toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Macron, l’islam et les religions: les républiques de la « partition »


Macron, l’islam et les religions: les républiques de la « partition »

Las de la République française « une et indivisible », Emmanuel Macron semble vouloir régner pour mieux diviser. Et créer de petites républiques religieuses de France…


Emmanuel Macron a entrepris de faire du cauchemar éveillé de François Hollande une réalité. Dans Un président ne devrait pas dire ça, l’ancien président de la République reconnaissait qu’il y avait « un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute. », et de s’effrayer ensuite : « Comment peut-on éviter la partition ? Car c’est quand même ça qui est en train de se produire : la partition ».

La « partition », sa solution

La « partition » dont parlait François Hollande était évidemment celle du territoire national. Un pour les musulmans, un autre pour les non-musulmans. L’ex-président en parlait comme d’un risque. Pour sa part, son successeur a simplement imaginé d’en faire la solution. En effet, le président de la République française, Emmanuel Macron, ne propose rien moins que de rompre avec l’unité territoriale et politique de la nation… dans l’espoir d’acheter la paix sociale aux islamistes.

Une stratégie de dépècement du territoire national est à l’œuvre. Mais pour éviter qu’elle ne provoque un tir de barrage unifié, chaque étape du dépècement a été étalée et disjointe des autres séquences.

Attention à la laïcité !

La première étape a été politique, psychologique et communicationnelle. En décembre 2017, lors d’une réunion organisée par l’Elysée avec les représentants des six principales religions, Emmanuel Macron se serait « interrogé de manière critique sur la radicalisation de la laïcité ». Rien n’a filtré de cette réunion hormis cette petite phrase, à dessein sans doute. Le credo présidentiel y est tout entier contenu : c’est l’hostilité aux religions invasives du champ de la laïcité qui est le problème et non pas l’islam politique.

Ce n’est bien sûr pas l’église catholique qui souffre depuis 1905 du lien rompu avec l’État qui risquait de faire ombrage à cette conception très personnelle de la laïcité. Cependant, pour se faire un allié de cette même hiérarchie catholique, en avril 2018, Emmanuel Macron a répondu à l’invitation de la Conférence des évêques de France. Ainsi, dans le somptueux décor du Collège des Bernardins, devant plus de 400 personnalités catholiques, le président de la République française a-t-il livré un discours fleuve, érudit et lyrique, vide de toute proposition, hormis une allusion à « réparer » le lien « abîmé » entre l’Église et l’État. L’adoration des hiérarques catholiques fut totale. En juin 2018, il a suffi ensuite au président de devenir chanoine de Latran, comme ses prérogatives présidentielles l’y autorisent, de réaffirmer sa volonté « d’approfondir nos relations d’amitié et de confiance avec le Saint-Siège » pour achever de ligoter les catholiques – en tout cas leur hiérarchie – à sa personne, à défaut d’avoir formulé un projet.

Tout le pouvoir aux soviets !

La deuxième étape de la stratégie d’Emmanuel Macron a été de lancer un processus d’autonomisation de certains territoires de France en confiant les clés de la politique de la ville aux musulmans eux-mêmes. En mai 2018, très habilement, notre président a d’abord rejeté le rapport Borloo qui préconisait de réitérer une politique qui a d’ores et déjà échoué ; une politique consistant à acheter la paix sociale à coups de milliards d’euros dans les banlieues et les « no go zones » françaises. Emmanuel Macron a fait mieux : il a créé le Conseil présidentiel des villes, une structure de conseil politique, composée en majorité de notables musulmans et pour le reste de représentants d’associations qui travaillent dans les banlieues. Cette instance saura, on n’en doute pas, infléchir progressivement les fonds et les structures qui caractérisaient l’ancienne politique de la ville, vers des projets plus conformes aux vœux d’autonomisation des islamistes. Rien n’est définitivement établi car on ne bouscule pas aisément des institutions (Caisse des dépôts) et des dispositifs financiers (Agence nationale pour la rénovation urbaine, ANRU ; Office français de l’intégration et de l’immigration, OFII…). Mais, par impulsions successives, il n’est pas exclu que ce Conseil présidentiel, qui se réunit tous les deux mois, sache faire les bons choix.

Rappelons que cette idée de confier les clés de certaines villes aux associations (musulmanes) n’est pas nouvelle. Elle a été formulée pour la première fois par le conseiller d’État Thierry Tuot, dans un rapport intitulé La grande nation : pour une société inclusive, remis en février 2013 au Premier ministre de l’époque, Jean-Marc Ayrault. La principale proposition du rapport Tuot consistait précisément à transférer l’exercice de la politique de la ville aux associations, le rôle de l’État consistant seulement à les subventionner.

Pour compléter le dispositif, deux cavaliers législatifs ont été votés dans la « Loi de confiance », fin juin 2018. Le premier a aboli une large partie de la loi de 1905 sur le financement des cultes en dispensant les associations culturelles d’avoir à se déclarer comme groupes de pression. Cette mesure ouvre donc clairement la voie à un lobbying sans traces. Quant au second, il autorise les cultes à louer des biens immobiliers légués aux églises en contravention de la loi de 1905. Cette fois-ci, c’est un financement capitalistique des cultes qui se trouve ainsi permis.

Finance-toi toi même

La troisième étape est à venir et a fait l’objet d’une fuite dans Le Monde. Elle concerne l’autonomisation financière du culte musulman avec la taxation du hallal et des pèlerinages. Le projet tel qu’il se dessine à partir de cette note vise à supprimer toute anarchie dans les financements accordés par les pays d’origine. Il entend en outre construire un clergé musulman, franco-français sur le plan financier qui s’affirmerait respectueux – sur le papier – de la tradition républicaine. Mais quand on sait que l’imam de Brest, celui qui déclarait que la musique transformait l’auditeur en singe et en porc, est devenu en 2017, « référent-laïcité » diplômé de l’Université de Rennes, il est permis quelques doutes sur l’objectif recherché. La nomination d’un grand imam en la personne de Tareq Oubrou, Frère musulman à visage humain, constituerait la clé de voûte d’un édifice qui une fois finalisé correspondrait à un petit califat à la française. Le gouvernement aurait alors sans doute l’interlocuteur musulman qu’il cherche depuis vingt ans. Toutefois, sera-t-il encore en position de négocier quoi que ce soit puisque tout aura été consenti au préalable ? En effet, dans ce dispositif tout entier composé de carottes, aucun bâton n’a été pensé ni inséré.

En 1627, le cardinal de Richelieu a pris d’assaut La Rochelle, pour ramener les protestants dans le giron de l’État. En 2018, Emmanuel Macron fournit l’argent, le ciment et les pierres aux Français musulmans pour qu’ils bâtissent les murailles de leur citadelle communautaire, loin, très loin de la République et de la nation.

Yves Mamou – Causeur





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



    Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

    Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


    Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Macron, l’islam et les religions: les républiques de la « partition »

    1. andre

      On aurait du s en douter des son discours électoral de MarseIlle (« je vois des Tunisiens » (Wouaah dans la salle)… »je vois des Algeriens » (Wouaah dans la salle)… Le rôle d un futur président n aurait il pas été de dire « je vois des Francais » ?

    2. gregory

      Il a mis le doigt dans l’engrenage son bras va s’écraser et le corps du clown va se transformer en purée.

      La ficelle est trop grosse la France va réagir et bouter l’appentis sorcier hors du système.

      On dit que plus c’est gros plus ça passe, mais dans ce cas ça ne passera pas même si on traite les opposants de nazis ou qu’on leur coupe les vivres.

    3. Pinhas

      Ce type est complètement vendu aux muzz et il sait qu’il leur doit tout…
      Il n’est pour eux qu’une mouche prise dans leur toile .
      Il n’a plus aucune retenue et dénigre les Français et ceux qui se sont sacrifiés pour elle.
      Quand je pense que ce vendu a osé affirmer en algérie que la France a commis un crime contre l’humanité lorsque nous étions en guerre !!!!!
      Il est dégueulasse.

      Maman Brigitte micron est un paravent qui masque le petit monstre qui vend la France et son âme au démon islam.

      Tiendrons nous jusqu’en 2022 ? .

    4. gregory

      C’est lui qui ne tiendra jamais jusqu’en 2022 ses supports politiques vont le lâcher tour à tour, il ne restera que l’UOIF pour le soutenir.

      Cette politique opportuniste confirme que l’invasion arabo-musulmane en France est forte de plus de 20 millions d’individus!

    5. Robert Davis

      EXCELLENT ARTICLE : en effet ce que semble vouloir micro-micron c’est de transformer la France en un micro Etat de Monaco laissant la plus grande partie du pays aux mus!!!!!!!!!!! Ainsi l serait tranquille lui qui n’aime que les dossiers et pourrait s’y plonger toutes ses journées à élaborer des trucs pour augmenter les impôts des français de sa petite province!!!

    6. Robert Davis

      Gregory : je pensais que vous exagériez en parlant de 20 millions de mus en France, je pensais 8-10 m mais je commence à croire que vous avez raison. Pour que micro-micron soit à tel point paniqué et veuille donner la France aux mus c’est qu’il doit y en avoir 20 m. après tout ce qui n’est ,pas impossible lorsqu’on voit leur nombre dans les lieux pu A ce niveau en y ajoutant leur démographie et les arrivants, leur majorité est pour bcp plus tôt que je ne le pensais, peut-être dans 10 ans!!!!!!!! Natuerellement ce n’est pas une raison pour sonner la retraite mais au contraire pour se battre PLUS DUREMENT. COUPEZ LES ALLOCS TOUT DE SUITE bande de moutons.

    7. Robert Davis

      PS. Même Martine Aubry la socialiste disait il y a Une’ dizaine d’années qu’ils sont 13 millions mais là encore j’ai cru qu’elle exagérait.

    8. Robert Davis

      Je pense qu’on n’a plus le temps de chercher un chef à la droite il faut un PUTSCH MILITAIRE pour faire cesser cette HORREUR!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *