toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Parlement européen adopte une motion punitive contre la Hongrie qui dénonce «une petite vengeance des politiciens pro-immigration»


Le Parlement européen adopte une motion punitive contre la Hongrie qui dénonce «une petite vengeance des politiciens pro-immigration»

Le Parlement européen a voté pour demander à l’Union européenne de lancer l’article 7, procédure radicale permettant à Bruxelles de sanctionner la Hongrie, qu’elle accuse de mettre à mal les «valeurs» de l’Union européenne.

Par 448 voix pour, 197 contre et 48 abstentions, le Parlement européen de Strasbourg a adopté une motion inédite le 12 septembre permettant de déclencher l’article 7 contre la Hongrie. Cette procédure radicale permet à Bruxelles de sanctionner le gouvernement de Viktor Orban en raison d’«une violation grave et persistante par un Etat membre des valeurs [européennes]».

La Hongrie dénonce «une petite vengeance des politiciens pro-immigration»

La réaction de Budapest ne s’est pas fait attendre. Le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, a ainsi déclaré à l’issue d’une réunion gouvernementale : «La décision d’aujourd’hui n’est rien de moins qu’une petite vengeance des politiciens pro-immigration contre la Hongrie». «Cette décision de condamner la Hongrie et le peuple hongrois a été prise alors que nous, Hongrois, avons prouvé que la migration n’est pas un processus nécessaire et qu’il est possible de stopper l’immigration», a-t-il ajouté.

La France a également réagi, par la voix de l’Elysée, en saluant «la position du Parlement européen» sur la Hongrie, qualifiant cette décision de «signal très fort». Le vote du 12 septembre a eu lieu sur proposition d’un rapport présenté plus tôt par l’eurodéputée néerlandaise Judith Sargentini (Gauche verte). Parmi les 12 points reprochés à Budapest dans le document, on retrouve le «fonctionnement du système constitutionnel et électoral», l’état des «droits économiques et sociaux» ou encore l’état des «droits fondamentaux des migrants» dans le pays.

Invité à plaider sa cause devant les eurodéputés la veille à Strasbourg le 11 septembre, le Premier ministre hongrois avait jugé que ledit rapport «bafou[ait] l’honneur de la Hongrie et du peuple hongrois», insistant par ailleurs sur le pouvoir souverain de ce dernier : «Les décisions hongroises sont prises par les électeurs.»

En outre, le dirigeant hongrois a estimé que sa nation était sur le point d’être condamnée parce que «le peuple hongrois a[vait] décidé que [la Hongrie] ne deviendrait pas un pays de migrants». Le Premier ministre nationaliste a régulièrement fait part du refus de son gouvernement d’accepter les quotas de répartition de migrants imposés par Bruxelles.

C’est la première fois que le Parlement européen use de son droit d’initiative pour demander au Conseil (les Etats membres) de se prononcer sur la situation de l’Etat de droit d’un pays membre. En décembre 2017, la Commission européenne avait néanmoins lancé la même procédure à l’encontre de la Pologne.

Le vote de ce 12 septembre signifie concrètement que les autres Etats européens doivent désormais décider de mesures contre la Hongrie, la plus sévère étant de retirer à Budapest ses droits de vote au sein de l’Union européenne. Ce scénario semble toutefois peu probable, certains alliés de Viktor Orban, comme la Pologne, pouvant bloquer ces actions extrêmes qui requièrent l’unanimité.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Le Parlement européen adopte une motion punitive contre la Hongrie qui dénonce «une petite vengeance des politiciens pro-immigration»

    1. Filouthai

      C’est une honte.
      Le parlement européen s’oppose à la volonté du peuple hongrois.
      Il faudra s’en souvenir aux prochaines élections.

    2. esther

      Le groupe du Visegrad (Pologne, Slovaquie, Tchéquie et Hongrie) retournera dans le giron de la Russie si l’UE les sanctionne et une seconde Guerre Froide de plus grande puissance verra le jour. Et c’est l’UE qui perdra car elle sera disloquée puis dynamitée.

    3. alauda

      197 contre + 48 abstentions = 245.
      Les 448 punisseurs ne représentent pas même les 2/3 des voix.
      S’ils jouent trop sur la masse à la trique, le cheval cabré risque de s’emballer.

    4. Pinhas

      Seuls les dirigeants censés ne veulent pas mettre leur population en danger de mort.
      Si ils s’agissait de recevoir des gens reconnaissants et pacifics il n’y aurait pas de problème mais ici …..

    5. david

      Ce que l’UE donne comme subventions au groupe Visegrad, la Russie peut très bien le leur donner. Ces pays d’Europe de l’Est n’auraient jamais dû entrer dans l’UE et rester sous le parapluie russe; je dis à ces pays qu’il n’est jamais trop tard pour rentrer dans leur foyer et pour arrêter de fréquenter cette boîte de nuit remplie de prostituées immigrationistes que forme l’UE ouest-européenne qui les a attirés pour mieux les laisser tomber comme le font toutes les traînées.

    6. Patrick C

      Voilà ce qu’est cette europe de malades! Obliger un peuple à accepter des criminels étrangers venus pour nous tuer et virer de chez nous est proprement scandaleux. Chacun doit être libre de décider de son sort. La France veut prendre en son sein ces assassins africains, c’est son problème mais si les autres n’en veulent pas c’est leur problème. Personne ne doit obliger un peuple à nourrir ses futurs assassins

    7. Sam O'Var

      Ah le rictus de satisfaction de cette eurodéputée Verte néerlandaise lorsqu’elle s’est fait applaudir après sa haineuse diatribe contre la Hongrie et le peuple hongrois! Encore une qui préfère à son prochain l’Autre très très lointain!

    8. Ariel ABECASSIS

      Les Juifs soutiennent massivement le Premier Ministre, le gouvernement et le peuple Hongrois, contre la vermine européenne polluant Bruxelles.

      Ce n’est certainement pas la pouffiasse à déchets antisémite mogherini, ni l’alcoolique chronique junckers, ni la mère kel et ses démangeaisons nazis, ni à plus forte raison, la pitoyable macronette des merdia, président des déchets et autres souchiens de francekipu, qui peuvent juger la logique et très sensée décision hongroise de refuser l’invasion.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *