toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Donald Trump au roi Abdallah en plaisantant « Sans accord de paix, Israël pourrait avoir un premier ministre Mohammed »


Donald Trump au roi Abdallah en plaisantant « Sans accord de paix, Israël pourrait avoir un premier ministre Mohammed »

Le président américain Donald Trump aurait déclaré au roi de Jordanie Abdallah II à la Maison Blanche il y a quelques semaines qu’en l’absence d’une solution négociée au conflit israélo-palestinien, Israël aurait, d’ici quelques années, un Premier ministre répondant au nom de Mohammed.

Le président américain n’aurait plaisanté qu’à moitié après qu’Abdallah a averti que de nombreux jeunes palestiniens voulaient dorénavant « un seul état avec des droits égaux »

Le président américain Donald Trump aurait déclaré au roi de Jordanie Abdallah II à la Maison Blanche il y a quelques semaines qu’en l’absence d’une solution négociée au conflit israélo-palestinien, Israël aurait, d’ici quelques années, un Premier ministre répondant au nom de Mohammed.

Cette déclaration présumée de Trump a été détaillée dimanche soir par la Dixième chaîne israélienne qui l’a qualifiée de « sarcastique » et de « à moitié facétieuse » mais contenant toutefois une part de vérité. La chaîne de télévision a expliqué que ses informations avaient été confirmées par un responsable israélien et un ancien responsable américain qui avaient tous les deux bénéficié d’un compte-rendu sur cette rencontre organisée à Washington. Mais la Maison-Blanche tout comme l’ambassade Jordanienne ont refusé toute demande de commentaires.

Selon Barak Ravid de la Dixième chaîne, qui a posté dans la soirée de dimanche une version en anglais de son récit sur le site Axios où il a affirmé que des « diplomates français » anonymes étaient ses sources, la déclaration faite par Trump lors de son face à face avec le roi Abdallah a été également transmise par le souverain jordanien au ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian au cours d’un entretien à Amman, le 2 août.

Racontant à Le Drian sa conversation avec le président américain à la Maison Blanche, à la fin du mois de juin, Abdallah aurait indiqué avoir dit à Trump que « de nombreux jeunes Palestiniens ne veulent plus d’une solution à deux états mais ils préféreraient vivre aux côtés des Israéliens dans un seul état, avec des droits égaux pour tous… Le résultat est qu’Israël perdra son caractère juif ».

Trump aurait alors répondu que « ce que vous dites est cohérent. [Dans un scénario à un seul Etat], le Premier ministre d’Israël pourrait bien dans quelques années porter le nom de Mohammed ».

A un autre moment de la conversation, selon le reportage diffusé à la télévision, le roi aurait vivement recommandé à Trump de ne pas présenter « votre plan de paix maintenant : Il y a de trop grandes difficultés actuellement. Il n’est pas nécessaire de se presser pour présenter le plan américain de paix ».

Ce à quoi Trump, nullement impressionné, aurait répondu : « Je veux faire avancer un accord de paix au Moyen-Orient parce que si mon administration échoue à le faire, alors aucune autre n’en sera capable ».

Le souverain aurait également regretté ne pas avoir encore vu la proposition américaine très attendue, pas plus que les pays européens. L’article paru sur Axios établit que « le roi a indiqué qu’il avait insisté auprès de Trump sur le fait que, pour que le plan soit acceptable, il devait être tout d’abord présenté aux états européens et arabes concernés pour obtenir leur soutien, et il a regretté que cela n’ait pas encore été le cas ».

Le reportage de la Dixième chaîne a présenté le contenu ostensible de la conversation en hébreu seulement. Elle a déclaré que Trump avait parlé de façon sarcastique et qu’il plaisantait à moitié lorsqu’il avait évoqué la possibilité d’un Premier ministre appelé Mohammed, tout en notant qu’il y avait une part de vérité dans chaque plaisanterie.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) rencontre le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian le 26 mars 2018. (Kobi Gideon/GPO)

Dans un discours public prononcé alors qu’il accueillait Abdallah à la Maison Blanche, le 25 juin, Trump avait noté qu’il y avait eu « beaucoup de progrès » réalisés au Moyen-Orient, mais il n’avait pas spécifié les secteurs d’amélioration particuliers. Abdallah a récemment rencontré en Jordanie Jared Kushner, le gendre et le conseiller de Trump qui travaille sur la proposition de paix américaine.

Trump avait ignoré une question portant sur la date à laquelle la proposition de paix serait rendue publique, mais avait indiqué que « nous nous en sortons très bien » au Moyen-Orient.

Kushner, qui a également rencontré d’autres hauts-responsables régionaux et notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a pour sa part fait savoir que le plan serait bientôt porté à la connaissance de tous. Il devrait rencontrer l’opposition féroce des Palestiniens, qui ont rompu les contacts avec les Etats-Unis suite à la reconnaissance par Trump de Jérusalem en tant que capitale israélienne.

Au cours de sa tournée dans la région, Kushner n’a rencontré aucun responsable de Ramallah. Ces derniers ont tous refusé de rencontrer des représentants américains depuis la décision de Jérusalem prise au mois de décembre.

Les responsables palestiniens ont également exprimé de vives critiques de Trump et de ses envoyés.

Le quotidien Israel Hayom a fait savoir au moment de la visite d’Abdallah à Washington que de hauts-responsables d’Egypte, de Jordanie, d’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis avaient indiqué à l’équipe américaine qu’ils se préparaient à appuyer le plan de paix de l’administration Trump, et ce même en cas de rejet des Palestiniens.

Source Timesofisrael







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 11 thoughts on “Donald Trump au roi Abdallah en plaisantant « Sans accord de paix, Israël pourrait avoir un premier ministre Mohammed »

    1. david

      Israël ne doit jamais intégré les territoires palestiniens à l’Etat-Nation juif : ces territoires doivent rester sous contrôle israëlien à cause du problème sécuritaire et à cause du terrorisme endémique et c’est tout.
      En ce qui concerne Israël même, les ultra-orthodoxes juives font huit enfants par femme (ils représenteront 20 % de la population juive en 2040) et les autres juives presque trois ajouté aux 7000 juifs qui font leur alyah chaque année : il faut combattre le nombre d’arabes israëliens par le taux de fécondité des femmes juives et par l’alyah pour que les juifs soient majoritaires en Israël d’autant plus qu’il ne faut qu’une mère juive ou même une grand-mère juive du côté maternel si l’enfant est élevé dans le judaïsme pour être considéré comme juif.

    2. gregory

      Je n’ai pas confiance en ce plan de paix, même avec TRUMP à la manœuvre.

      Il y trop d’intérêts en jeux pour que cela soit profitable à Israël!

      Le déplacement de l’ambassade US m’apparait comme une prime à la trahison!

      C’est grave docteur?

    3. rachel

      ambigue cette phrase, faut croire que d un cote ou d un autre, ce n est pas bon pour Israel, je suppose que utiliser notre democratie et la demographie soient les meilleures armes pour les musulmans, pour s etendre, ou le voit deja dans le monde !

    4. Tamara

      On fait parler certains dirigeants ou souverains installés comme si leurs paroles étaient importantes. Le roi devrait plutôt déclarer que le pays des palestinistes est son pays qui lui a été donné!!!!! Tant d hypocrisie de part et d autre ne fait pas avancer l Humanité. Seule Israel dans tous ses droits et sa souveraineté est le synonyme de l Humanisme. Quant à un seul Etat c est risible et grotesque. Non la dolution est au moins en Jordanie et le toi devrait voir la réalité.

    5. Robert Davis

      Je suis étonné que Trump plaisante de cette manière stupide et contre productive : évidemment que si on ne fqit rien devant un feu qui avance sur vous on brûle mais si on faisait quelque chose d’intelligent comme d’expulser les arabes, Israel ne risquerait pas d’avoir un PM du nom de mohamed à l’avenir. Quant au « négociations » elles ne sont qu’un autre moyen d’avoir un mohamed pour PM, ce n’est PAS la bonne solution.

    6. Robert Davis

      Tamara : je suis entièrement d’accord avec vous mais c’est aux Israéliens qu’il appartient de se défendre. Si leur stupide PM ne fait rien etr ne dit rien de favorable aux intérêts d’Israel il est évident que les pays étrangers ne peuvent pas se montrer plus royalistes que le roi. Tout est de la fautes des stupides « leaders » d’Israel qui ont peur de tout.

    7. ixiane

      Dans l’ETAT NATION DU PEUPLE JUIF , les postes suprêmes de l’ETAT ne peuvent pas être attribués à des Etrangers et cela doit figurer dans la CONSTITUTION !! Quand Abdallah prendra un 1er ministre Juif , ou l’IRAN , on en reparlera !! Tous les arabo-musulmans doivent être considérés comme des résidents dont la nationalité est  » palestinien oriental  » c-à-d Jordaniens !!! ( ils tiennent à leur drapeau , à leur langue )
      Un israélien arabe est celui qui arbore le drapeau à l’étoile de DAVID , qui sert sa Nation et qui chante l’hymne national ! Est-ce compliqué ?? Il faut du courage et balayer les critiques de l’ONU !!!!
      Et bien sûr , le droit de vote pour la tête de l’ETAT , doit être limité à ceux qui honorent le Pays !!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *