politique d’ouverture migratoire massive, l’Allemagne ayant accueilli un million de migrants en 2015.

Dépité face à ce nouveau scénario de division, l’eurodéputé Guy Verhofstadt (Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe), qui s’était déjà lamenté d’une potentielle disparition de l’Europe en pleine négociation sur le Brexit, a cette fois imploré ses homologues du PPE : «S’il vous plaît, arrêtez ce cauchemar.»







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Victor Orban devant le Parlement Européen « Le peuple hongrois a décidé que la Hongrie ne deviendrait pas un pays de migrants »

    1. Vov

      Attention, la Hongrie n’hésitera pas de claquer la porte à l’UE en cas de persistance, elle ne se pliera pas aux caprices des gauchos-fachos dont les pouvoirs commencent à s’éfritter à vue, voir même d’autres pays de l’UE risquent de prendre la même direction !

      L’Europe va se dissoudre comme elle s’est bricolée, de bric et de brac et surtout de corruptions bien socialistes !!!

    2. esther

      Si la Hongrie ne veut pas devenir un pays de migrants comme la France, l’Allemagne, la Belgique, elle doit retourner dare-dare dans le giron russe avec la Pologne, la Slovaquie et la Tchéquie car l’Europe de l’Ouest est finie. L’Italie en mettant Salvini à l’Intérieur a commencé à prendre une bonne décision : il faut que le peuple persiste dans cette direction mais si l’UE sanctionne à chaque fois les gouvernements de ces pays, la situation devient intenable et c’est l’UE qui doit exploser : je fais la fête ce jour-là.

      PS : Je viens de parler à mes amis américains : dans les Etats de Washington et de l’Idaho, les télés et radios parlent peu de l’ouragan « Florence » alors qu’en France, les médias n’arrêtent pas de nous rabattre les oreilles avec ce cyclone, typhon…. La France qui pratique l’antiaméricanisme primaire depuis De Gaulle au moins, est obsédée par ce qui se passe aux USA, même le moindre pet : je n’ai jamais compris cette folie française, cette schizophrénie, à moins que les médias français espèrent imputer le nombre de morts, s’il y en a, à Donald Trump.

    3. marco

      merde in france ,de toute l europe ,du monde on subit les pires poly-tiques ,ces horribles bestioles qui tuent la bete a trop pomper le sang ,lui inoculent les germes pathogenes (migrons )je sais que Dieu eprouve ceux qu il veut sublimer mais la avec nos poly–tiques ca devient tres tres dur ,,il a vraiment prit les pires saloperies .Proverbe 16/4 « L Eternel a tout fait pour un but ,meme le mechant pour le jour du malheur « 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *